Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Respirations 1.16

flyer-recto-03-1

Crédit image : Yannick Valentin & ville de Guebwiller

Bonjour vous. Les estivales 2016 de Guebwiller auront lieu dans un lieu magique du Florival, la chapelle du Saering, qui rouvrira ses portes après quelques décennies de fermeture. Trois concerts authentiques y seront donnés dans la pureté musicale. Un piano à queue Erard de concert des Ateliers Renoux a été installé dans la chapelle et nous y accueillerons des musiciens d’exception, Guillaume Bidar, Isabelle Ast, Manuel Poultier, Gesa Lücker et Sheila Arnold.

Trois respirations, trois dates :

Mardi 5 juillet à 20 heures pour un concert de musique de chambre avec un trio clarinette, basson et piano, ce sont Mendelssohn, Schumann et Glinka qui seront mis à l’honneur.

Mardi 12 juillet à 20 heures avec au programme un récital de piano. Gesa Lücker fera résonner Liszt et Schumann.

Mardi 19 juillet à 20 heures, des impromptus et une sonate de Schubert seront interprétés par la pianiste Sheila Arnold.

L’entrée est libre, les places étant limitées à 150, il conviendrait de réserver au préalable en envoyant un mail à resaculture@ville-guebwiller.fr ou en téléphonant au 03 89 76 80 61 (service culturel, Gisèle Weigel ou Natacha Pepin).

Ce soir pour le concert de musique de chambre et le trio de clarinette, basson et piano, voici le programme complet :

Félix Mendelssohn : deux Konzertstücke opus 113 et 114 pour trio

Robert Schumann : adagio et allegro opus 70 pour basson et piano puis romances opus 74 pour clarinette et piano

Mikhail Glinka : trio pathétique en ré mineur

Petite mise en bouche…

Alors qu’est-ce qu’on en dit ? Nous on dit qu’on réserve immédiatement et on vient.

Des becs.

Frida & Paco

PS : La chapelle Notre-Dame du Saering est situé route de Colmar à Guebwiller, ci-dessous le google map (comment qu’on vous mâche le travail ?!)

Publicités

Fêtons la musique en 2016!

fetedelamusique2016

Eh oui, nous y voilà, le 21 juin approche à grands pas, cette année c’est un mardi que la ville de Guebwiller vous invite à déambuler dans les rues à partir de 19 heures.

Non, l’équipe de France ne joue pas ce jour-là, et aucun match n’est prévu sur le grand écran, vous n’aurez donc pas d’excuses…enfin, si le temps est de la partie bien évidemment.

Pour résumer, 18 scènes seront installées au hasard des places, des rues et des « haut-lieux » de Guebwiller. Il sera surtout question de musiques actuelles : de la pop, du rock, des DJs, mais tout de même, la traditionnelle « Gugga » de Rouffach sera présente.

Si  tout en « haut » de la ville le California Café sera en mode Saint Tropez, eh bien en bas ce sera l’ambiance bucolique et parfumée du parc de la Marseillaise qui s’installera dans la verdure. Entre ces deux points , vous aurez le choix entre 16 autres endroits,  les parvis des deux églises seront animés, mais aussi le fidèle Graethof, derrière le cinéma, et également la Maison Ritter avec l’association Sucre d’Orge, ou les Dominicains, bien sûr. Les mandolines de Guebwiller seront sous la galerie de la coupole. Il y en aura donc pour tous les goûts.

highrockers

 

Mais parlons plutôt de notre partenariat avec le service culturel et l’Amicale du personnel.  Dès 19 heures, et pour ouvrir les festivités , c’est un collectif suisse de Genève, les High Rockers qui, avec son mur de son (ou soundsystem), diffusera du reggae et du dub.

Côté apéro, 19h, c’est aussi le moment où l’Amicale du Personnel de la Ville de Guebwiller ouvrira son bar : boissons et petite restauration seront donc au rendez-vous.

redeyesband

S’ensuivra un concert très attendu, car figurez-vous que les guebwillerois du Red Eyes Band, qui ont déjà écumé pas mal de scènes ici et ailleurs, seront de la partie. Leur dernier disque, « Effervescence Acide », est sorti il y a peu, et c’est donc l’occasion de découvrir, pour les fans et tous les autres, la musique de cette bande de copains venus du cru! Et on dit merci qui ? Merci patron !

