Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Mois

juillet 2013

Les gouttes de Dieu ou quand un oenologue s’invite à la médiathèque

gouttes de dieu Crédit image : Glénat

Un jour on a découvert « Les gouttes de Dieu », un manga en 37 tomes (on peut dores et déjà vous dire que ça va continuer cette affaire) dont 28 traduits en français, sur le thème de l’oenologie. On en avait parlé un jour de 2010 ici.

Même qu’à Guebwiller, il y avait eu une exposition en rapport avec le manga dans le cadre de la Foire aux vins, mais ça c’était on ne sait plus quand. Bref, on va peut-être recentrer le débat… Disons que « Les gouttes de Dieu » est extrêmement bien documenté et que hormis l’intrigue qui est certes efficace, (bien qu’à la longue, ça peut lasser) il y a l’aspect documentaire vraiment intéressant, des spécialistes de vins décrivent de manière détaillée les cépages et là, ça fait rêver. Bien que la dégustation d’un Romanée-conti est certes de l’ordre du fantasme, on est bien d’accord !

Jean-Philippe Venck, oenologue-caviste fraîchement installé à Guebwiller à la Cave des grands crus sera notre partenaire à partir de la rentrée de septembre pour toute la saison 2013/2014. Ils nous invitera à la dégustation de vins en rapport avec le manga « Les gouttes de Dieu » qu’il a beaucoup apprécié, et abordera ainsi l’histoire de ce breuvage d’exception, en y apportant la touche « accords mets-vins », parce-que l’on grignotera également et vous serez étonnés des associations possibles avec certains vins et aliments.

Cinq séances auront lieu de septembre à mai 2014 à 19h30 à la médiathèque de guebwiller, la première sera certainement consacrée aux bourgognes blancs (à confirmer). Voici les dates :

24 septembre
12 novembre
14 janvier
11 mars
13 mai

La séance coûte 10 € et on peut bien entendu s’acquitter en une fois du paiement de toutes les soirées-dégustation, comme ça on est débarrassé (règlement par chèque ou en espèces) ! Précision importante : nous limiterons le nombre de participants à 12, il conviendrait de  vous inscrire rapidement tant qu’à faire soit par téléphone au 03 89 74 84 82 (demandez Jasmine) ou par mail j.tschaen@ville-guebwiller.fr

Sur ce, on va continuer de se liquéfier dans l’indifférence la plus totale. Excellente soirée sous vos applaudissements. Des becs.

