Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Mois

novembre 2013

La boîte à secrets

boite à secrets Boîte en céramique de François Jarlov

Salut la foule, ça boume ? A un mois de la Noël et 8 jours de l’événement du feu de Dieu organisé à Guebwiller répondant au doux nom de Noël Bleu (si tu veux savoir ce que c’est, utilise donc le moteur de recherche, on en a parlé à moultes reprises ici), on est tous un peu angoissés à l’idée de trouver le cadeau original qui ne sera pas bradé sur ebay dès le 25 décembre (les gens sont ingrats on le sait bien, même ceux de notre propre famille).

Les oiseaux, on ne vous laisse pas tomber ! A partir du 30 novembre prochain dans le cadre de Noël Bleu #5, le Musée Théodore Deck & des Pays du Florival accueillera une exposition-vente de boîtes à secrets en céramique réalisées par 15 artistes. Chacun à leur manière nous offrirons une version de leur boîte, tour à tour objet de l’intimité ou propriété privée, coffre-fort ou écrin pour l’imaginaire. Le tout est à vendre et à tous les prix. Alors, elle est pas belle la vie ? Cette exposition-vente sera visible jusqu’au 26 décembre, date de clôture de Noël Bleu mais bien entendu, les premiers arrivés seront les mieux servis, c’est bien connu.

La médiathèque a réalisé une bibliographie autour d’une sélection d’ouvrages sur le thème de la céramique pour l’occasion (tu penses que si on peut se mettre en avant, on n’hésite pas !) :

La semaine prochaine, on se mettra aux couleurs de Noël Bleu mais vous pouvez découvrir le programme complet déjà en ligne sur le site www.noelbleu-alsace.eu. Suivez notre page Facebook car il y aura des cadeaux à gagner chaque semaine à partir du 29 novembre.

En cadeau, une vidéo qui dure 26 minutes (tu te la regardes à la pause café) d’un mapping réalisé par le Mozart du mapping en France Damien Fontaine, invité pour cette édition de Noël Bleu #5 à créer les métamorphoses de l’Eglise Notre-Dame.En ce moment, ça déconne grave sur blog.fr, on ne peut plus intégrer de vidéos dites, du coup vous avez droit au lien.

Voilà, on est tout dit ou presque. On vous souhaite du bonheur. Des becs aussi.

Frida & Paco

L’Irlande au cinéma Le Florival lundi 18 novembre

le libraire de belfast

On va pas vous le faire en gaélique, mais en novembre, à la médiathèque, c’est l’Irlande qui est célébrée!!!

La manifestation des Belles Etrangères, organisée par la Médiathèque Départementale du Haut-Rhin du 14 au 22 novembre, vous propose de découvrir le pays du trèfle à trois feuilles de différentes manières, et à Guebwiller, ce sera un film documentaire!!

Oh yes, ce lundi 18 novembre, la réalisatrice Alessandra Celesia sera présente au cinéma Le Florival pour nous présenter « Le libraire de Belfast ». N’ayez pas peur, ce documentaire dure moins d’une heure, et surtout, il est bien!
Cela se passera dès 20h30, dans la salle 3, et en version sous-titrée, parce que l’Irlande sans l’accent, c’est pas l’Irlande.

Détail important : la séance est gratuite!!!

Le libraire de Belfast, c’est un passionné de livres qui n’a plus de librairie, mais pas que. Au programme également, un punk amateur d’opéras, du rap, une ado fan de chant, dans le genre nouvelle star à la sauce irlandaise. Entre le papi et ces jeunes ancrés dans le présent s’instaure un dialogue, ça cause. Très humain, ce film se déroule dans une ville au passé marqué par une guerre civile plutôt violente. Sans nostalgie donc, très réaliste plutôt, la réalisatrice nous montre un endroit qui se reconstruit très vite, sans vouloir devenir uniforme…
Cette projection sera d’autant plus sympathique qu’après, vous pourrez boire un verre de l’amitié et discuter avec la réalisatrice!!!
Pour réserver, vous pouvez nous contacter au 03 89 74 84 82, nous vous mettrons des places de côté.
Si vous souhaitez approfondir le sujet, nous vous avons préparé quelques tuyaux sur le sujet : romans, guides de voyages, photos, disques de pop-rock et musique celtique, films… Bref, tout ce qui a trait à l’Irlande à la médiathèque y est, ça s’appelle « Bibliographie Irlande », il suffit de cliquer dessus.
Nous vous avons spécialement trouvé quelques classiques, Edna O’Brien, Columm McCann, Sebastian Barry… sans oublier un recueil de poésie du 20ème siècle, car les irlandais s’y connaissent en vers bien troussés.
Pour les amateurs de polars, on ne peut que vous conseiller les romans de Ken Bruen (Delirium Tremens est la première des aventures de Jack Taylor), ou « Une terre si froide » d’Adrian McKinty, qui évoque les années 80, les grèves de la faim, et bien évidemment les clivages religieux…
Le titre de son roman est une référence directe à cette chanson de Tom Waits

mckinty

Pour connaître tout le programme concocté par la médiathèque départementale autour de l’Irlande, rendez-vous ici

Alors tous au ciné lundi soir!!

That’s all folks

Frida & Paco

L’année prochaine, ça fera 100 ans…

tardi Crédit photo : BALTEL/SIPA

Salut la foule, on va peut-être plomber un peu l’ambiance ici (faites pas vos ingrats) mais lundi 11 novembre, nous commémorerons l’Armistice qui a marqué la fin des combats de la première guerre mondiale. Certes, ça n’était pas hier, mais on peut se souvenir non (qui a un jour visité l’Ossuaire de Douaumont comprendra le propos) ? Et en même temps, ça nous donne l’occasion de mettre en avant le fonds « bande dessinée », c’est plutôt rare ici (v’là qu’Abdul nous fait un grand écart tellement elle est contente).

Jacques Tardi, auteur de BD français né en 1947 a acquis sa renommée grâce à son personnage d’Adèle Blanc-Sec récemment adapté au cinéma par Luc Besson. Hanté dans sa jeunesse par les atrocités de la guerre des tranchées, il publie deux bandes dessinées sur le thème : « C’était la guerre des tranchées » et « La der des der » (adapté de Didier Daeninckx).

tardi tranchées Crédit image : Casterman

Il est donc question de « C’était la guerre des tranchées » publié en 1993 aux éditions Casterman.

Comme l’indique Tardi en préambule, cet album n’est pas un travail d’historien, pas de « héros » mais un gigantesque et anonyme cri d’agonie. Précisons que chez Tardi, la notion de « héros » n’existe pas, il décrit ses personnages plutôt comme des « anti-héros ».

Dès le début de l’album, on plonge dans un univers dans un état de délabrement avancé, des tirs, des cadavres qui gisent dans les tranchées, des soldats affaiblis par la maladie au regard apeuré… L’auteur qui a choisi le dessin monochrome pour décrire ce carnage qu’on a qualifié de « guerre totale » et dont le bilan s’élève à 9 millions de morts et 8 millions d’invalides (les gueules cassées entre autres) raconte les conditions de vie très difficiles du Poilu. Tardi maîtrise parfaitement le graphisme, les visages des soldats sont d’un réalisme extrême et retranscrivent bien la souffrance. « C’était la guerre des tranchées » est l’histoire d’une génération sacrifiée, certains n’avaient pas 18 ans, c’était eux les Poilus, le dernier est mort en 2010… Un document d’exception, indispensable, offrez-le à votre bambin de 3ème, ça tombe bien c’est au programme.

Sinon, bon week-end les oiseaux !

Des becs.

Frida & Paco

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