Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Catégorie

Envoyez la musique !

Paroles de lycéens, saison finale

touslesmatinsCD

Eh oui, à l’occasion de cette mise en musique de « Tous les matins du monde », comment ne pas parler de la bande originale du film inspiré par le roman de Pascal Quignard, dirigée par l’un des grands noms de la viole de gambe : Jordi Savall, que vous pouvez découvrir en pleine action :

Voici donc la dernière partie des textes rédigés par les élèves de Première L2 du lycée Alfred Kastler de Guebwiller. Merci encore à eux et à leur enseignante, Madame Schebath, pour leur implication :

« J’ai trouvé ce moment très apaisant, très reposant. Il m’a permis de réfléchir, de me poser des questions, de penser à des évènements passés. » Margot

« Envoûtant! Les vibrations des cordes résonnent en nous comme le font nos émotions. » Naomi

« Durant la lecture du livre, j’ai essayé de m’imaginer le son de l’instrument : je pensais à une sorte de violon avec un son très grave et mélancolique. J’ai trouvé le concert très envoûtant, très reposant. Comme si le temps s’était arrêté. La musique a également fait remonter plein de souvenirs, notamment Le Tombeau des Regrets. » Marion

« Une expérience envoûtante et apaisante ! Nous sommes transportés dans notre monde intérieur. Les vibrations de l’instrument entrent en résonance avec notre part de mélancolie et font rejaillir des expériences passées. » Nathan

« J’ai trouvé intéressant d’entendre la viole de gambe. J’ai notamment apprécié les moments où le musicien pinçait les cordes. » Nolwenn

« J’ai beaucoup aimé découvrir cet instrument. C’était un moment très spécial et très agréable. Le son m’emportait et m’a permis de faire le vide en moi. Le son était puissant tout en étant doux et apaisant. Selon les morceaux interprétés, mon esprit se mettait dans l’atmosphère suggérée et des souvenirs remontaient…La viole de gambe est un très bel instrument, très imposant et très original. Lors de la lecture du livre, je n’entendais pas de musique. La viole donne du relief aux émotions évoquées dans le roman, les fait ressentir. C’est impressionnant de voir ce que peut apporter un instrument. » Angélique

« Pendant ce concert, j’ai ressenti une émotion que je n’avais pas connue depuis bien longtemps. Effectivement, le temps autour de moi s’est arrêté. Le son des cordes a résonné si fort en moi que mon coeur s’est serré. Pendant un instant, je me suis imaginé Monsieur de Sainte Colombe jouant le Tombeau des Regrets, une mélodie si forte et puissante qu’elle faisait remonter d’anciens souvenirs. Le jeu de Bruno Angé m’a fait revivre une chose que je pensais perdue, mon premier amour.«  Carlo

« La musique était apaisante et après le concert, j’ai eu du mal à revenir à la réalité (les bruits de la ville, la frénésie). J’avais déjà entendu de la viole de gambe sur internet, mais là, nous étions vraiment plongés dans la musique et ses émotions. La musique m’a permis de me replonger dans le roman  et de mieux comprendre les émotions que ressentait Monsieur de Sainte Colombe en jouant. » Sophie

« Cet instrument  m’a particulièrement apaisée et soulagée. Les sons produits m’ont emportée comme une boîte à musique, je me suis presque endormie. La musique correspondait à ce que j’avais imaginé. Le roman m’a redonné envie  de faire de la musique. La mise en voix de certains passages du roman était aussi envoûtant que la musique. » Manon

« Ce concert m’a fatigué, mais ce n’est pas du tout dans le sens péjoratif. J’étais comme « vidé« . Théo

« J’ai beaucoup aimé ce concert. C’était vraiment un moment où l’on se sentait apaisé, serein. Chaque composition suscitait de nouvelles émotions. La douceur de l’instrument m’a bercée.«  Mélissa

« J’ai beaucoup aimé ce concert car il m’a permis de découvrir un nouvel instrument. Il m’a envoûtée et m’a fait voyager. J’ai repensé à des souvenirs qui m’ont marquée. Je remercie M. Angé pour ce moment. » Emilie

« C’était apaisant et communicatif. J’étais totalement transportée. Mon regard et mes pensées divaguaient au gré de la musique. J’ai déjà entendu un instrument qui m’a fait ressentir la même chose : le « bol chantant ». Le son de la viole me semble « parfait« . Mathilde D.