Frida & Paco

Quand les lecteurs lisent Michèle Lesbre

michèle lesbre Michèle Lesbre © DR

Et si on lisait…

Ce printemps j’ai lu dans la presse l’annonce en quelques lignes du dernier livre paru d’une auteure que je ne connaissais pas. Le sujet résumé me semblait intéressant : le « spectacle» d’un suicide dans le métro bouleverse les projets d’une femme.
Je me rends donc à ma médiathèque préférée avec le titre (qui me parlait bien) et le nom de l’auteure : Écoute la pluie de Michèle LESBRE.
Michèle LESBRE ? Mais oui, ça me dit quelque chose ! s’exclame-t-on de l’autre côté de la banque de prêt. Le catalogue de la médiathèque affiche immédiatement deux titres de cette auteure, mais inutile d’aller les chercher en rayon :faute de lecteurs, ces livres ont été remisés au « grenier” !
Qu’à cela ne tienne, à la médiathèque, on aime bouger … et je repars avec trois livres de Michèle LESBRE : « Le canapé rouge”, « La petite trotteuse” et « Un certain Felloni”.
Quelle découverte ! Je n’en reviens pas. Une écriture délicate en patchwork, un petit bout de présent se raccroche à un bout de passé, des sentiments se croisent, se livrent, de profondes rencontres sont possibles entre des personnes qui ne se connaissent pas et entrent peu à peu dans une intimité, toute de retenue.
Une vieille dame, toujours installée sur son canapé rouge, écoute une de ses voisines, journaliste, lui parler de femmes courageuses dans leur vie. Elle aussi a été courageuse et le sera jusqu’au dernier moment de sa vie, par fidélité en amour. C’est ce que découvrira la journaliste au retour d’un voyage en Russie « pour raison personnelle », à la recherche d’un ami. Fin tissage entre les époques et les géographies.
Dans La petite trotteuse, la narratrice rencontre une mère et sa fille qui tiennent un petit hôtel, où séjourne en même temps qu’elle un client habituel. Les observations qu’elle fait de ces personnes la renvoient à son passé, à ses parents, sa famille, à l’Histoire, aux raisons qui font qu’elle est là pour visiter des maisons à vendre, tout en sachant pertinemment qu’elle n’en achètera pas.
Tendresse pour sa mère, odeurs et bruits de l’enfance, connivences, premier amour, défilent dans la tête de celui qui simplement se rendait à son travail au mauvais moment, ce matin d’hiver, à bicyclette, dans la neige, à Ferrare en Italie, au temps du fascisme. Dans Un certain Felloni, le personnage éponyme arrive à préserver sa sensibilité face à toute l’absurdité de la guerre grâce au souvenir de ses émotions.
J’ai tant apprécié cette écriture qui tisse constamment des liens entre le présent et le passé, ces histoires qui font ressurgir à la faveur d’une émotion actuelle des contextes historiques vécus, que je me suis ensuite procuré d’autres titres : Un lac immense et blanc, Victor Dojlida, une vie dans l’ombre, et enfin Écoute la pluie.
Chacun laisse entrevoir comment une personne se construit tout au long de sa vie, d’émotion en émotion, d’une « aventure personnelle” à l’autre.
Chacun nous renvoie à nos propres parcours : ces lectures ont été comme des pauses, des temps de réflexion, pleins de sérénité, malgré la gravité de certaines « aventures” de vie.

J’espère que certains d’entre vous seront tentés de faire aussi ces découvertes.

Edith, fidèle lectrice de la médiathèque

Et ça c’est cadeau !

Lire au casque cet été

50-nuances-de-GreyCopyright trouden.blogspot.fr

Olé,

A force de gravir les pentes du Tour de France avec des collègues d’Albion dont l’idole s’appelle Armstrong, vous me direz : mais qu’est-ce qu’il raconte encore le Paco, c’est la chaleur ?

Certes, le soleil peut faire son effet, mais non, je vous l’assure : on peut effectivement écouter des livres!!!

La médiathèque vous propose donc d’emprunter des « livres audio ». Ils peuvent être pratiques pendant les trajets automobiles. Attention cependant à ne pas vous endormir, les discours du général et autres aventures de Swann et sa madeleine sont parfois à consommer avec modération.

Petit détail technique : tous ces documents (nous en avons environ 200 en rayon) sont enregistrés sur des CD. Pour beaucoup d’entre eux, ils sont au format MP3, ce qui réduit le nombre de disques : là où une douzaine de CD « normaux » auraient été nécessaires, 2 disques « compressés » en MP3 regroupent plus de 16h de texte. C’est ainsi que les « Cinquante Nuances de Grey » se trouvent sur 2 disques uniquement. CQFD!

De nouveaux « livres audio » sont arrivés tout récemment. Vous avez droit à quelques polars et thriller (Jussi Adler-Olsen et « Miséricorde », Maxime Chattam et sa série « Autre-Monde », Jean-Christophe Grangé), mais aussi des romans tout ce qu’il y a de plus classique (Proust donc). Sans oublier les contes des Mille et une Nuits, les lectures de Michael Lonsdale ou d’Hubert Reeves, ou les entretiens de Pierre Mendès-France avec Jean Lacouture, du document historique!

En cette période estivale, les récits de voyage à Saint-Jacques de Compostelle d’Alix De Saint-André seront plaisants.

