Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Mois

novembre 2010

Le Renaudot, c’est qui cette année ?

virginie despentes renaudotapocalypse-bebe-virginie-despentes

Crédit photos : Virginie Despentes, Bertini

Comment qu’c’est aujourd’hui ? En ce qui nous concerne et pour ceux que ça intéresse, les Sons du vendredi se sont très bien passés, les vidéos seront en ligne demain, on s’excuse mais on avait Noël Bleu nous ce week-end, on ne peut pas être au four et au moulin…

On est simplement venus vous dire que ce mois-ci, c’est Apocalypse Bébé de Virginie Despentes que vous pourrez lire en version numérique sur l’iPad. Virginie Despentes, tout le monde la connait non ? Elle avait créé un buzz énorme en 1993 (bon naccord, c’était pas hier) en publiant son premier roman au titre très provocateur « Baise-moi ». On ne va pas vous écrire la bio de la miss Despentes car elle est lisible sur Wikipedia le site qui peut sauver ta vie en cas d’exposé impromptu, par ici les amis.

Il convient tout de même de rappeler que Virginie Despentes la marrante vient d’obtenir le Prix Renaudot, c’est le lot de consolation si t’as pas eu le Goncourt en fait. Vous savez bien que c’est Houellebecq qui est le grand gagnant cette année.

Pour en revenir à nos moutons (parce-qu’à la base on n’est pas venu parler du Michel), Apocalypse bébé, c’est un polar sur la disparition d’une adolescente. On ne peut pas vous en dire plus, on ne l’a pas lu, faut être honnête. Mais, une critique rédigée par une certain ou une certaine J. Piroja est disponible sur le site Nouvel Observateur (Cliquez sur Nouvel Observateur, il y a un lien vers l’article).

Le roman version papier n’est actuellement pas disponible à la médiathèque, bah oui, très demandé. Il ne nous reste plus qu’à vous conseiller de venir tester la version numérique qui elle, est à votre disposition aux horaires d’ouverture de notre structure, n’ayez crainte, c’est sans danger.

Et un extrait d’une vidéo de Virginie Despentes qui dit à quel point elle est contente d’avoir obtenu le Renaudot, et tout et tout…




Demain, on ne sait pas pas de quoi on va s’entretenir mais on trouvera. Sinon un peu plus tard dans la journée, le programme du cinéma du Florival sera en ligne. Une bonne journée les oiseaux !

C & B

Le 68 fait des bulles…

marzi malika fouchier

Crédit image : Marzena Sowa & Malika Fouchier

Il y a quelques mois, Stéphanie et Guy, deux bibliothécaires copains comme cochon de la
Médiathèque Départementale du Haut-Rhin créaient leur blogo sur la bande dessinée. Notez que les deux oiseaux en touchent un rayon en matière de BD et que sur leur blogo vous y trouverez non seulement des critiques de nouveautés mais également des billets sur le Neuvième Art en général. Exemple : saviez-vous qu’Arte avait produit une collection de DVD « Univers BD », une série de documentaires sur la bande dessinée ? Ah ça vous en bouche un coin pas vrai ?! Stéph & Guy en ont fait un billet dans la rubrique « Y’a pas que la bande dessinée dans la vie ! ».

Et cette semaine, ils nous présentent une idée de cadeau pour Noël pour vos enfants.

Pour ceux qui apprécient l’utilisation du lien, allez donc voir
ici ou en clair http://le68faitdesbulles.wordpress.com (le lien est actif également, rien ne vous empêche de cliquer dessus).

C’est pas tout ça, mais faut qu’on s’attelle à la préparation de notre chouille, ben vous avez déjà oublié qu »il y avait « Sons du vendredi » ce soir ? C’est à 18 heures, tu discutes pas, tu viens. Y’aura JP aux platines, « Metropolis » dans le hall, du vin chaud que le brun a concocté ce matin et de la miche surprise parce-qu’on vous le valez bien.

Des becs.

C & B

Les musiques de Noël Bleu

Xmastree1280

Salut les terriens,

Avant que ne débute la deuxième édition du Noël Bleu, nous allons vous parler des musiques qui l’accompagnent.

Actuel DJ résident aux Dominicains de Guebwiller, Aes Dana a créé une musique imaginée spécialement pour cet évènement. Vous la découvrirez en même temps que la projection vidéo qui vous sera proposée ce dimanche 28 novembre à partir de 18 heures sur l’Eglise Notre-Dame (en termes techniques, on appelle ça du mapping).

Sinon, Aes Dana, c’est aussi ça :

Une musique qui change du divin enfant, électronique, planante et psychédélique, comme celle des autres artistes du label Ultimae Records, dont Aes Dana est l’un des fondateurs.