« On ressent la passion du musicien. On ressent de la tristesse, de la joie. L’instrument permet une grande variété de sons ; on ne s’ennuie jamais. Cette musique invite au calme. » Alicia

« Un instrument envoûtant qui donne l’impression d’être seul, qui rend le corps léger. J’ai vu des images de Louis XIV, des châteaux, des personnages tantôt amoureux, tantôt tristes ou en colère…Je m’imaginais aussi les scènes du livre avec Marin Marais…J’étais fascinée par la façon dont M. Angé jouait, admirative du lien entre le musicien et son instrument : comme si cet instrument était une partie de son propre corps ou son enfant…J’étais fascinée aussi par la façon de « jouer » les scènes racontées : une belle mise en scène. » Hind

A bientôt,

Frida & Paco

 

Paroles de lycéens, saison 2

brunoangeCD

Bonjour tout l’monde,

Voici donc la suite des impressions d’après concert, livrées par les élèves de Première L2 du lycée Kastler, encadrés par Madame Schebath.

Chose particulière tout de même, leur enseignante leur avait demandé de se concentrer sur le livre « Tous les matins du monde », de Pascal Quignard, sans tenir compte de la musique. Leur surprise n’en fut que plus belle…

On pourrait appeler ça « Le printemps des lycéens », car les textes remis retranscrivent très bien l’ambiance rendue par la viole de gambe de Bruno Angé jeudi dernier.

Le disque dont vous apercevez la couverture juste au-dessus est un récital du même artiste présent la semaine dernière. Il est disponible et empruntable chez nous.

Voici la suite des textes :

« Ce fut une surprise! Un instrument envoûtant. J’étais submergée par mes souvenirs, mes pensées. J’ai vraiment apprécié ce moment unique : juste la musique et nous, juste la musique et moi. Je comprends mieux Monsieur de Sainte-Colombe. Les passages lus, dits, m’ont émue : je vois désormais le roman d’une nouvelle façon. Le musicien a su exploiter brillamment les possibilités de l’instrument. Je réécouterai cet instrument avec grand plaisir, chez moi, seule. » Lorraine

« Dans le roman, la musique n’est pas décrite. On ne l’entend pas, on ne la ressent pas. Ici, avec la viole de gambe, c’était un délicat maelström d’émotions qui nous saisissait, nous emportait, loin du prosaïque, vers le pays des rêves et des souvenirs. De temps en temps, les yeux se fermaient pour permettre à l’esprit de mieux s’imprégner de la musique. » Marine

« C’était si apaisant que j’aurais voulu dormir. Cette musique si douce me rappelait la voix de mon papa. Les premières notes ont provoqué des frissons. J’ai vraiment beaucoup aimé l’atmosphère que crée la viole. » Pauline

« Le musicien a réussi à transmettre beaucoup d’émotions grâce à son instrument, la viole de gambe. En lisant le roman, je n’imaginais pas un instrument pouvant être utilisé avec les doigts. J’imaginais un violon et des tons beaucoup plus graves. J’ai aimé assister à ce concert car il m’a permis d’entendre la musique jouée par Monsieur de Sainte Colombe. J’ai apprécié aussi la lecture de certains passages du roman. Allier musique et lecture était très judicieux : cela m’a permis de me plonger totalement dans l’histoire et son contexte. » Noémie

« En lisant le livre, aucune impression musicale ne m’est venue en tête. Quand le musicien a commencé à jouer, je fus surprise : je ne m’attendais pas à des notes aussi graves, puissantes. Au bout d’un moment, j’avais l’impression d’être partie dans un autre monde, un monde où la musique guidait mes pensées, comme un parcours dans mes souvenirs. Le timbre vibrant de l’instrument me donnait des frissons en continuité avec une sensation de chaleur emplissant ma tête. Cet instrument m’a profondément calmée. C’est comme si j’étais en méditation. Automatiquement, mes yeux se fermaient et les sentiments naissaient. » Ludivine