Le groupe jouera de 20h30 à 22 heures, et sera relayé jusqu’à minuit par nos troubadours suisses et leurs beats hypnotiques.

Et comme la fête de la musique, c’est aussi de la spontanéité et de l’imprévu, d’autres musiciens se produiront dans les rues de Guebwiller. Laissez-vous surprendre donc, et jetez un coup d’oeil sur les 18 endroits où la fête de la musique sera présente en ville, c’est ici :la fête de la musiqueà Guebwiller, tous les lieux!

Allez c’est pas tout , mais on aurait bien voulu faire venir « On a r’trouvé les clefs » (c’est une blague entre nous), tout vient à point pour qui sait attendre paraît-il…

Des bises, et à bientôt au Parc!

Frida & Paco

 

 

 

Origines

affiche

Crédit photo : ville de Guebwiller

Salut les gars, saviez-vous que 2016 était l’année de la Corée en France ? Que feriez-nous sans nous, on vous le demande ?

Origines : regards croisés sur la céramique coréenne contemporaine est le titre de la prochaine exposition du Musée Théodore Deck & des Pays du Florival à Guebwiller, elle est organisée par la ville en collaboration avec l’Institut Européen des Arts Céramiques, elle aura lieu du 11 juin au 4 septembre (2016, pas 2022, pour ceux qui suivent).

Sangwoo Kim et Yun-Jung Song (vous avez vu, elle a la même coiffure que Claire Underwood dans House of Card ?), deux artistes d’origine sud coréenne sont invités à présenter quelques unes de leurs oeuvres liées à leur expérience du déracinement et traversées tant par la mémoire personnelle que collective au musée Théodore Deck.

Yun-Jung Song questionne l’être dans son rapport à l’animal, au vide, à l’absence et aux croyances. Sangwoo Kim est un « faiseur de pierres ». Inspiré par la nature, son travail, à la fois esthétique et sensuel, est le reflet d’une géologie imaginaire qui offre d’infinies formes et couleurs.

Sangwoo Kim est invité à réaliser un workshop de quatre jours au sein de l’IEAC sur le « Onggi », technique coréenne de façonnage de grands pots à la plaque et une démonstration de cette technique sera proposée en public dimanche 12 juin à 14 heures dans les jardins du musée. C’est entrée libre et il y aura une buvette (on vous connaît hein ?!).

Et de notre côté, on vous prépare la traditionnelle bibliographie, même qu’on est en retard rapport au fait qu’on prépare la grosse chounga de la musique, autant vous dire qu’on est super à la bourre !

Faites-le bien et à dimanche dans les jardins du musée.

Frida & Paco

Rendez-vous aux jardins

Rendez-vous-aux-jardins-ete

Crédit image : Ministère de la culture

Salut c’est nous, voyez donc ces couleurs flamboyantes sur cette affiche, ça en jette n’est-ce pas ? Tout cela pour annoncer la 14ème édition des rendez-vous aux jardins, manifestation nationale initiée par le Ministère de la Culture et qui invite le public à visiter près de 2300 jardins privés et publics. Le thème choisi cette année est « les couleurs du jardin », d’où la très jolie gamme de couleurs qui illustre les différents documents de communication.

L’ensemble des animations ont lieu du 3 au 5 juin prochains et dans la région de Guebwiller, le Pays d’Art et d’Histoire proposera des impressions itinérantes aux jardins dimanche 5 juin de 14h30 à 17h30, lumière et couleurs au Parc de la Marseillaise, dans le parc de la Neuenburg à Guebwiller et dans celui du Château du Hartmannswiller. Ce circuit sera organisé gratuitement en transport en bus, pour cela, il suffit de réserver au préalable une place en téléphonant au 03 89 62 13 51 ou en envoyant un mail à l’adresse suivante infos@cc-guebwiller.fr

Des visites, lectures, ateliers de création artistique et d’autres surprises vous attendent. Les animations sont accessibles aux Impressionnistes (15 à 100 ans), aux Impressionnistes en herbe (6 à 12 ans) et aux Jeunes pousses (2 à 5 ans).

Le programme de l’après-midi est disponible ici rdv aux jardins.