S’il y a bien un domaine où la voix est la plus pertinente, c’est bien la poésie. Tout « Alcools » d’Apollinaire, « Duende » de Garcia Lorca, des textes d’Hugo lus par des poètes contemporains, ou Rilke et ses « lettres à un jeune poète » se rajoutent désormais à notre fonds.
Cerise sur la gateau, vous pourrez apprécier les délires d’Antonin Artaud, mais aussi « Matin brun » de Franck Pavloff :

Toute la liste de nos nouveautés de l’été est ici
Sinon, comme vous pouvez le constater, il fait bien beau ces derniers jours, et c’est tant mieux.

Désormais installée devant l’hôtel de Ville, notre boîte à lire vous permet d’emprunter et de déposer des ouvrages que vous avez aimés.

Vous en avez un aperçu ici

Bonnes lectures donc, et surtout bonnes vacances!!

Frida & Paco

 

Tiep bou dienn ou riz au poisson si tu préfères !

cuisine afrique noire Crédit image : Editions First

Qui connait l’Afrique noire sait que sa cuisine est une des dernières au monde où la plupart des produits de base n’ont subi aucune transformation industrielle, point d’huile de palme ou autre aliment génétiquement modifié. Dans « Cuisine actuelle de l’Afrique noire » d’Alexandre Bella Ola, Joëlle Cuvilliez & Jean-luc Tabuteau, best-seller de la cuisine africaine, publié aux Editions First, nous livrent quelques secrets de la savoureuse gastronomie subsaharienne. Ne paniquez pas, les ingrédients nécessaires à la concoction des mets décrits dans le livre peuvent être achetés dans toutes les épiceries chinoises ou arabes.

Les recettes sont classées par type d’aliment (l’arachide par exemple, très présente dans la cuisine d’Afrique noire, allergiques, passez votre chemin, ce livre n’est pas fait pour vous !) avec une description détaillée sur l’origine du nom, son histoire etc. Le niveau de difficulté est indiqué par de ravissants petits ronds jaunes ainsi que le temps de préparation et le temps de cuisson, ça n’est pas le cas dans tous les ouvrages de cuisine. La mise en page est « vintage » comme on dit, avec des photographies prises au polaroid, des illustrations, des images de billets de francs CFA, bref un petit air de ringardise pas déplaisant du tout, on se croirait dans le célèbre film de Patrice Leconte (pour nous c’est culte évidemment), manque plus que Dominique Lavanant et son boubou « Giscard d’Estaing »

boubou giscard

A la fin de l’ouvrage, il y a quelques conseils pratiques bienvenus et une table des ingrédients (avec photos, c’est plus simple, qui sait ce qu’est le « OMI » ou le « macabo » ?).
Niveau recettes, ça vaut le coup, il y en a pour tous les goûts, on vous conseille le Tiep bou dienn, un plat sénégalais, qui est un vrai bonheur pour les papilles (ça se sert dans une grande gamelle et ça se déguste avec les mains, c’est obligatoire et non ça n’est pas sale). Le poulet DG « directeur général », un plat camerounais inventé dans les années 80, est très simple à réaliser et goûteux, on peut tenter sa variante végétarienne tout aussi bonne. Enfin, sachez que dans la cuisine africaine, il y a peu de desserts, si ce n’est les fruits, inutile de chercher le mille-feuille à la « Michalak », y’a pas, vous vous contenterez de salades de fruits rafraîchissantes.

On vous laisse avec la super étoile de Dakar, c’est comme ça qu’on l’appelle là-bas !

Mangi dem

Frida & Paco

La boîte à lire : une première à Guebwiller

boite à lire
Crédit image : Pérégrinations culturelles

Certains pérégrinent à Bordeaux (voir photo ci-dessus) d’autres, élus de la ville de Guebwiller glanent souvent des idées au gré de leurs pérégrinations en Europe et ailleurs. Souvenez-vous, Lire en ville, c’était BL, ajoint en charge des affaires culturelles !