« J’ai trouvé le son de cet instrument très beau, mélancolique et joyeux à la fois, mais également très inattendu : je pensais que le son s’apparentait plus à celui d’un violon. La musique était très calme et m’a laissée dans un état de sérénité intense. C’était comme si j’étais transportée hors du temps et que plus rien n’avait d’importance.« Justine

A bientôt,

Frida & Paco

Paroles de lycéens, saison 1

tous les matins du mondecopyr. Gallimard

Bonjour à tous,

Jeudi dernier, nous avons accueilli à la médiathèque Bruno Angé, un musicien capable de jouer d’un instrument rare : la viole de gambe. Voilà qui nous fait remonter aux temps lointains de Louis XIV et de la musique baroque, featuring la cour de Versailles.

Il se trouve que la classe de Première L2 du lycée Alfred Kastler et son enseignante, Brigitte Schebath, préparant le bac français, étudient cette année le roman « Tous les matins du monde » de Pascal Quignard, . Pour être plus clair encore, il faut aussi vous expliquer que Bruno Angé est un « musicien récitant », à mi-chemin entre la musique et le théâtre. Pour raconter l’histoire de son instrument, il cite des passages du texte de Pascal Quignard, qui date de 1991.

Ce spectacle s’est décliné en deux temps, car deux classes du lycée Kastler de Guebwiller ont pu y assister jeudi dernier.

En voici d’ailleurs un court extrait :

 

A l’issue de ce mini-concert, les 29 élèves de madame Schebath ont livré à chaud quelques impressions. Ils ont tous eu le temps de les mettre sur papier, nous vous les dévoilerons en plusieurs parties, et les remercions encore :

« En observant l’archet se  frotter aux cordes et produire une vibration qui devient un son, j’ai trouvé cela magique et très beau. La musique m’a transportée ailleurs. J’ai oublié tout ce qu’il y avait autour de moi ; seuls la musique, la viole et le musiciens étaient présents. Par moments, j’imaginais des situations liées aux rythmes, je percevais des sentiments, de la colère de la tristesse« . Valentine

« J’ai trouvé ce concert très intéressant, tant sur le plan musical que sur le plan humain. Bruno Angé a réussi, avec simplicité et sérénité, à transmettre une certaine pureté à travers cet instrument original. C’était une sorte de « voyage intérieur », peut-être trop court… » Guillaume

« Cet instrument m’a beaucoup surprise au début. Puis, j’ai eu l’impression que c’était un mélange de plusieurs instruments : le clavecin, la contrebasse, l’alto et le violoncelle. La manière de jouer pouvait évoquer aussi la douceur d’une voix. les émotions évoquées dans le roman sont, d’après moi, très bien rendues. Parfois en fermant les yeux, j’arrivais à m’imaginer des scènes du roman… » Lucie

« J’ai trouvé ce concert très envoûtant. La viole, en plus de pouvoir reproduire les timbres de la voix, m’a semblé capable de communiquer à merveille les émotions. J’ai été tout simplement captivée, émue par les notes, incapable de perdre de vue et d’ouïe la viole, le violiste et la musique. » Mathilde M.

« Une musique calme, apaisante. Une septième corde pleine d’émotions. Une harmonie parfaite entre le musicien et l’instrument. Un jeu pur, des sons célestes. » Anne

« Après ce concert, le roman Tous les matins du monde prend tout son sens. Le calme, la sérénité invitent à une réflexion, à une redécouverte de soi. Monsieur de Sainte Colombe voit apparaître sa femme morte en jouant de la musique. Ce concert a réveillé des instants oubliés, des instants tristes, de la douleur, du découragement, mais apporte aussi beaucoup. La pureté qui s’en dégage est irréelle, inhumaine. La Georgienne de Marin Marais était magnifique. Le tombeau des regrets : c’était le roman qui parlait. On se perd en soi-même avec la viole de gambe. C’était un moment rempli de magie.«  Elise

