Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Mois

avril 2014

SEG’PAs à pas

Femme chien rue - copie
Crédit photo : élèves de la 4ème SEGPA, Collège Mathias Grünewald de Guebwiller

Discrets phénomènes, l’expo photo réalisée par Jordane Prestrot ornera nos murs jusqu’au 2 mai, mais bande de veinard(e)s que vous êtes, elle est également visible en ligne ici (trop bien). Ensuite, nous enchaînerons les oiseaux sur un projet photographique réalisé par une enseignante en classe de SEGPA au collège de Guebwiller et ses élèves. Leurs travaux seront exposés à la médiathèque du 6 mai au 28 juin (en section adulte). Katia détaille ci-dessous le projet, y’a plus qu’à lire !

Projet SEG’PAs à pas :

Le projet photographique SEG’PAs à pas est né de mon intérêt pour la photographie de rue et de la motivation qu’ont montré les élèves lors de son évocation en classe.
En effet, l’idée de jouer les photographes dans les rues de Guebwiller, rues qui constituent leur territoire proche, a d’emblée suscité l’engouement de ces adolescents.
Pourquoi SEG’PAs à pas? Parce que ce sont des élèves de 4ème SEGPA, Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté du collège Mathias Grünewald de Guebwiller et que pas à pas, ils se sont familiarisés avec l’outil photographique, et des notions comme le cadrage, la lumière, la profondeur de champ… Mais aussi, pas à pas, parce qu’ils ont arpenté les rues de Guebwiller pour en saisir les moments du quotidien, ces petits riens qui de façon fugace habitent notre champ visuel, et peuplent de manière inconsciente notre propre parcours dans la ville. Le résultat n’est peut être pas irréprochable, mais en observant à travers les clichés leur appropriation de ces lieux, on découvre leur propre interprétation de cet environnement souvent gai, parfois triste mais d’une lucidité déconcertante.

Le second volet du projet était la mise en écriture de ces photos. Nous voulions que les textes soient intimement liés aux clichés. En introduisant l’exercice de style très particulier de l’acrostiche ( Poème dont les premières lettres de chaque vers forment un mot dans le sens vertical) avec le nom propre GUEBWILLER, les élèves pouvaient transmettre leurs émotions et leur ressenti «à posteriori» sur leur travail et l’environnement de leur inspiration. Il s’agit d’un travail complexe qui fut parfois très laborieux pour coller au thème de chaque photo. Leur effort en est d’autant plus louable.

Je pense que ce projet a permis aux élèves de travailler plusieurs compétences et a fait appel à presque tous leurs sens. J’ai énormément apprécié leur implication et la confiance qu’ils m’ont témoigné dans la transmission des consignes et le choix des clichés les plus opportuns. Ce projet a également permis de retrouver une cohésion au sein du groupe classe, nécessaire à son aboutissement.

Je tiens également à souligner que ce projet, sous une autre forme, a été étendu à l’atelier Hygiène Alimentation Service de ma collègue, Sylvie Brice-Cordier, qui gérera la confection du buffet de la soirée du vernissage avec ses élèves de 3ème SEGPA. Nous souhaitions en effet solliciter plusieurs niveaux de la SEGPA dans un objectif commun.

Ce projet n’aurait pas été possible sans le soutien indéfectible de notre directeur de SEGPA, Jean-François BRINGEL, qui a encouragé les élèves et les enseignants dans cette démarche avec beaucoup de bienveillance et dans un esprit de solidarité, mais aussi grâce à Monsieur Grunenwald, Principal de l’établissement qui a lui aussi suivi, «pas à pas», la progression de cette aventure et en a permis le financement. Je tenais à les en remercier. Katia Funfschilling.

Nous publierons ici chaque jour une photo accompagné d’un texte d’élève, à partir de la semaine prochaine.

Bon week-end les copains. Des becs.

Frida & Paco

Publicités

Un spritz à Venise ?

venise recettes culte spritz
Crédit image : Ed. Marabout
et la photo du spritz, c’est nous

Toi qui nous suit depuis bientôt 7 ans (le temps n’a pas de prise sur nous en effet), tu sais que nous vouons une passion sans borne à la cuisine et à l’Italie.

