Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Catégorie

Non classé

Goncourt des lycéens #3

ere des suspects

Crédit image : Editions Grasset

Dans l’ère des suspects, le lecteur se retrouve plongé au sein d’une enquête policière, le tout écrit dans un vocabulaire courant.

Ce qui démarque l’œuvre de Gilles Martin Chauffier des autres livres de ce style c’est la façon dont le lecteur suit l’enquête. En effet, dans le l’ère des suspects, le lecteur ne suit pas l’enquête selon un point de vue de personnage unique mais à travers les visions de tous les suspects de l’enquête.

Malheureusement, pour moi, ce qui pourrait faire sa plus grande qualité au livre est ici ce qui en fait son plus grand défaut. Il y a trop de personnages et pas assez de développement pour chacun de ceux-là. Le lecteur se retrouve donc vite perdu entre tous les personnages et toutes les intrigues secondaires de ceux-ci.

Félix, élève en 1ère S au lycée Théodore Deck

Publicités

Tea-Time avec Jean-Paul Didierlaurent

 

Bonjour tout le monde,

Alors, on se la souhaite, cette nouvelle année 2017 ? A peine le temps de se refaire une santé post-réveillon que déjà un évènement s’annonce à la médiathèque.

D’habitude, nous organisons des after. Cette fois-ci, c’est tea-time!

Eh oui, ce samedi 14 janvier sera le baptême du feu d’une nouvelle manifestation. La « Nuit de la Lecture« , mise en place par le Ministère, propose des rencontres d’auteurs dans différentes bibliothèques et librairies du pays.

Conçue comme un écho aux tristes attentats perpétrés au sein de Charlie Hebdo un 7 janvier, elle est aussi organisée pour que nos médiathèques proposent plus d’heures d’ouverture au public le week-end.

A la médiathèque, la nuit se transformera en « Tea-Time ». Vous l’aurez compris, nous serons ouverts au public le samedi 14 janvier, donc, non seulement le matin (10h – 13h) mais aussi de 15h à 17h. Toute personne pourra donc accéder à la médiathèque, venir rendre ou emprunter des documents, que ce soit au rez-de chaussée ou à l’étage.

Cerise sur le gâteau de la Forêt Noire, nous aurons la chance d’accueillir dans nos murs l’écrivain Jean-Paul Didierlaurent. Son roman « Le liseur du 6h27 » avait été un succès de librairie. En 2016 est paru « Le reste de leur vie ». Pas besoin de vous dire que ces deux ouvrages sont à la médiathèque. Disons aussi que cet écrivain vosgien (eh oui) est aussi grand amateur de nouvelles.

Jean-Paul Didierlaurent proposera une dédicace ce samedi 14 janvier, dans l’après-midi, à la médiathèque. Vous pouvez donc venir nombreux pour assister à cette première animation de l’année, en attendant la suite.

Des becs,

Frida & Paco

 

 

 

Soirée Polar! Une écrivaine à la média

 

Bonjour tout l’monde,

Ne broyez pas du noir, octobre est le mois du polar! Demain, jeudi 13, nous ne sommes pas peu fiers d’accueillir l’écrivain guebwilleroise Sonia Pelletier-Gautier, qui n’en est pas à son premier livre, et viendra se prêter à une séance de dédicaces.

Professeur d’histoire au lycée Théodore Deck, juste à côté en fait, elle a publié son premier roman, disons plutôt sa première trilogie, en 2009. « Les Dilemmes de l’Inquisiteur » a obtenu à l’époque le Grand Prix de l’Académie des Sciences.

Eh oui, Sonia Pelletier-Gautier affectionne plus particulièrement le Moyen-Age, tous ses romans s’y déroulent. Forcément férue d’histoire, elle fait revivre dans son dernier roman, « Le parchemin maudit », Gérard Machet et Charles VII, déjà présents dans sa trilogie « Pierre ou le souffle d’une vie », et qui ont vraiment existé! Cette fois-ci, l’action se passe à Paris, en 1441.

Se promenant entre quelques meurtres d’une part, et les milieux religieux et universitaires d’autre part, son dernier roman en appellera d’autres. Quant à savoir si on appelle ça un « thriller théologique », ou autrement,  vous pourrez lui poser la question, puisque qu’un entretien avec l’auteur est également prévu!