Durant toute la période du Noël Bleu, la médiathèque participe à cette fête en diffusant la musique de ces DJs.
Beaucoup d’artistes scandinaves ont signé chez Ultimae Records, dont le suédois SYNC24 dont je vous laisse découvrir l’univers :

Les autres noms ne vous diront peut-être rien, mais leur musique vaut le détour :
Carbon Based Lifeforms, Hol Baumann, Circular, Solar Fields.

Vous pouvez les emprunter à la médiathèque.

Bon voyage spatial donc, et faites vous plaisir!

PS : toutes les informations sur le Noël Bleu sont disponibles sur le site
http://www.noelbleu-alsace.eu/

Ciao (ça veut dire bye en anglais)

B & C

Metropolis

Metropolis

Nul lecteur de ce blogo n’est censé ignorer que le début des collections 2010/2011 des Sons du vendredi aura lieu le 26 novembre prochain. Pour vous, fraîchement arrivés ici, allez jeter un petit coup d’oeil ici et encore ici pour savoir un peu de quoi il en retourne.

Afin que l’ambiance soit à son comble, nous avons décidé d’organiser une petite séance ciné dans le hall de la médiathèque. C’est Metropolis, le chef d’oeuvre expressionniste allemand de Fritz Lang qui sera projeté sur un des murs, inutile de vous inquiéter quant au son, le film est muet puisque datant de 1927. Metropolis, c’est l’histoire d’une mégalopole divisée en deux, la ville haute où vivent les familles dirigeantes dans le luxe et l’oisiveté, et la ville basse où, vous l’aurez compris, vivent les travailleurs qui eux, font fonctionner la ville. Le film que vous pourrez voir vendredi a été entièrement restauré dans sa version la plus proche de celle de Fritz Lang.

Notez que Metropolis est l’unique film de l’histoire du cinéma à être classé parmi le patrimoine de l’UNESCO.

Vous aurez ainsi le plaisir de découvrir ou redécouvrir ce monument avec en fond la musique de DJ JP qui nous proposera son univers trip-hop planant aux sonorités jazzy.

Un extrait de Metropolis ci-dessous.


Alors venez, un point c’est tout !

C & B

Mad de Man Men

mad-men

Y’avait belle lurette qu’une série TV n’avait pas autant attiré notre attention, à vrai dire, depuis Six Feet Under, elles nous semblaient toutes assez insipides ces séries. Il y avait bien les femmes au foyer désespérées mais au bout de deux saisons, c’est bon, on s’était déjà lassés des déboires sentimentaux des Gaby et autres Suzan. Mais là, voilà qu’on apprend que le scénariste culte Matthew Steiner (Soprano, c’est pas rien) nous avait pondu une nouvelle série au nom intrigant de « Man Men ». Aussitôt vu, ben aussitôt dans le panier des commandes les piafs, vous nous connaissez maintenant. Comme tout bons bibliothécaires qui se respectent, on a voulu vérifier avant de mettre en rayon, ce que valaient ces mad men dont on nous avait tant vantés les mérites.

Vous pensez bien que si on prend le temps de s’y arrêter aujourd’hui, ce n’est pas pour rien. Donc Mad Men, ça se situe dans les années 60 (on s’est gourés hier, on vous avait dit les années 50) à New York. Le personnage principal, Don Harper (mazette, un charme inestimable ce garçon) travaille dans une agence de pub. La série décrit parfaitement la « surpuissance » de l’homme qui travaille dur pour gagner sa croûte pendant que sa femme l’attend à la maison, entourée de ces charmants enfants bien choupinous comme il faut. C’est un tantinet sexiste, certes, mais c’est l’époque qui voulait cela (enfin faut croire). Les femmes qui travaillent dans l’agence de pub sont toutes des secrétaires sublimes, féminines et élégantes avec leurs jupes à godets comme si elles sortaient tout droit d’un défilé « Céline », dévouées à leurs sacro-saint patrons, prêtes à satisfaire leurs moindres désirs (même que de temps en temps, elles se font une p’tite partie de jambes en l’air avec le boss pour le détendre l’animal, faut quand même pas qu’on vous fasse un dessin nan ?). C’est d’ailleurs assez rigolo de les voir faire du 120 mots/minute sur leurs Remington, alignées en rang d’oignon dans un open space alors que les mecs de la boîte se paient des superbes bureaux de 30 m2 (cherchez l’erreur, après on s’étonne qu’encore aujourd’hui il y ait des différences de salaires entre les hommes et les femmes). Les femmes à la maison (au foyer quoi), prenons celle de Don par exemple, ravissante blonde très « Grace Kelly », eh bien elle s’emmerde passablement dans sa grande maison cossue de la banlieue new-yorkaise, on la voit tantôt plantée devant son lavabo les mains tremblantes et les larmes aux yeux, tantôt avec sa copine enceinte jusqu’au cou (Amber dans Dr House, pour ceux qui connaissent la série) à bavasser bêtement sur la vie, leurs maris, tantôt en compagnie de son époux en dîner en ville (de temps en temps, il la sort le Don). On avoue que la représentation de la femme à cette époque nous a un peu dérangés… Sois bonasse ma blonde et boucle-la, pis arrête un peu de trembler des doigts, c’est pénible !