 « Au fur et à mesure de l’écoute, je suis parti dans un véritable « bad-trip » musical. Plus l’instrument jouait, plus mes sens recherchaient un sens aux notes jouées. L’expression d’une singulière pureté m’a emmené encore plus loin dans la compréhension du caractère intemporel et universel de la musique. Cette expérience musicale était aussi une expérience humaine : le passé et le présent saisis en un instant. La paix, la sérénité invitent à une quête de soi à travers la musique. » Ruben

« Durant le concert, mon esprit s’est totalement vidé. Je n’ai fait qu’écouter, sans penser, ni ressentir ; j’étais absorbée par la musique. C’est la première fois que j’entendais cet instrument. On aurait dit une berceuse qui apaise tous les maux, les douleurs physiques, morales. La façon dont le musicien faisait virevolter les notes était incroyable et donnait envie que cela ne finisse jamais » Camille

A suivre…

Frida & Paco

 

 

 

 

 

les musiques se mettent au vert

natala

Coucou nous revoilou!

Eh oui, la pause estivale comme on dit ne se fait pas sans festivals musicaux de toutes sortes.
Aujourd’hui débutent les Eurockéennes, c’est toujours un grand moment de revivre Woodstock en Franche-Comté.
Ce grand rendez-vous, couplé la semaine prochaine avec le tout aussi excellent Décibulles bas-rhinois, ne nous font tout de même pas oublier d’autres manifestations, plus proches de nous, d’une dimension plus confidentielle, et qui mettent en avant la scène alsacienne et autres, le tout servi dans un écrin de verdure, qui dit mieux ? 

Organo-piano 2015 -2-2 _01_0samedisdutango

Guebwiller n’est pas en reste cet été. Tu parles Charles, dans notre cité viticole débute une toute nouvelle manifestation, mettant en avant le patrimoine architectural : 4 églises et une abbatiale, rien que ça. Organo Piano donnera lieu à des visites d’édifices, encadrées par des animateurs du Pays d’Art et d’Histoire de la Communauté de Communes de la Région de Guebwiller. 5 rendez-vous sous forme de concerts sont programmés entre le 4 et le 12 juillet prochains. Le premier a lieu demain en l’Eglise Saint-Maurice de Soultz.

Et maintenant place aux soirées « Olé », mais pas deux fois comme dirait DSK. Dès demain à 20 heures, le parc de la Marseillaise prêtera sa gloriette à des danseurs de tango durant 3 samedis. Intitulée Les Samedis du Tango, cette démonstration de danse est libre et gratuite. Attention toutefois à ne pas trébucher sous l’effet de la canicule. Vous me direz, tango s’amuse…faut continuer.

index

C’est le moment de vous présenter un petit festival tout à fait sympathique qui en est à sa deuxième édition. Leurs organisateurs, Virginie et Dominique, musiciens professionnels, l’ont mis en place à Steinbach, plus précisément à la clairière du Silberthal, où se trouve une ancienne mine de potasse. Là encore, le patrimoine s’invite à la fête.
Dès ce soir, c’est carrément un guebwillerois, de surcroît lecteur assidu à la médiathèque, qui viendra chanter ses derniers titres. Eh oui, dès 20h, Thierry Erny retourne sur scène, avec son univers et sa guitare.
Il sera suivi à 20h30 par Jesers. Ancien membre du groupe mulhousien La Vieille Ecole, celui-ci  poursuit depuis quelques années une carrière en solo. Entre chanson, slam et musiques du monde, il vous fera voyager!!

Les dates suivantes auront lieu au mois d’août.


natala_2015-628x355

A peine plus loin, à Colmar, le Natala se consacre également aux musiques actuelles. Hip-hop, rock (n’roll), électro, vous y retrouverez de la vraie Pétasse d’Alsace, de l’électro, du piano planant, et même l’innénarable Barré White, un alsacien spécialisé dans l’art de la Socadance.
Cela aura lieu du 16 au 19 juillet prochain.
Gratuit pour les membres Hiéro, 5 euros en caisse du soir. C’est donné vous dis-je.