D’ici là, vous pourrez également découvrir jusqu’au 10 décembre une nouvelle exposition. « Qui a refroidi Lemaure ? » a ceci de particulier qu’elle est comme qui dirait participative : on se promène de scène en scène avec une tablette numérique pour trouver le coupable. Ludique et interactive, comme la médiathèque en fait. Comme dirait Michel Chevalet, c’est pas com-pli-qué.

A demain,

Frida & Paco

Chanson douce

chanson-douce                              leila-slimani

Crédit photo : Gallimard

Salut la jeunesse, vous savez quoi ? Pour cette rentrée, comme on n’a pas grand chose à dire (oh ça va hein !) on fait parler les autres. Lors de notre dernière after littéraire (que c’était la fête chez Ginette avec Carlos Patato Valdès), Mireille, une de nos fidèles participantes a rédigé une critique du dernier roman de Leïla Slimani « Chanson douce » que ça s’appelle.

Le roman s’ouvre sur la mort d’Adam et de Mila, les deux enfants dont Louise a la charge.

Comment une gardienne parfaite peut-elle devenir un monstre ? La nounou avait pris le pouvoir sur la famille mais sans réussir à y trouver sa place.

Saura-t-on ce qui a poussé Louise à commettre ce crime ignoble ? La solitude poisseuse dans laquelle elle s’englue, la détresse psychologique, les ennuis d’argent, sans doute vont jouer un rôle. Mais aussi les sentiments ambigus de Myriam, sa patronne, avalée par son quotidien d’avocate qui se repose sur la compétence sans faille de Louise à maintenir la maison bien nette.

Belle description aussi, d’un personnage secondaire, un « salaud ordinaire » qui fait de l’argent en louant des meublés à de pauvres gens.

Ce roman qui nous plonge dans un univers cruel et remarquablement décrit, nous tient en haleine du début à la fin, et n’est pas sans nous rappeler une certaine ambiance « chabrolienne » de La Cérémonie.

Ben dites-donc encore une rentrée littéraire sur le thème de la déconnade ! Dans le même genre on a « Laëtitia ou la fin des hommes » de Ivan Jablonka également dans la première sélection du Goncourt 2016 ou si on préfère les belles histoires d’amour au dénouement inoubliable (c’est marqué sur le site de Marc Levy), on peut lire « L’horizon à l’envers » de Marc Levy donc, au moins on sait que ça se terminera bien cette affaire ! Sur ce, comme disait Valery « au revoir ». Des becs.
Frida & Paco

des vinyles à la médiathèque!!

francis-hunglercop. Francis Hungler

Bonjour à toutes et tous,

OK, la rentrée est juste derrière nous, et on voulait vous parler de nouvelles choses proposées à la médiathèque depuis cet été.

Voici donc que des disques vinyles viennent de faire leur apparition à l’espace musique.Les 33 et autres 45 tours connaissent un certain succès d’estime. Une nostalgie très « années 80 » combinée à la mode rétro (ou vintage) les ont ressortis des caves et greniers pour les catapulter sur la devanture de boutiques ou les publicités du petit écran.

Pour nous, il s’agissait avant tout de proposer des artistes « locaux », voire « régionaux » à tout le monde, en plus des habituels CDs. Avouons-le aussi, les pochettes sont plus impressionnantes avec ce grand format, l’album devient un objet à lui tout seul! En tous cas, on les tous écoutés, il ne s’agit que d’artistes de « musiques actuelles », pop, rock, folk, électro, d’ailleurs tout est précisé sur les disques, pas de panique.

Voici donc au total 9 galettes vinyles,  toutes publiées par l’éditeur Médiapop qui se trouve à Mulhouse, peuvent désormais être empruntés chez nous. On vous laisse jeter un coup sur les mulhousiens de l’étape :

 

Si ça vous dit, vous pouvez les emprunter pour 3 semaines, comme pour les autres disques.

D’autres vinyles viendront s’ajouter à la liste, il va sans dire…

Quoi de neuf chez les locaux , sinon ?

Un rappeur de Guebwiller nous propose son premier disque, il s’appelle Slim Dada. « Voilà ma putain de route » se trouve dans nos bacs, tout comme celui de Claudio Capéo, bien sûr!!

On vous laisse jeter un coup d’oeil là-dessous sur la dernière fournée en matière de disques vinyles, il y a un groupe rock nancéen, quelques strasbourgeois plutôt folk, un parisien et même un américain qui à l’époque avait produit « Où veux-tu qu’je r’garde? », le  premier disque d’un groupe nommé… Noir Désir.

 

A bientôt!

