Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Catégorie

Critiques livres jeunesse

Journal d’un garçon

journal d'un garçon photo
Journal d’un garçon de Colas GUTMAN – Ecole des Loisirs (Médium), 2008

A partir de 12 ans

Paul, élève en classe de seconde, écrit son journal intime en dépeignant sa vie de famille entre son père et sa belle-mère qu’il trouve ringards et inintéressants, sa soeur Flo, sa mère « très absente » et surtout Lisa Tapir, une fille de Terminale A3, dont il est tombé amoureux.
Cet amour n’est pas réciproque, mais Paul veut mettre toutes les chances de son côté pour conquérir Lisa, allant jusqu’à s’inscrire dans le même cours de théâtre qu’elle.
A priori, une histoire d’adolescent banale et insipide. Pourtant…

Le journal intime ayant en général une étiquette très « girly », celui-ci recueille les réflexions d’un garçon en proie à une flopée de questions sur la vie, ses désirs, ses espoirs et ses déceptions. Bien qu’amoureux fou de Lisa, Paul n’en est pas moins lucide et dédramatise les échecs auxquels il est confronté. Les réflexions qu’il livre à son journal sont souvent hilarantes et sonnent justes, cela rend la lecture de ce roman très plaisante.

On devine que Colas Gutman (né en 1972) raconte sa propre adolescence qu’il a transposée dans le contexte actuel. En effet, la Terminale A3 n’existe plus, les références musicales proviennent des années 1980 et se mêlent aux pantalons « slim » et aux SMS des téléphones portables. Mais ça n’a pas grande importance, on y prête à peine attention car ce qui compte en réalité, c’est la saveur de l’histoire et celle-ci est tout à fait délicieuse.

Roman disponible en section adultes (roman ado)

Caroline.

Publicités

Anne a trouvé une petite perle


doisneau

Les enfants de la place Hébert – Robert Doisneau, 1957

Anne, qui n’était plus intervenue sur ce blog depuis quelques temps, a trouvé une petite perle de Marie-Aude Murail, auteur de littérature jeunesse :

La fréquentation précoce des livres offre à l’enfant des modèles et des références qui l’aident à comprendre le monde et à en surmonter les difficultés… Et puis, à force de fréquenter les fées, les ogres, les fantômes et les animaux qui parlent, il apprend à faire la différence entre le réel et l’imaginaire. Plus on est tôt imprégné de culture populaire et enfantine, plus on a d’épaisseur d’imaginaire, moins on sera perméable aux faux enchantements, que ce soit ceux des politiciens fascisants ou des gourous sectaires. Avoir la tête dans les étoiles à trois ans, c’est avoir les pieds sur terre à vingt ans.

Prix Tam Tam "Le baume du dragon" de Silvana Gandolfi

baume du dragon
Anne de Guebwiller a beaucoup aimé ce roman « Le baume du dragon » de Silvana Gandolfi et, ô comble, celui-ci a obtenu le Prix Tam Tam au Salon du Livre et de la presse jeunesse le 29 novembre dernier.

Voilà ce qu’en dit le mensuel « Je bouquine » du mois de janvier :

L’histoire se passe au Népal où un homme de 55 ans, déprimé, découvre un baume qui lui permet de rajeunir. Il rencontre aussi une déesse vivante, la kumari, particulièrement insupportable… Vous avez élu le roman le plus drôle de la sélection qui, comme le dit Anne, de Limoges, « est un livre peuplé de personnages attachants qui rêvent, au fond d’eux-mêmes, d’une vie différente. L’humour décalé détonne avec le sujet grave du temps qui passe, c’est un ingrédient de premier choix qui, au final, donne un petit goût frais et sucré, parfait pour relever un coup de blues ».

Menu royal pour les fêtes en section jeunesse

Pour commencer, soupe aux miettes préparée par l’âne Trotro sucette trotro que les petits adorent parce que « la soupe ça fait grandir » la soupe ça fait grandir

Pour le poisson, en ces périodes de fêtes, nous allons manger « Arc-en-ciel, le plus beau poisson des océansarc en ciel rien que cela, avec  quelques « patates » de Christian Voltz patates

Ensuite, un « vilain petit canard » vilain petit canard s’imposerait. Nous pourrions l’agrémenter « des fruits du soleil » fruits du soleil pour le faire passer.  Nous pouvons aussi opter pour « le coup de gigot » coup de gigot de Roald Dahl, avec ses petits légumes. Au choix…

« C’est bon, c’est beau ! »c'est bon c'est beau

Mais après tout cela, nos ventres sont bien rebondis. Il faudrait y faire un peu de place pour la suite avec un petit « livre des trous » livre des trous
(normands, sans alcool s’entend)…
Il est temps de passer du salé au sucré. sucré salé

Pour le dessert, un tiramisu tiramisu rafraîchissant peut-être et des petits gâteaux à gogo, petits gateaux à quatre mains faits maison à grignoter pouru patienter et accompagnés d’une tisane digestive faite avec une « bonne mauvaise herbe »bonnes mauvaises herbes

Ce menu n’est qu’une proposition. Vous êtes cordialement invités à venir composer le vôtre à la médiathèque.
Vous l’aurez compris, nous sommes « toqués de cuisine » toqués de cuisine et aimons que notre cuisine soit grande comme le monde.
Après toutes ces ripailles, je me remettrait à mon plat préféré : les « pasta » sous toutes leurs formes…pasta

Anne Cholley, gourmande !

A la croisée des mondes de Philip Pullman

philip pullmannCe livre, petite somme de 1000 pages, qui ne devrait pas faire peur à nos lecteurs de Harry Potter et autres GROS livres à la mode en littérature jeunesse, va être adapté au cinéma pour cette période de Noël. Du moins le premier tome…

Eh bien je crois que je n’irai pas le voir, car je viens de terminer la lecture d’une oeuvre puissante, philosophique, d’un l’imaginaire qui vous emporte dans « d’autres mondes », comme une souffle qui vous transporte hors du temps et de vous-même. Il ne s’agit pas ici de livre « pour » enfants, mais d’un livre pour tous (à partir d’un certain âge tout de même). Un livre dont on a le sentiment de sortir plus intelligent. Je suis sous le charme. Et ce n’est celui de Nicole Kidman qui me tirera de ce sortilège.

Les références sont légion dans cette oeuvre : John Milton (« Le Paradis perdu »), William Blake, L’Ancien Testament, Darwin et l’évolutionnisme, la mythologie grecque et d’autres encore, mais il n’est pas nécessaire d’en être conscient pour comprendre que Pullman a écrit un livre sur la condition humaine, le courage, l’amour de la vie, l’amitié, la mort, la soif de connaissances, la relation science et spiritualité, la nécessité de sauvegarder notre environnement naturel.
Il nous parle de tout cela sans en avoir l’air avec des histoires magico-fantastiques et c’est ce qui fait sa force.

Anne Cholley

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