Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Mois

mars 2014

Roue Pèt’, échange et partage !

roue pet Crédit photo : Roue Pèt

Quand une association originale se créée, cela mérite bien que l’on s’y attarde un peu ! Roue Pèt’ est un atelier de vélo-réparation participatif. Le principe est simple, on vous permet d’entretenir et de réparer votre vélo en échange d’un petit coût d’adhésion, les jours d’ouverture de l’atelier.

Pas de panique, vous ne serez pas livrés à vous même, au contraire, des bénévoles de l’association sont là pour vous guider et vous conseiller, des pièces détachées sont mises à disposition des cyclistes. L’idée est d’inciter au participatif et à la solidarité, en effet, une fois que vous serez initié(e), vous pourrez aider d’autres cyclistes à réparer leur bicyclette.

L’association a été imaginée par une bande de jeunes gens, passionnés de vélo désireux de faire la promotion active de ce type de déplacement doux, ils proposeront régulièrement des animations de rue, des ateliers mobile et des soirées autour du voyage à vélo. Le vélo dans le Florival !

Roue Pèt’ existe depuis octobre 2012 déjà mais l’atelier vient d’ouvrir ses portes au 9 rue de l’Ancien Hôpital (à côté de l’ancien cinéma) à Guebwiller. Les horaires d’ouverture sont les suivants :

– Jeudi de 17h à 20h
– samedi de 14h à 17h

Pour toute question complémentaire, vous pouvez contacter Géraldine ou Nico par mail contact@rouepet.org

Bientôt, une interview sera disponible sur la radio de la médiathèque, soundcloud.com/mediagueb

A plus dans l’bus les oiseaux.

Frida & Paco

Publicités

L’odeur des planches

odeur-planches-1276451-616x0 Editions Le Rouergue

Samira Sedira comédienne de métier, réceptionne un jour un courrier provenant du Pôle Emploi lui indiquant qu’elle est en fin de droit. Coup de massue, forcément, même si on s’y attend, les mots inscrits sur la feuille sont douloureux. A l’heure où le régime d’indemnisation des intermittents pourrait être supprimé, il est bon de se rappeler parfois que le monde du travail pour les gens du spectacle est vraiment chien parfois. N’est pas Marion Cotillard qui veut…

« L’odeur des planches », récit autobiographique de Samira Sedira raconte son combat de comédienne de théâtre qui après avoir joué dans des spectacles d’envergure au festival d’Avignon par exemple, n’a plus entendu le téléphone sonner depuis bien longtemps. Et au bout de quatre ans sans travail, c’est la coupure de vivres, Samira n’a plus droit aux allocations chômage, elle qui ne sait rien faire d’autre que jouer la comédie n’a pas le choix, elle fera des ménages.

A travers un court récit qui tient sur 135 pages, Samira livre des souvenirs d’enfance lorsqu’elle, la petite algérienne, débarque accompagnée de ses parents à Marseille, elle se souvient aussi de la profonde dépression liée au mal du pays dont va souffrir sa mère, souvenirs ponctués de son quotidien de femme de ménage, anonyme, nettoyant des cuvettes de toilettes sales parfois. La femme de ménage transparente dont on connaît à peine le prénom, dont on remarque à peine le passage dans l’appartement. Samira qui, pour obtenir encore un peu de reconnaissance ment à ses voisins de quartier et dit exercer le métier de comédienne, ça fait rêver les gens…

« L’odeur des planches » est un fabuleux témoignage d’une partie de la population qui souffre de cette misère sociale, ces gens dont on parle parfois mais qu’on s’empresse d’oublier parce qu’on est bien content de ne pas être dans leur situation.

On n’est pas d’humeur jouasse aujourd’hui, on s’en excuse. Des becs.

Frida & Paco

Les ignorants

ignorants Crédit image : Futuropolis

Le vin semble être un thème porteur, en effet, on ne compte plus le nombre de bandes dessinées parues en 2013 en rapport avec les vignes. On en a profité pour surfer sur cette vague en organisant nos fameuses « Gouttes de Dieu« , véritables séances d’initiation à l’oenologie dont la dernière aura lieu en mai prochain. 

Etienne Davodeau, auteur de bandes dessinées, dont une des oeuvres « Lulu femme nue » vient d’être adaptée au cinéma par Solveig Anspach (souvenez-vous « Haut les coeurs »), a publié en 2011 « Les ignorants : récit d’une initiation croisée ». On a envie de vous dire, tout est dans le titre les oiseaux ! Etienne Davodeau, l’auteur donc, n’y connait rien au monde du vin et Richard Leroy, vigneron, n’a quasiment jamais lu de bande dessinée. Les deux vont se livrer à une expérience intéressante, durant un an ils se plongent dans leur univers respectif, une initiation croisée.

A travers 267 pages d’un roman graphique en noir et blanc, Etienne et Richard vont se promener dans les vignes et dans quelques coins de France et de Belgique, ils rencontreront viticulteurs et autres professionnels de la vigne (même ce cher Parker, auteur du guide) ainsi que des éditeurs de BD ou encore des auteurs célèbres tels que Gibrat. Les deux amis font découvrir au lecteur deux univers très différents, on apprend ce qu’est la biodynamie et les contraintes liées à cette approche de l’agriculture, on découvre aussi tout le labeurl mis en oeuvre pour imprimer les cahiers des bandes dessinées. Peu à peu, les compères vont se passionner l’un pour la vigne, l’autre pour l’écriture et le dessin. Ils vont réaliser que les deux sont animés par une passion commune, leur métier. « Les ignorants » ça se déguste comme une bonne bouteille de Clos des Rouliers (comme on fait trop nos malins) du domaine Richard Leroy. Notez que la bd a otenu le prix du meilleur livre consacré au vin, le « Gourmand Awards 2012 », si ça ne vous donne pas envie de la lire, on n’y connait plus rien en lecture publique nous…

On se donne rendez-vous mardi soir 11 mars (Cloclo, ça fera 36 ans), dans les starting block dès 19h30 pour l’avant dernière séance des « Gouttes de Dieu » où Jean-Philippe devrait nous faire rêver avec des accords vins/desserts… La soirée pourra être suivie en direct sur instagram et twitter (@mediagueb).

Si vous ne savez pas quoi faire samedi 8 mars, sachez que c’est la journée de la femme et que des animations organisées par la ville de Guebwiller sont prévues au cinéma du Florival, voir le programme ici.

Des becs.

Frida & Paco

PS : Le domaine Richard Leroy est situé en Anjou.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