Voyant les boîtes à lire s’installer un peu partout dans les villes, VL, adjointe à l’enseignement, a trouvé l’idée si séduisante qu’elle nous a proposé d’en mettre en place à Guebwiller, vous pensez bien qu’on a été immédiatement séduits. Grâce aux talents des menuisiers de la ville (Romuald & Richard), la première boîte à lire de Guebwiller sera installée jeudi 11 juillet à 10 heures place de l’Hôtel de Ville, à côté du jardin.

Le mode d’emploi détaillé ci-dessous :

Bonjour !

Je suis une BOITE A LIRE mise en place par la médiathèque de la Ville de Guebwiller Vous aimez lire et vous avez envie de partager vos plaisirs de lectures.

Rien de plus simple: déposez ici les livres que vous avez aimés ! Vous avez envie de découvrir les livres que d’autres ont aimés.

C’est tout aussi simple: feuilletez et servez-vous avec une pensée pour celui ou celle qui vous a fait le cadeau…

Rendez-moi visite régulièrement et faites-moi vivre en me faisant connaître autour de vous. Je suis en libre service. Merci de me respecter. Un contact téléphonique : 0389748482

Nous autres bibliothécaires, nous engageons à alimenter une fois par semaine la boîte à lire. La première sélection est déjà prête, on a hâte que vous la découvriez. Sur ce, rejoignez-nous jeudi à 10 heures, place de l’Hôtel de Ville pour l’inauguration de cette boîte à lire ou suivez l’événement sur twitter, c’est également une possibilité (@mediagueb) !

Des becs.

Frida & Paco

Elsass tour : affinités céramique

elsass tour Elmar Trenkwalder
Crédits images : FRAC Alsace & Elmar Trenkwalder

Salut camarades, au bout de 6 ans (on a soufflé en juin notre 6ème bougie), on peut se permettre cette familiarité non ?! Allez, pour fêter cela, donnons-nous rendez-vous sur Facebook demain, on organisera un petit concours de rapidité.

Il faut qu’on vous parle également d’une très belle exposition intitulée « Affinités céramique » qui a lieu actuellement au musée Théodore Deck & des Pays du Florival à Guebwiller qui s’est associé avec le FRAC Alsace dans le cadre de l’Elsass Tour consacré aux 30 ans du Fonds d’art contemporain.

8 artistes présentent des céramiques d’art rares réalisées ou acquises avec le concours de l’IEAC (Institut Européen des Arts Céramiques) situé à Guebwiller. Jean-François Fouilhoux, Georges Jeanclos, Claire-Jeanne Jézéquel, Charles Mason, Daniel Nadaud, François Pétrovitch, Elmar Trenkwalder & Jean-Pierre Viot présentent chacun une oeuvre que nous invitons vivement à découvrir.

Cette exposition sera visible jusqu’au 2 septembre prochain au Musée Théodore Deck & des Pays du Florival, l’entrée est libre. Cerise sur le gâteau, une visite/présentation de l’exposition version « VIP » peut vous être proposée sur réservation du 3 juillet au 30 août, les lundi, mercredi, jeudi & vendredi. Pour cela, il vous suffit de contacter Marion Bossart ou Natacha Pépin par téléphone au 03 89 74 22 89 ou par mail m.bossart@ville-guebwiller.fr & n.pepin@ville-guebwiller.fr

La médiathèque a apporté sa pierre à l’édifice en réalisant une bibliographie en rapport avec la céramique d’art, parce-que mine de rien, il y a matière !

Le lien est là issuu.com/mediagueb/docs/c__ramique_d_art?e=2586860/3891673 et le document peut-être téléchargé si vous le souhaitez.

Pour plus d’infos sur l’Elsass Tour, c’est par ici.

Et on a trouvé (oui on trouve tout ou presque sur internet, comme dirait notre copain Marc, sur le net comme ailleurs, croire à l’incroyable est difficilement croyable…) une vidéo de l’immense sculpteur Georges Jeanclos, disparu en 1997


Des becs. Il se peut que l’on discute « cuisine » un de ces prochains jours…

Frida & Paco

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