Quand on a appris que la it-auteur et styliste culinaire Laura Zavan venait de publier un livre consacré aux recettes culte vénitiennes, on a été très heureux (il ne nous faut pas grand chose vois-tu pour égayer nos journées), on allait pouvoir s’en donner à coeur joie des apéros, antipasti, primi piatti, dolci etc.

Venise est une ville magique, on est tous d’accord, mais sa gastronomie est tout autant divine et variée. Quel bonheur de voyager en compagnie de Laura à travers les 266 pages de son livre intitulé « Venise, les recettes culte ». On a démarré à l’apéro avec la recette de la Baccala mantecato (délicieuse crème de morue) et du spritz, un apéritif très répandu en Vénétie, un truc très dangereux car lorsque tu commences bah tu ne termines jamais ! Ensuite il y a les antipasti (les entrées), bon là normalement tu as déjà les dents du fond qui baignent, mais qu’est-ce que tu veux, tu es en Italie, il fait beau, les gens sont beaux, souriants, tu te laisses aller à déguster du carpaccio comme chez Cipriani (patron du mythique Harry’s Bar de Venise) ou des capelonghe (couteaux à la vénitienne). Note que la polenta est aussi très appréciée en antipasti, c’est fameux la polenta non ? A la carte du primi piatti, tu trouveras essentiellement des pâtes et du risotto, le risotto al nero di seppia (noir de seiche) c’est divin. Les poissons, viandes et légumes font partie du secondi piatti, si tu es toujours vivant, tu peux te régaler d’un excellent fritto misto (friture de poissons et légumes), ça passe tout seul. Il te reste une petite place ? Les gourmandises vénitiennes (dolci) n’attendent que toi, le tiramisu est originaire de Venise et même si c’est le dessert qui te fera prendre 5 kilos d’un coup, dis-toi qu’il les vaut bien. Naturellement, tu termineras en beauté ton repas par un ristretto (ne t’avise jamais de commander un café léger en Italie, on rirait de toi) accompagné d’une bonne grappa.

Les mets sont joliment illustrés, les recettes bien détaillées avec à chaque fois une anecdote historique ou un conseil de dégustation. Laura a glissé des plans de Venise dans son livre où elle dévoile certaines adresses intéressantes, la plus vieille gelateria de Venise par exemple. Les annexes sont consacrées aux achats gourmands à faire à Venise (pâtes artisanales, riz à risotto, cèpes séchés…), aux vins et aux bonnes adresses gastronomiques. « Venise, les recettes culte », une bible on vous le dit.

Pour en savoir plus sur Laura Zavan, visitez son site internet www.laurazavan.com ou il blog www.laurazavan.com/le-blog-de-laura-zavan

Joyeuses Pâques ! Des becs.

Frida & Paco

"L’étoffe des ailes", une nouvelle exposition au musée Théodore Deck

etoffedesailesphoto

Salut la compagnie,

Vous le savez peut-être, le musée Théodore Deck et des Pays du Florival accueille depuis le début du mois « L’étoffe des ailes », une nouvelle exposition axée sur l’art contemporain, fruit du travail de l’artiste plasticienne Marie Goussé.
Son oeuvre principale est en fait une grande aile réalisée avec la technique du papier céramique, et dont la réalisation a nécessité l’intervention des services techniques de la ville, précisons tout de même! (voir photo ci-dessus)

Sinon, Marie Goussé est plutôt une inconditionnelle du ready made qui consiste à faire de tout objet une oeuvre d’art (on résume, là). Vous verrez donc au rez-de-chaussée et à d’autres étages des objets de la vie quotidienne (chaises, lit…) qui se mélangent au décor disons plus « classique » des salles. Les pros appellent ça « in situ ».

Mais c’est pas fini, car nous vous proposons tout de même de découvrir l’exposition à travers une interview radio réalisée avec l’artiste. Vous entendrez tout ça en cliquant ici

Et à part ça ? Eh bien, sur musicMe, une sélection de titres est consacrée à l’exposition. Elle est basée sur des musiques appréciés par l’artiste, enrichie également par nos soins, donc faites-vous plaisir, tout est

Remercions chaleureusement notre collègue Marion Bossard qui s’occupe du musée car sans elle, pas d’interview, pas de musique, enfin rien, quoi.

L’exposition est visible jusqu’au 1er juin prochain, et les horaires d’ouverture du musée sont indiqués ici

A bientôt donc,

Paco & Frida

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