Chez nos cousins germains bas-rhinois, n’oubliez pas votre ocb, car le Summer Vibration Reggae Festival, organisé par la mythique Zone 51, sera consacré à cette musique venue des Caraïbes, un tantinet répétitive, mais ô combien odorante. Paco aime bien les clichés de temps en temps.
Ce qui n’empêche des artistes plutôt issus de la scène électronique comme Chinese Man de se joindre à la fiesta, euh.. la teuf, pardon. Si maintenant on écrit comme des losers qui va encore nous lire ?

Bien évidemment, et un peu plus loin, le Montreux Jazz Festival suisse ou le Paleo Festival de Nyon invitent comme chaque année des pointures, tout comme Les Vieilles Charrues, mais tous ces endroits ont-ils encore besoin de publicité ?

Bon on vous laisse, Frida prépare la refonte de son groupe Abba. Attention la chorégraphie, ça va être chaud bouillant verdommi.

Allez on s’arrête là, août sera pour la prochaine fois!

A vos piscines,

Bye (ça veut dire ciao en anglais)

Frida & Paco

Faites de la musique, dimanche 21 juin

logofetedelamusique2015

Salut tout le monde,

Ca y est, nous y sommes, c’est la semaine de la fête de la musique!
« Toutes les musiques du monde » sont conviées à l’événement, il y aura 17 endroits différents en ville, où vous pourrez vous promener pour écouter des artistes, et boire un coup aussi, il va sans dire.
La médiathèque, en partenariat avec l’espace jeunesse de la ville, et l’amicale du personnel, vous proposent plusieurs concerts sur la terrasse du musée Théodore Deck et des Pays du Florival. 

showmusical

Pour débuter, de 16h à 17h15, le show musical « Il était une fois Disney », proposé par Cécile Gontard, rassemblera les enfants du périscolaire des quatre écoles élémentaires de Guebwiller pour un spectacle qui sera axé sur les oeuvres de Disney. Ils se sont produits au théâtre municipal de la ville ce mois-ci, vous avez donc l’occasion de les revoir ce dimanche.

cigalangels

De 17h30 à 18h30, le concert suivant sera assuré par la chorale des Cigal’Angels de Guebwiller , une bande de jeunes choristes dirigées par Claude Jeannin, rattachée à la Cigale du Florival, active depuis les années 1970 dans la vallée. Et ce n’est pas que du classique!! Il y aura des chansons d’aujourd’hui, oui oui : Indochine, Cabrel, Abba…

le-groupe-mande-foly-amp-billy-photo-l-alsace-thierry-gachon (photo Thierry Gachon / L’Alsace)

De 18h45 à 21h30, on continue avec des percussions et de la danse africaine!!
Le début de soirée sera rythmé par Billy et Diane Trauth, percussionniste et danseuse de leur état, accompagnés d’une troupe de 30 musiciens et danseurs , on se croirait presque chez Carlos « Patato Valdès » dites donc.
Juste avant 20h, nous aurons certainement la visite de la fanfare itinérante de Rouffach (prononcez Guggamusik), qui s’arrêtera entre autres devant l’Eglise Notre Dame.

LEPTITBLANC (copyright Jacques Fuchs)

La soirée finira sous les airs de la musique folk(lorique) du groupe Le Ptit Blanc. Parmi eux, on trouve les créateurs du festival Lutherie Dancerie mét Müsik de Lautenbach. Vous aurez droit à des airs alsaciens, bretons, anglais, suédois, bref, européens, joués sur accordéons, guitare, vielle à roue, cornemuse…
N’oublions pas l’Amicale du Personnel de la ville de Guebwiller, qui proposera sur place de quoi manger et boire.
Pour cette occasion festive, nous vous avons également concocté une radio spéciale Guebwiller fête la musique, axée sur les musiques du monde, avec de la pop aux accents lointains, de l’électro « asian », du tango électronique…

On récapitule :

16h – 17h15       Show musical  « Il était une fois Walt Disney« 
17h30 – 18h30    La chorale des Cigal’Angels, classiques des années 80
18h45 – 21h30    Billy & Diane Trauth, percussions & danses africaines
21h45 – 23h       Le P’Tit Blanc, folklores d’Alsace, Bretagne, Angleterre, Suède…

Amusez-vous bien , et passez nous voir!!