Frida & Paco

Fêtons la musique en 2016!

fetedelamusique2016

Eh oui, nous y voilà, le 21 juin approche à grands pas, cette année c’est un mardi que la ville de Guebwiller vous invite à déambuler dans les rues à partir de 19 heures.

Non, l’équipe de France ne joue pas ce jour-là, et aucun match n’est prévu sur le grand écran, vous n’aurez donc pas d’excuses…enfin, si le temps est de la partie bien évidemment.

Pour résumer, 18 scènes seront installées au hasard des places, des rues et des « haut-lieux » de Guebwiller. Il sera surtout question de musiques actuelles : de la pop, du rock, des DJs, mais tout de même, la traditionnelle « Gugga » de Rouffach sera présente.

Si  tout en « haut » de la ville le California Café sera en mode Saint Tropez, eh bien en bas ce sera l’ambiance bucolique et parfumée du parc de la Marseillaise qui s’installera dans la verdure. Entre ces deux points , vous aurez le choix entre 16 autres endroits,  les parvis des deux églises seront animés, mais aussi le fidèle Graethof, derrière le cinéma, et également la Maison Ritter avec l’association Sucre d’Orge, ou les Dominicains, bien sûr. Les mandolines de Guebwiller seront sous la galerie de la coupole. Il y en aura donc pour tous les goûts.

highrockers

 

Mais parlons plutôt de notre partenariat avec le service culturel et l’Amicale du personnel.  Dès 19 heures, et pour ouvrir les festivités , c’est un collectif suisse de Genève, les High Rockers qui, avec son mur de son (ou soundsystem), diffusera du reggae et du dub.

Côté apéro, 19h, c’est aussi le moment où l’Amicale du Personnel de la Ville de Guebwiller ouvrira son bar : boissons et petite restauration seront donc au rendez-vous.

redeyesband

S’ensuivra un concert très attendu, car figurez-vous que les guebwillerois du Red Eyes Band, qui ont déjà écumé pas mal de scènes ici et ailleurs, seront de la partie. Leur dernier disque, « Effervescence Acide », est sorti il y a peu, et c’est donc l’occasion de découvrir, pour les fans et tous les autres, la musique de cette bande de copains venus du cru! Et on dit merci qui ? Merci patron !

Le groupe jouera de 20h30 à 22 heures, et sera relayé jusqu’à minuit par nos troubadours suisses et leurs beats hypnotiques.

Et comme la fête de la musique, c’est aussi de la spontanéité et de l’imprévu, d’autres musiciens se produiront dans les rues de Guebwiller. Laissez-vous surprendre donc, et jetez un coup d’oeil sur les 18 endroits où la fête de la musique sera présente en ville, c’est ici :la fête de la musiqueà Guebwiller, tous les lieux!

Allez c’est pas tout , mais on aurait bien voulu faire venir « On a r’trouvé les clefs » (c’est une blague entre nous), tout vient à point pour qui sait attendre paraît-il…

Des bises, et à bientôt au Parc!

Frida & Paco

 

 

 

Bilingo 2016

Guebwiller-affiche-Bilingo-2016

Crédit affiche : ville de Guebwiller

Guten tag les aminches, laissez-nous vous parler un peu de bilinguisme, on vit quand même à proximité de nos cousins allemands et suisses. La ville de Guebwiller organise depuis 11 ans maintenant le festival de la promotion du bilinguisme et de la pratique des langues, ça s’appelle « Bilingo ».

L’édition 2016 met à l’honneur Tomi Ungerer, auteur-illustrateur alsacien qui a réalisé plus de 30 000 dessins et dont l’oeuvre est riche d’ouvrages en littérature de jeunesse, publicité et en érotisme.

Bilingo a débuté le 21 mars dernier et se poursuivra jusqu’au 6 juin avec un programme très riche alliant travail de création artistique autour des albums de Tomi Ungerer dans les écoles maternelles et primaires, production de films d’animation, projections de films franco-allemands au cinéma le Florival à Guebwiller, exposition de Tomi Ungerer au Musée Théodore Deck & des Pays du Florival, Bilingo tour etc.

2016-Bilingo-logo-rouge La médiathèque participe à l’événement en organisant samedi 23 mai de 9h à 17h le forum de l’économie transfrontalière sur le thème des enjeux du bilinguisme, au programme de nombreux exposants liés à l’apprentissage des langues et d’ouverture vers l’emploi en Suisse et/ou en Allemagne. L’entrée sera libre, un café kuchen sera proposé et DJ Tasek animera les espaces en musique.