Tout cela est organisé en collaboration avec la Médiathèque de Guebwiller et l’association « Mille Jeux ».

david jeannerot

Crédit photo : David Jeannerot

A force de traîner à longueur de journées sur l’internet, on est jour tombés sur l’interview d’un jeune homme, David Jeannerot le plantiste rock. Après avoir travaillé quelques années dans le milieu de la mode (tu m’étonnes !), David originaire de Vesoul mais parisien depuis quelques années déjà, amoureux de jardinage et de nature, imagine un concept de magasin très original de plantes et de jardins inspirés de ses groupes de rock favoris, sa philosophie est simple, il veut remettre la nature en ville. En amont, il créé des jardins et balcons urbains, il a d’ailleurs aménagé son propre jardin sur la terrasse de son appartement avec une vue imprenable sur le Sacré Coeur, ça vaut le coup d’oeil et ça se visite ici.

jardin david montmartre

Quelque part sur un toit de Paris… C’est beau non ?

Il existe deux boutiques « Les mauvaises graines » à Paris (des fois que vous y seriez de passage un de ces quatre), l’une dans le 18ème, l’autre dans le 7ème. Sinon, visitez le site internet http://www.lesmauvaisesgraines.paris/

Crédit image : Les mauvaises graines

Et on ne peut que vous inciter à vous abonner à la chaîne youtube du plantiste qui nous propose chaque semaine des petites vidéos de 3-4 minutes de conseils de jardinage, découvertes de lieux insolites naturels en plein Paris ou encore rencontre avec des citadins, experts en jardins.

En voici le premier épisode

Le livre de David Jeannerot publié en 2014 aux éditions Hachette sera prochainement disponible à la médiathèque.

Sur ce à dimanche et au revoir. Des becs.

Frida & Paco

Bilingo 2016

Guebwiller-affiche-Bilingo-2016

Crédit affiche : ville de Guebwiller

Guten tag les aminches, laissez-nous vous parler un peu de bilinguisme, on vit quand même à proximité de nos cousins allemands et suisses. La ville de Guebwiller organise depuis 11 ans maintenant le festival de la promotion du bilinguisme et de la pratique des langues, ça s’appelle « Bilingo ».

L’édition 2016 met à l’honneur Tomi Ungerer, auteur-illustrateur alsacien qui a réalisé plus de 30 000 dessins et dont l’oeuvre est riche d’ouvrages en littérature de jeunesse, publicité et en érotisme.

Bilingo a débuté le 21 mars dernier et se poursuivra jusqu’au 6 juin avec un programme très riche alliant travail de création artistique autour des albums de Tomi Ungerer dans les écoles maternelles et primaires, production de films d’animation, projections de films franco-allemands au cinéma le Florival à Guebwiller, exposition de Tomi Ungerer au Musée Théodore Deck & des Pays du Florival, Bilingo tour etc.

2016-Bilingo-logo-rouge La médiathèque participe à l’événement en organisant samedi 23 mai de 9h à 17h le forum de l’économie transfrontalière sur le thème des enjeux du bilinguisme, au programme de nombreux exposants liés à l’apprentissage des langues et d’ouverture vers l’emploi en Suisse et/ou en Allemagne. L’entrée sera libre, un café kuchen sera proposé et DJ Tasek animera les espaces en musique.

2016-Bilingo-logo-vertBilingo va dépasser les frontières guebwilleroises puisque grâce au Bilingo tour, des enfants français, allemands et suisses auront le plaisir d’assister aux lectures théâtralisées faites par Sandrine, cont’animeuse et Annick, conteuse marionnettiste. Ces lectures d’album de Tomi Ungerer en langue française et en langue allemande seront essentiellement à destination des scolaires en Allemagne, Suisse et France à l’exception de celle organisée à la librairie Le Liseron située 5 rue du Couvent à Mulhouse (entrée libre sur réservation au 03 89 43 47 37, lectures en allemand) mercredi 18 mai à 14h30 et celle qui aura lieu à Jukibu à Bâle (Suisse) samedi 28 mai à 10h30 (entrée libre).

Le programme complet est en ligne sur le site de la ville www.ville-guebwiller.fr et l’exposition Tomi Ungerer sera inaugurée samedi matin à 11 heures au musée Théodore Deck & des Pays du Florival.

Des becs.

Frida & Paco

 

un bon polar pour l’été

cequinemetuepas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salut les gens,

Depuis le temps qu’on en parle, de ce nouveau tome de Millenium, il était un peu temps de le lire!

