QuedesVraisHommes Crédit image : Dargaud

C’est pas Silvio qui nous contredira ! « En Italie, il n’y a que des vrais hommes » est une phrase tirée d’un discours de Mussolini qui en dit long sur le statut des homosexuels en Italie dans les années 30. Inutile de légiférer à propos de cette population, en effet, l’homosexualité selon les fascistes, n’existe pas. Donc plutôt que déporter les homos dans des camps comme l’ont fait les nazis, le gouvernement italien a préféré exiler cette communauté sur des îles isolées.

C’est de cette histoire dont il s’agit dans ce roman graphique aux tons très épurés (noir/ocre) de Luca de Santis et Sara Colaone publié aux éditions Dargaud. En 1987, deux journalistes décident de raconter, à travers le témoignage d’un exilé Antonio Angelicola surnommé « Ninella », le sort de tous ces homosexuels qu’on accusa de « pédérastie passive », qu’on arrêta et qu’on exila sur l’île de de San Domino.

Les auteurs alternent flash-back et présent, ce qui n’altère en rien la qualité du récit, bien au contraire, on apprend au fil du roman, à comprendre les motivations des deux journalistes quant à leur souhait de témoigner de l’histoire des homosexuels en Italie. On découvre également que la vie sur l’île est plutôt conviviale, les prisonniers ont su se créer, malgré leurs blessures et les privations, une existence faite de solidarité et de chaleur humaine. Ces prisonniers ont été confinés sur l’île jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. Magnifique témoignage d’une bien sombre partie de l’histoire italienne, certains diraient un détail… Evidemment disponible à la médiathèque les oiseaux !

Bon dimanche sous vos aplauses.

C&B