2016-Bilingo-logo-vertBilingo va dépasser les frontières guebwilleroises puisque grâce au Bilingo tour, des enfants français, allemands et suisses auront le plaisir d’assister aux lectures théâtralisées faites par Sandrine, cont’animeuse et Annick, conteuse marionnettiste. Ces lectures d’album de Tomi Ungerer en langue française et en langue allemande seront essentiellement à destination des scolaires en Allemagne, Suisse et France à l’exception de celle organisée à la librairie Le Liseron située 5 rue du Couvent à Mulhouse (entrée libre sur réservation au 03 89 43 47 37, lectures en allemand) mercredi 18 mai à 14h30 et celle qui aura lieu à Jukibu à Bâle (Suisse) samedi 28 mai à 10h30 (entrée libre).

Le programme complet est en ligne sur le site de la ville www.ville-guebwiller.fr et l’exposition Tomi Ungerer sera inaugurée samedi matin à 11 heures au musée Théodore Deck & des Pays du Florival.

Des becs.

Frida & Paco

 

un bon polar pour l’été

cequinemetuepas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salut les gens,

Depuis le temps qu’on en parle, de ce nouveau tome de Millenium, il était un peu temps de le lire!

Les 3 volumes précédents, écrit par Stieg Larsson, fondateur de la série, ont marqué leur époque (10 ans déjà) avec – pour résumer – dans les rôles principaux   le journaliste d’investigation Mikael Blomkvist et la hackeuse Lisbeth Salander, sorte d’antihéros des temps modernes.

L’année dernière, donc, le tome 4 est venu en rajouter une couche, avec un titre toujours évocateur : « Ce qui ne me tue pas ». Et ça donne quoi ?

Eh bien, voilà un pavé qui se lit d’un trait. Le scénario se tient tout à fait, et fait la part belle à l’action. Alors bien sûr, si vous êtes habitué à du Goncourt où les phrases durent un chapitre, ce livre va vous tomber des mains, mais chez nous se produit plutôt l’effet inverse.  Blague à part, nous voici repartis dans de nouvelles aventures à base d’espionnage industriel, d’enfants autistes et de société ultra-surveillée. De nouveaux personnages apparaissent également, mais nous n’en dirons pas plus. Comme pour les livres précédents, cet nouveau volume  est ancré dans la réalité, et son intrigue en fait un polar bien ficelé, même s’il ne révolutionne pas le genre.

 Le ton et l’ambiance de ce tome 4 ne rejoignent pas la noirceur et la tension propres à l’univers d’un Stieg Larsson, où l’ambiguïté des personnages était plus marquée.  David Lagercrantz donne à l’ensemble un touche plus légère si l’on peut dire. Mais notre curiosité n’en pâtit pas, bien au contraire!

Pour en savoir plus, voici une  interview de l’auteur.

Au final, c’est une aventure tout à fait construite que vous pourrez découvrir, un nouvel opus idéal pour cet été, et qui en appelle d’autres. 2017 promet un nouvel épisode de nos justiciers scandinaves…

Bonne lecture donc, et n’oubliez pas notre prochain after littéraire qui se déroulera jeudi prochain, 19 mai, dès 18h15 à la médiathèque.

Bon week-end ,

Frida&Paco

 

 

L’égalité filles/garçons dans la littérature jeunesse

francine hauwelle

Crédit image : érès Editions

Salut la compagnie, on termine bientôt notre cycle égalité femmes/hommes et on compte sur vous pour ne plus craquer à l’avenir pour l’achat d’un ravissant aspirateur-jouet pour votre petite nièce ou d’une bagnole de Fangio pour votre fils.

Bien, sur ce, nous vous annonçons que le premier café Canopé organisé par l’Atelier Canopé 68 de Mulhouse aura lieu à la médiathèque jeudi 12 mai à 18h15. Le principe de ces cafés est le partage d’expériences et de discussions autour d’un sujet dans un cadre convivial autour d’un café.

Ce premier café aura pour thème l’égalité filles/garçons dans la littérature jeunesse et sera animé par Francine Hauwelle , présidente et directrice de publication de l’association « Le Furet » qui oeuvre contre les discriminations et les stéréotypes dès la petite enfance.

L’entrée est libre mais les places sont limitées, si vous souhaitez réserver appelez au 03 89 74 84 82 ou envoyez un mail à Jasmine j.tschaen@ville-guebwiller.fr

On revient demain pour parler du festival Bilingo et son Bilingo Tour ! Des becs.

Frida & Paco

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