Les 3 volumes précédents, écrit par Stieg Larsson, fondateur de la série, ont marqué leur époque (10 ans déjà) avec – pour résumer – dans les rôles principaux   le journaliste d’investigation Mikael Blomkvist et la hackeuse Lisbeth Salander, sorte d’antihéros des temps modernes.

L’année dernière, donc, le tome 4 est venu en rajouter une couche, avec un titre toujours évocateur : « Ce qui ne me tue pas ». Et ça donne quoi ?

Eh bien, voilà un pavé qui se lit d’un trait. Le scénario se tient tout à fait, et fait la part belle à l’action. Alors bien sûr, si vous êtes habitué à du Goncourt où les phrases durent un chapitre, ce livre va vous tomber des mains, mais chez nous se produit plutôt l’effet inverse.  Blague à part, nous voici repartis dans de nouvelles aventures à base d’espionnage industriel, d’enfants autistes et de société ultra-surveillée. De nouveaux personnages apparaissent également, mais nous n’en dirons pas plus. Comme pour les livres précédents, cet nouveau volume  est ancré dans la réalité, et son intrigue en fait un polar bien ficelé, même s’il ne révolutionne pas le genre.

 Le ton et l’ambiance de ce tome 4 ne rejoignent pas la noirceur et la tension propres à l’univers d’un Stieg Larsson, où l’ambiguïté des personnages était plus marquée.  David Lagercrantz donne à l’ensemble un touche plus légère si l’on peut dire. Mais notre curiosité n’en pâtit pas, bien au contraire!

Pour en savoir plus, voici une  interview de l’auteur.

Au final, c’est une aventure tout à fait construite que vous pourrez découvrir, un nouvel opus idéal pour cet été, et qui en appelle d’autres. 2017 promet un nouvel épisode de nos justiciers scandinaves…

Bonne lecture donc, et n’oubliez pas notre prochain after littéraire qui se déroulera jeudi prochain, 19 mai, dès 18h15 à la médiathèque.

Bon week-end ,

Frida&Paco

 

 

L’égalité filles/garçons dans la littérature jeunesse

francine hauwelle

Crédit image : érès Editions

Salut la compagnie, on termine bientôt notre cycle égalité femmes/hommes et on compte sur vous pour ne plus craquer à l’avenir pour l’achat d’un ravissant aspirateur-jouet pour votre petite nièce ou d’une bagnole de Fangio pour votre fils.

Bien, sur ce, nous vous annonçons que le premier café Canopé organisé par l’Atelier Canopé 68 de Mulhouse aura lieu à la médiathèque jeudi 12 mai à 18h15. Le principe de ces cafés est le partage d’expériences et de discussions autour d’un sujet dans un cadre convivial autour d’un café.

Ce premier café aura pour thème l’égalité filles/garçons dans la littérature jeunesse et sera animé par Francine Hauwelle , présidente et directrice de publication de l’association « Le Furet » qui oeuvre contre les discriminations et les stéréotypes dès la petite enfance.

L’entrée est libre mais les places sont limitées, si vous souhaitez réserver appelez au 03 89 74 84 82 ou envoyez un mail à Jasmine j.tschaen@ville-guebwiller.fr

On revient demain pour parler du festival Bilingo et son Bilingo Tour ! Des becs.

Frida & Paco

Bibliothèques à la Une

Souvenez-vous, notre thème de prédilection en ce moment, c’est la femme et ça tombe plutôt bien car la Médiathèque Départementale du Haut-Rhin (dont le site internet dysfonctionne aujourd’hui, on vous le dit, on est peu de choses) organise son édition de « Bibliothèques à la Une » sur l’égalité homme/femme.

Si l’égalité entre hommes et femmes a incontestablement progressé depuis une trentaine d’années, les femmes sont encore victimes de stéréotypes qui limitent leurs choix professionnels et leur épanouissement personnel. La logique d’émancipation s’essoufle comme le révèle le piètre classement de la France au niveau européen en matière d’égalité professionnelle et salariale, de partage du pouvoir économique et politique et de répartition des tâches domestiques et parentales. Quant aux hommes, exercer certaines professions, ou faire preuve de sensibilité, est toujours mal vu. La virilité reste le mode d’expression reconnu et valorisé socialement. Le combat pour l’égalité ne doit pas être un combat de femmes pour les femmes, mais bien un combat mené par les femmes et les hommes pour transformer la vie de tous, pour faire disparaître les inégalités et établir la justice sociale.