A bientôt,

Frida & Paco

Les classes musicales de la médiathèque

paga

Bonjour tout le monde,

Alors là, on va vous parler de nos futurs accueils de classe musicaux. Eh oui, 18 ans qu’on fait ça, avec notamment des classes de l’école élémentaire du Rebzunft et une classe d’Inclusion Scolaire (CLIS) de Jean Schlumberger. Nous avons aussi travaillé avec les autres hein, mais moins régulièrement, comme pour carnaval entre autres, avec des classes bilingues, achtung.
Cette année, Dorothée nous a dégoté un artiste de derrière les fagots. Car il faut rendre à Corbier et Jacky ce qui leur appartient.
Pour ce mois de juin donc, et pour annoncer la fête de la musique dont le thème est les cultures du monde, nous avons invité à la médiathèque Paga, musicien spécialisé dans les percussions, petites et grandes, connues et moins connues. Il y aura donc de la musique en live comme on dit.

Paga vous présente l’évènement comme ça :

« Un voyage dans l’univers de la percussion… car les percussions sont un univers à part entière. Et le rythme est universel.
La vie est rythme. De celui de notre cœur à celui de nos vies, rythmes des champs ou rythmes des villes. Chaque culture, sur chaque continent, a développé des instruments de musique et des rythmes qui clamaient son identité. Le rythme exprime la couleur de toute les émotions… il peut-être religieux, militaire, festif, triste, amener la transe ou l’apaisement et la sérénité…
Le percussionniste revêtira ainsi plusieurs visages: de musicien pouvant évoluer dans n’importe quel registre musical et dans n’importe quel type de formation, à celui d’accompagnateur sonore d’autres formes d’arts quelles qu’elles soient s’il évolue vers
les arts du spectacle vivant… Le public sera ainsi invité à découvrir un univers aussi riche que vaste, au rythmes de quelques extraits musicaux permettant de présenter une magnifique collection d’instruments de percussions du monde, certains ancestraux,
d’autres contemporains, quelque part entre un oeuf « shaker » et des congas ou entre une calebasse et un Hang… entre rythmes traditionnels et compositions personnelles…
Paga a participé entre autres au festival ramdam, ce qui veut dire que tout ceci sera de qualité.
Les élèves de CM1/CM2 de Sophie, les 26 autres CE2/CM1 de Caroline , et ceux de la Classe d’Inclusion Scolaire de Claudio qui se trouve à l’école Schlumberger vont pouvoir venir apprécier ces instruments et ces musiques, que nous leur avons fait écouter depuis un petit mois déjà. Le pied, quoi.
On ne va pas vous décrire tous les instruments, sinon la fête de la musique sera passée, en tous cas cela s’annonce bien, comme le temps!!!

Tous les vendredis, dans le cadre de l’accueil de la CLIS, on met des vidéos en ligne sur notre page musicale Facebook, toujours en lien avec les musiques du monde.
La dernière, c’était celle-ci, un groupe argentin friand de matériaux de récupération.

A bientôt!

Paco, Frida & Dorothée

musiques et jeux pour tous, la suite

tremplindeslycées

Bonjour tout le monde. Eh bien on peut dire que cette fin de mois est bien remplie d’animations.

Tout d’abord, on pensait qu’il serait bien que les jeunes musiciens du coin puissent bénéficier d’un endroit où jouer.
C’est chose faite : ce samedi 28 mars, à partir de 13 heures, la médiathèque, en partenariat avec l’association Dans Ma Buhl, vous propose d’assister à une série de mini-concerts donnés par des élèves des lycées Théodore Deck et Alfred Kastler de Guebwiller.
Au total, ils sont 4 à jouer pendant environ 20 minutes.

