Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Catégorie

Mémoire

Francis Hungler à l’Abri mémoire

entrerenmatiere

Coucou les aoûtiens,

Pendant la langueur estivale, si vous souhaitez flâner dans le coin, on vous a repéré une exposition toute proche, gratuite, et qui se tient dans un lieu chargé d’histoire, à Uffholtz : l’Abri mémoire

abri-memoire

 

Il y a cent ans, durant la première guerre mondiale, cet abri, aujourd’hui géré par la communauté de communes de Thann-Cernay,  était un hôtel, mais aussi un café et un bureau de tabac. Au cours de la guerre de 14, le bâtiment est utilisé par les allemands en tant qu’abri sanitaire pour évacuer les blessés du front, qui se trouvait tout proche, au Hatmansvillerkopf.

Une guerre plus tard, entre décembre 1944 et février 1945, c’est la population française (eh oui) qui viendra s’y réfugier durant les bombardements.

La double culture franco-allemande du lieu l’a transformé aujourd’hui en espace d’exposition, un mini musée en somme, qui parle de la Première Guerre Mondiale, mais aussi de paix et de citoyenneté.  L’Abri mémoire est à la fois un centre de ressources, un site culturel et un centre de création artistique autour du champ de bataille qu’a été le Hartmansvillerkopf, mais également autour du patrimoine de mémoire en Alsace et dans les Vosges.

abri-memoire-l-art-contemporain-au-dispensaire-1468341818

 

C’est dans ce cadre chargé d’histoire que l’artiste-plasticien guebwillerois Francis Hungler expose ses gravures jusqu’au 25 septembre prochain sous le titre « Entrer en matière » , avec la traduction allemande cela donne « Ins Fach oder in den Stoff eintreten« . La montagne du Vieil Armand y est bien sûr évoquée, c’est une manière de faire résonner les combats de la première guerre mondiale à travers les oeuvres d’un artiste contemporain, dans un pays qui, on peut le dire, est « en guerre ».

Si on vous parle de l’exposition aujourd’hui, c’est aussi parce que demain, jeudi 11 août, Francis Hungler sera présent à l’Abri mémoire entre 14h et 16h pour une visite commentée et guidée, et en plus pour une démonstration de gravure!

Dernière petite chose : ce vendredi 12 août, à 20 heures, un court-métrage intitulé « Le Béret » sera projeté à l’Abri. Réalisé par Lily Gendrix, jeune lycéenne, il est interprété par de jeunes comédiens, et tournée en partie à l’Abri.

Leur page Facebook est ici

A bientôt, et bonnes vacances pour les veinards

Frida & Paco

 

 

 

 

 

 

 

Il y a 70 ans, l’impensable…

Auschwitz-Birkenau1

Arbeit macht frei, la devise affichée sur le portail à l’entrée du camp d’extermination Auschwitz-Birkenau doit encore hanter les survivants. Le 27 janvier 1945, les troupes soviétiques découvraient avec effroi le plus grand camp d’Europe, le camp où l’on appliquait la solution finale mise en place par les nazis. 1,3 millions de Juifs, polonais non Juifs, Tsiganes (à ce propos, nous avions fait un excellent boulot il y a quelques années avec le musicien Yan Gilg sur le Samudaripen, génocide Tsigane pendant la deuxième guerre mondiale), prisonniers de guerre soviétiques, homosexuels, détenus de nationalité tchèque, yougoslave, français, allemand etc. ont été déportés à Auschwitz, 1,1 million d’entre eux sont morts dont 960 000 Juifs. Primo Levi, Simone Veil, Elie Wiesel et d’autres encore anonymes qui ont pour points communs celui d’être Juif et d’être des survivants du camp d’Auschwitz.

primo levi

Bien des témoignages ont heureusement été livrés par les survivants, l’un des plus importants étant « Si c’est un homme » de l’écrivain italien disparu en 1987 Primo Levi, qui décrit peu après sa sortie du camp d’Auschwitz son quotidien de déporté, la déshumanisation, l’horreur.

couverture maus

En 1986, Art Spiegelman publie une bande dessinée intitulée « Maus : un survivant raconte » qui relate l’histoire de la famille de son père durant l’Holocauste. Les personnages sont représentés par des animaux, les nazis sont des chats, les Juifs des souris. C’est la première oeuvre graphique traitant de ce sujet, elle obtient le Prix Pulitzer et est traduite dans plusieurs langues.

AU-REVOIR-LES-ENFANTS

Il y a aussi le film de Louis Malle « Au revoir les enfants » dont le sujet traite de la déportation d’enfants juifs à Auschwitz cachés dans un collège privé catholique. Le récit du réalisateur est en partie autobiographique.

Shoah-Affiche-1

Et bien entendu, le documentaire de 9 heures 30 réalisé par Claude Lanzmann « Shoah » consacré à l’extermination des juifs d’Europe dans les camps nazis. Tourné à la fin des années 70 et au début des années 80, le film est composé de témoignages de témoins de la Shoah.

A l’occasion de la commémoration du 70ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, nous avons rédigé une bibliographie sur le thème de la déportation. Ci-dessous (cette version peut être imprimée et/ou enregistrée si vous souhaitez la conserver) :

http://issuu.com/mediagueb/docs/d__portation?e=2586860/11148678

http://panorama.auschwitz.org/ permet de visiter virtuellement le site d’Auschwitz-Birkenau et la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, c’est aussi un site internet http://www.fondationshoah.org qui recense des documents d’archives, des manifestations culturelles etc. liés à la Shoah.

Ils ne sont plus très nombreux ces survivants des camps de concentration et d’extermination, certains ont plus de 90 ans, mais ils sont là pour transcrire leur histoire à travers le témoignage de l’horreur qu’ils ont vécu, certains n’étaient que des enfants, ils portent encore les stigmates de leur déportation, ils ont mis des années à raconter.

« …N’oubliez pas que cela fut, non ne l’oubliez pas »  Primo Levi (Poème, 1947).

Frida & Paco

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