Bibliothèques à la Une est un festival initié pour débattre de questions de société, il a lieu cette année du 14 au 30 avril 2016 et le programme est construit autour de débats, spectacles, rencontres et projections de films dans différents lieux (médiathèques, cinémas, salles de spectacle etc.) dans le Haut-Rhin.

elles font tourner le monde

A Guebwiller, nous accueillerons la projection du film d’Agnès Poirier « Elles font tourner le monde » en présence de la réalisatrice au cinéma le Florival jeudi 28 avril à 20 heures.

La séance sera suivie d’un débat. L’entrée est libre, les réservations peuvent être effectuées par téléphone au 03 89 74 84 82 ou par mail j.tschaen@ville-guebwiller.fr ou c.facchin@ville-guebwiller.fr

La Médiathèque Départementale du Haut-Rhin a réalisé un excellent travail bibliographique sur le thème de l’égalité homme/femme que vous pouvez consulter ci-dessous.

//www.thinglink.com/card/757186792666431489

Il ne nous reste plus qu’à vous inviter à participer à cette séance au cinéma, si vous ne pouvez pas être présent, on passera bien le bonjour à Eddy Mitchell de votre part.

Des becs.

Frida & Paco

Mon collège, je le kiffe !

Noa 2 - copie

Salut jeune kid dynamique, toi aussi tu kiffes ton collège ? Diantre, Voltaire se retourne dans sa tombe… Sinon vous allez bien ?

Katia Funfschilling, enseignante en SEGPA au collège Mathias Grünewald à Guebwiller a travaillé pendant plusieurs mois sur un projet photographique avec sa classe de 6ème. C’est le thème du collège qui a été choisi et 12 photos ont été sélectionnées pour illustrer l’exposition « Mon collège, je le kiffe ! » actuellement visible à la médiathèque de Guebwiller jusqu’au 2 juillet prochain.

Katia est enseignante en SEGPA depuis 10 ans et la photographie est un support artistique qui l’a toujours fascinée. Elle permet grâce au regard imprégné de tous les autres sens de confier aux yeux absents de la scène par la seule image, la richesse du vécu de cet instantané. J’aime transmettre cette passion à mes élèves parce-qu’elle requiert de la concentration, de la dextérité, de l’exigence et qu’elle révèle beaucoup sur la personnalité des auteurs des clichés. C’est pour moi une forme d’exutoire et d’expression que chacun peut s’approprier pour révéler une manière d’embrasser le monde. J’ai pu remarquer au cours de mon parcours d’enseignante en SEGPA que ces élèves ont un vrai talent lorsqu’on leur demande de s’exprimer sur un sujet de manière non académique. Ils ont une imagination et un univers d’une extraordinaire complexité. Ils me surprennent tous les jours ! 

Bien entendu, les photos sont le travail d’un groupe de 7 élèves de 6ème amateurs, il peut y avoir des clichés de qualité inégale pour qui décide d’en faire une analyse approfondie. Néanmoins, je suis contente du travail fourni par mes élèves. Ils ont bien adhéré à ce projet et y ont mis tout ce qu’ils avaient de motivation et de rigueur. J’espère qu’ils ont eu autant de plaisir à faire ces photos que moi à les guider dans leur premier pas de photographes.

Dans le cadre de ce travail de reporter, j’ai initié mes élèves aux techniques du cadrage, de la profondeur de champ, de la lumière en cours d’Arts plastiques et je leur ai ensuite confié un appareil qu’ils avaient toujours sur eux pour une durée d’un trimestre, afin de figer les moments qui les rendaient heureux.

On peut vous dire que le résultat est très réussi, la photo qui illustre cet article a été prise par Noa, un des élèves de la classe de 6ème.

La date du vernissage a été fixée à jeudi 21 avril à 18h15 à la médiathèque en présence de l’équipe de direction du collège Mathias Grünewald, des élèves et de leur enseignante Katia. Grosse chounga en perspective car le buffet sera préparé par d’autres élèves du collège dans le cadre de l’atelier ASH, à ne pas louper donc…

Sur ce, bonne journée, on reviendra vous parler de Bilingo prochainement. Des becs.

Frida & Paco

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