Les premiers à se produire seront les lauréats du Festival Flor’en Scène de l’année dernière. Le rock de RESISTANCE débutera donc l’après-midi.

Suivront SALOME DOTTER, le groupe AIM, du lycée Alfred Kastler, et NOEMIE MULLER, du lycée Deck.

Bonne chance à eux!

Notez qu’il y aura une buvette avec quelques boissons non alcoolisées et deux – trois sucreries, mais également un stand VitaCulture, du nom de la carte qui vous permettra de bénéficier de tarifs réduits dans pas mal de festivals, mais aussi des cinémas…Vous pouvez écouter l’interview de Maily Litty, membre de Dans Ma Buhl,

 

Tous ces artistes seront présents le 30 mai prochain, à l’occasion du Festival Flor’ en Scène.

playmillejeux

 


A part ça, vous aurez accès à pas mal de jeux à l’espace jeunesse.
En matinée, la ludothèque Mille Jeux de Guebwiller vous propose, entre 10h et 12h,  de découvrir une sélection de jeux sur le thème de l’arbre : jeux en bois, un Robin des Bois, un arbre à trous avec billes à faire monter, tout cela sera visible chez nos collègues de l’étage. Tout un programme non ?
Sinon, comme depuis deux samedis déjà, vous aurez accès à des consoles de jeux vidéo, genre 3DS à partir de 6 ans, et PS4 dès 16 ans, on vous en a déjà parlé.
Cela se passe entre 14h30 et 17h30, avec chaque fois un créneau d’une heure.
Pensez surtout à réserver par mail les cocos : contactez la direction, j.tschaen@ville-guebwiller.fr ou c.facchin@ville-guebwiller.fr, ou téléphonez-nous au 03 89 74 84 82.

On remercie encore la Médiathèque Départementale du Haut-Rhin au passage pour la mise à disposition de tous ces jeux, il faut dire que ça marche!

Venez nombreux!!!

Paco & Frida

En mars, on joue

accueil TremplinFlorenScène
Crédit image affiche « Festival flor’en scène » : Dans ma Buhl

Salut les jeunes. Ce mois-ci, ça va être un peu votre fête puisqu’on va vous proposer et de jouer et de faire vos groupies. Essayez d’être un peu attentifs le temps que l’on vous présente le programme parce-que « c’est du lourd » (Mon Dieu quel langage, heureusement que Proust n’est plus de ce monde !).

Notez que du 10 au 28 mars, l’opération « Des jeux vidéo en bibliothèque » aura lieu à la médiathèque de Guebwiller en collaboration avec la Médiathèque Départementale du Haut-Rhin, qui mettra à notre disposition une console « PS4 » et une « DS3 » avec les jeux, l’écran les haut-parleurs qui vont avec, bien entendu.

La DS3 sera disponible dès demain (jeux adaptés aux enfants de 6 à 12 ans) durant les horaires habituels d’ouverture de la médiathèque.

Trois samedis après-midi seront consacrés à la folie des jeux vidéo. Vous disposerez de la console PS4 avec écran et haut-parleurs ainsi qu’une sélection de jeux. Les 14 & 21 mars de 14h30 à 17h30 seront réservés aux enfants à partir de 6 ans. Attention, l’inscription sur place est obligatoire.

Samedi 28 mars dès 13 heures, le tremplin « Flor’en scène » aura lieu dans les locaux de la médiathèque et réunira les musiciens des lycées Deck & Kastler. Le choix du jury déterminera lesquels de ces artistes seront présents au festival qui se déroulera le 30 mai prochain. Une buvette de champomy sera tenue sur place toute la durée du tremplin. A l’issue des concerts, ça sera au tour des ados de 16 ans et plus de venir jouer à Call of Duty ou encore The last of us sur PS4, ah ça vous en en bouche un coin n’est-ce pas ?! Et l’entrée est libre.

