gil-scott-heron-mort-parrain-rap-4 Crédit photo : la famille de Gil Scott-Heron

Le père du slam, le parrain du rap, le poète et écrivain Gil Scott-Heron n’est plus depuis déjà deux semaines et c’est seulement maintenant qu’on en parle, d’autres l’ont fait avant nous et bien mieux que nous, ça se passe ici pour ceux que ça intéresse. Le new-yorkais publie en 1968, son premier roman « Le vautour », un polar réaliste sur fond politique dont le thème est la jeunesse des ghettos noirs aux Etats-Unis dans les années 60 qu’il faut lire les oiseaux (peut-être que c’est déjà fait). Vous pouvez lire l’interview que le Grand a donné à Télérama en 2009, cliquez et vite. Les beautés, on se tait maintenant et on écoute… Bon sang, c’est bon…

http://www.youtube-nocookie.com/v/_b2F-XX0Ol0?version=3&hl=fr_FR


www.gilscottheron.fr

On vous a fait une étagère spéciale « Gil Scott-Heron » à la médiathèque.

Bonne journée ! Des becs.

C&B

PS : Dans le genre « conseil musical », le brun préconise l’écoute de « Volcanic sunlight » de Saul Williams, c’est tout à fait excellent. Notez que le Saul sera en concert prochainement au Noumatrouff à Mulhouse dans le cadre de Bête de scène, il serait bien dommage de rater cela, nous on dit ça mais on dit rien (on vous a mis le lien du Noumatrouff si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le festival).