michel houellebecq virginie despentes matias enard maylis de kerangal

Pour les crédits photos (s’agirait pas qu’on nous colle un procès), nous avons Michel Houellebecq qui inspire de suite la joie de vivre (notez l’intervention de la bouilloire en arrière plan), Virginie Despentes, Mathias Enard & Maylis de Kerangal

Rassurez-vous les piafs, on na va pas vous parler de « Master Chef » (même sur France Inter on y a eu droit), les émissions de télé-réalité culinaires, stop, on n’en peut plus, on a comme qui dirait « les dents du fond qui baignent ».

On a appris hier matin le nom des quatre finalistes pour le prix Goncourt 2010, c’est autrement plus « intellectuel » ça. Prix qui sera décerné, comme vous le savez, lundi 8 novembre prochain. Donc les finalistes sont :

Michel Houellebecq le gai luron, pour son roman « La carte et le territoire » et dont le brun, grand fan du personnage, nous avait dit le plus grand bien ici. On ne s’étendra donc pas sur le sujet, ça a déjà été fait, et puis Houellebecq n’a pas besoin de nous pour vendre des romans.

Virginie Despentes pour « Apocalypse bébé ». Apparemment, déjà culte. Virginie Despentes avait été très remarquée en 1993 lors de la sortie de son roman « Baise-moi ». Trace des portraits vitriolés de la société contemporaine, autant vous dire qu’on ne se marre pas toutes les 5 pages.

Mathias Enard et son « Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants ». Un roman orientaliste très « élégant » qui se déroule au XVIème siècle. Mathias Enard est également l’auteur « Zone ».

Maylis de Kerangal pour « Naissance d’un pont ». Le roman de la rentrée aux critiques élogieuses, visiblement écrit dans une langue « puissante » (on dit « visiblement » parce-qu’on ne l’a pas encore lu), un ouvrage « distingué. Maylis de Kerangal a obtenu le Prix Médicis pour ce roman.

Vous pensez bien qu’ils sont tous disponibles à la médiathèque de Guebwiller. Le roman de Houellebecq, ne comptez l’avoir avant quelques mois, oui, il y a eu un tel battage médiatique autour de ce livre qu’évidemment, la demande a été forte. Si en plus, il obtient le Goncourt, nous ne répondons plus de rien (on va encore être obligé de l’acheter en plusieurs exemplaires).

Sinon, suspense… tinnin… jusqu’à lundi, mouais tu parles, on sait déjà qui va l’avoir…

C & B (qui ne sont pas trop foulés pour la rédaction de cet article mais qui s’en excusent, parfois ils aiment faire leurs petits intéressants en parlant un peu pour rien dire, c’est humain).

Publicités