En amont, la jeunesse proposera du 16 au 28 mars des jeux de société (ça y est, on en a perdu quelques uns) en collaboration avec l’association « Mille jeux ». Le tout sur le thème de l’arbre et des jeux en bois. Un temps fort sera organisé samedi 28 mars de 10h à 12h et c’est ouvert à tous.

On peut déjà si on le souhaite prendre connaissance de la liste des jeux proposés sur les deux types de consoles, c’est par ici http://issuu.com/mediagueb/docs/jeux_ps4 et http://issuu.com/mediagueb/docs/jeux_3ds.

Et maintenant, rêvez… Des becs.

Frida & Paco

10 disques pour 2014, saison 2

timbertimbrerotorotoronyeabor

Hello,

Voici donc d’autres petites pépites publiées cette année, et dont on voulait vous parler.

En 2014, les musiques psychédéliques sont définitivement de retour, avec des groupes français comme Moodoïd ou Forever Pavot (ça ne s’invente pas). Pink Floyd exhume quelques titres de ses tiroirs, et ça marche!!
N’empêche que d’autres artistes cherchent d’autres directions en créant des ambiances sonores assez indéfinissables. Parmi eux, Timber Timbre (Taylor Kirk à la ville) s’en sort pas mal. Artiste canadien, il en est à son 6ème disque, et c’est toujours très bon, surtout en concert, jugez ici. Ambiance embrumée, voix accrocheuse avec même de l’écho, on est en 2014!

Timber Timbre « Hot dreams » (Arts & Crafts)

Objet sonore pas trop identifié, l’Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp trouve sa voie entre pop mélodieuse, musiques du monde et jazz, voici le résultat. Ils ont fait venir John Parish, grand producteur, mentor de PJ Harvey, pour rendre l’objet plus « efficace », ça groove dans les chaumières!!

Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp « Rotorotor » (Red Wig)

En décembre 2006, James Brown nous quittait en plein 25 décembre. Le bonhomme avait une aura planétaire, du coup on s’est mis au funk aux confins du Nigéria, d’une manière un peu plus psychédélique. Entre 1977 et 1983, l’illustre inconnu William Onyeabor a gravé quelques titres significatifs, dont celui-ci. L’afro beat de la famille Kuti, Fela and Co, n’est pas très loin!

William Onyabor « Who is William Onyeabor? » (Luaka Bop)

lanegangiedre

Allez on continue avec un peu de rock façon new wave, émaillé de synthétiseurs (non, ce n’est pas Christine & The Queens), voici l’album « Phantom Radio » de Mark Lanegan et son Band. Membre d’anciens groupes comme notamment les Queens of The Stone Age, il s’inspire d’un rock sombre de la fin des années 80 qu’il magnifie d’une voix rauque. Cela avait déjà fait mouche avec son précédent disque « Blues funeral ». Petite vidéo par ici

Mark Lanegan Band « Phantom Radio » (Heavenly Recordings)

Et pour finir, une petite note d’humour (noir) avec GiedRé et ses textes assez mordants il faut dire mais tellement vrais non? Vous pouvez vous faire votre propre opinion en voyant ça. On vous avait dit que c’était o-ri-gi-nal.

Giedré « Mon premier album avec d’autres instruments que juste la guitare » (Le rat des villes)

jungle

Et voilà, comme le disque de GiedRé date de 2013, vous avez droit à un supplément : ce seront les anglais
très soul de Jungle. Leur titre The Heat nous a fait dresser l’oreille, ça fait du bien!! Quelques petits sons électroniques apportent une fraîcheur et une fluidité au disque.

Jungle « Jungle » (XL Recordings)

On en a oublié, mais ne vous inquiétez pas, on vous a aussi concocté un petit best of de l’année en 60 titres avec musicMe. Vous pouvez écouter intégralement la radio « 2014 dans le rétro« , allez c’est parti!!

Allez c’est bientôt Noël, on va pas vous ressortir Tino mais une version plus moderne

Fêtez bien, coquillages et crustacés, dinde et tutti chianti, et rendez-vous l’année prochaine!!!

Bises

Frida & Paco

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