Prenons le cas des hommes, dites donc ils sont bougrement manipulateurs, prêts à se faire des coups bas à la moindre occasion, ils se baladent à longueur de temps (toujours dans le bureau de 30 m2) un verre de scotch ou d’alka seltzer à la main (forcément quand tu picoles, t’as mal à la tête alors un alka seltzer et c’est reparti comme en 14) et une clope au bec. On n’a jamais vu une série actuelle américaine dans laquelle ça fumait autant dites, hommes ou femmes (enceintes ou pas d’ailleurs), ça fume, le paradis de la Lucky Strike ce Mad Men ! Les hommes s’amusent comme des p’tits fous dans leur boite de pub à la quête perpétuelle du meilleur slogan publicitaire (réunions interminables arrosées de bloody mary). Le mâle très « Tom Ford » porte le trench et le costume trois pièces admirablement bien, il est classe, voilà c’est ça, classe. Parfois, quand il s’ennuie un peu, l’homme va retrouver sa maîtresse en ville, femme libérée elle et célibataire qui s’assume pas comme l’autre blonde qui tremble des doigts.

Mad Men, c’est la série qui a le souci du détail, une série esthétique, intelligente à déguster sans aucune modération, non aucune. Pour info, les deux premières saisons sont disponibles à la médiathèque, la troisième est diffusée actuellement sur Canal +, donc tu discutes pas, tu t’abonnes (qu’est-ce que tu veux qu’on te dise d’autre).

Et la bande-annonce de la saison 1 en anglais, c’est cadeau.

Demain, on vous présentera un nouveau blogo. Good night.

C & B

Sons du vendredi collection 2010/2011 #2

vinyle

Le brun et moi-même avons le plaisir de vous rappeler (parce-qu’on vous l’avait déjà dit, pas plus tard que le 7 novembre dernier, tu cliques sur le lien si tu veux vérifier) que la collection 2010/2011 sera lancée vendredi 26 novembre dès 18 heures, à la médiathèque.

JP, le DJ sera là pour vous faire passer un bon moment (à nous aussi par la même occasion).

En abordant les rives d’un trip-hop planant aux sonorités jazzy, JP affectionne des ambiances sophistiquées qui peu à peu prennent la forme d’une house minimale plus rythmée, et toujours tout en nuances.

C’est tentant quand même cette affaire, vous ne trouvez pas ? En prime (car on adore vous faire des surprises), le film « Metropolis » de Fritz Lang sera projeté sur le mur du hall de la médiathèque dès le début du set, ça créera une ambiance.

On espère que vous nous ferez l’honneur de votre présence les oiseaux.

A demain si vous le voulez bien.

C & B

PS : On a acheté le coffre « Steve McQueen » (‘tain on est dingue de ce type depuis qu’on est gamin) et les deux premières saisons de « Mad Men », la série d’enfer qui se passe à New-York dans les années 50 (on en cause bientôt).

Good things

aloe blacc

Vous noterez l’élégance naturelle d’Aloe Blacc, ravissant dans son joli costume blanc. A part cela, un article a paru dans l’Alsace cette semaine rapport aux samedis de l’informatique (cliquez sur « samedis de l’informatique », y’a un lien vers un autre article, vous saurez de quoi il en retourne, ‘tain faut tout vous dire), a y est, on est complet jusqu’en mai prochain. Si vous êtes donc intéressés par l’affaire, dépêchez-vous de réserver, nous rappelons les dates (enfin ce qui reste) :
11 juin
9 juillet
17 septembre


Le samedi de 10h à 12h et c’est gratos. Contact : Caroline par téléphone au 03 89 74 84 82 ou par mail carolinefacchin.mediagueb@wanadoo.fr

Sinon, on n’était pas trop venus pour parler d’informatique à la base mais plutôt pour vous présenter notre sélection musicale. Faites gaffe, c’est éclectique, vous allez voir à quel point…

EN MUSIQUES DEL MUNDO

Danyel WARO « Aou amwin » – L’un des rois de la musique créole de l’Ile de la Réunion


REGGAE NIGHT JIMMY CLIFF

Tiken Jah FAKOLY « African revolution » – Reggae africain déjà mythique


KALY LIVE DUB « Lightin’ the shadows » – Dub français


SOUL JE BOUGE MON CORPS, FUNK & R’N’B AUSSI

ALOE BLACC « Good things » – Révélation soul, funk


Jamie LIDELL « Compass » – Un anglais mordu d’électro revisite Prince avec Beck, Feist et tutti quanti


Justin BIEBER « My worlds » – Jordi est revenu, il fait du r’n’b (Déjà que Jordi a 3 ans, c’était difficilement supportable mais là à 16 ans, t’as envie de lui en coller une et de lui couper sa mèche folle qui tombe sur l’oeil)


BANDES ORIGINALES DE FILMS QU’ON A AIME (COMME TAKE MY BREATH AWAY, VOUS VOUS SOUVENEZ ?)

Xavier BEAUVOIS « Des hommes et des dieux » – Chaussééééééée aux moines ! Chant grégorien français. Film à succès d’un des réalisateurs français les plus drôles de sa génération, auteur entre autre de « N’oublie pas que tu vas mourir », on vous laisse imaginer. Mais il paraît que le film est fort en émotions.


GRANDE MUSIQUE CLASSIQUE

Félix MENDELSSOHN par le Quatuor MODIGLIANI « Quatuors à cordes » – Romantique, quatre beaux gosses qui se défendent très bien sur du Mendelssohn


Jonas KAUFMANN « Veismo arias » – Nouveau Pavarotti ?


Vittorio GRIGOLIO « The italian tenor » – Pareil, nouveau Pavarotti ?


Demain, il y aura peut-être un post sur Dj JP qui traînera ses guêtres à la médiathèque le 26 novembre prochain. Des becs.

C&B

Girls just wanna have fun

cindy lauper

Bon ben dans la série « je fais rien d’autre qu’écouter de la musique et alors ça te dérange ? », voici notre sélection jazz, blues et rap. Cachez votre joie les amis !

QUAND LE JAZZ EST LA, IL EST AVEC…

Youn Sun NAH « Same girl » – Jazz vocal coréen (c’est pas tous les jours qu’on en écoute)

Anne DUCROS « Ella my Dear » – Swing, big band actuel – Bel hommage à Ella Fitzgerald

Chucho VALDES « Chucho’s steps » – Afro-cubain et il joue du piano debout aussi

YOM « Unué » – Très bon jazz klezmer avec des pointures. Un peu expérimental quand même mais faut essayer, on s’est bien habitué au free jazz non ?

AND THE BLUES

Cindy LAUPER « Memphis Blues » – Ouaouh, là où on ne l’attend pas Cindy la foldingue. Très beau disque blues, vraiment

ET RAP (il en faut)

SOPRANO « La colombe » – Mais alors rien à voir avec Mireille Mathieu (comment ça elle est douteuse la blague ?), allez mate plutôt le teaser qui déchire sa mère, ‘tain d’la balle

Demain, on fera nos « Jean-Claude Duss » (on conclura quoi) avec les musiques du monde entier, le reggae avec Tiken Jah Fakoly engagé, la soul and funk avec Justin Bieber (tête à claque), la musique des films qu’on a tant aimé au cinéma, la musique classique avec deux nouveaux Pavarotti pour le prix d’un dites.

On vous souhaite le bonsoir et maintenant on s’en va.

C & B

Where did the night fall hein on vous le demande ?

unkle

Pendant qu’il y en a qui se remanient, nous on décide d’écouter de la musique, à chacun son hobby. Attention car la liste d’aujourd’hui va être assez longue, et c’est l’électro, la pop, le rock et le folk qui sont à l’honneur. Dites, vous saviez que Robert Plant (Led Zeppelin, pour ceux sont nés avant 1980) avait sorti un album et Phil Collins ?

En électro, nous vous proposons deux albums.

UNKLE « Where did the night fall » – Electro-rock psychédélique, matez le livret ! Drôlement bien.

HIGH TONE « Out back » – Electro-dub français

Et en pop, rock and folk, vous allez bien vous amuser….

AaRON « Birds in the storm » – Deuxième disque électro pop très réussi

MADJO « Trapdoor » – Artiste française entre folk et pop, léger et mélodieux. A découvrir les p’tits clous !

Robert PLANT « Band of joy » – Rock bien senti par l’ancien Led Zeppelin, ‘tain la classe.

INTERPOL « Interpol » – Rock new wave américain actuel

IRON MAIDEN « Final frontier » – Eternal hard rock anglais

Phil COLLINS « Going back » – Reprises de chansons soul – Encore le retour d’un ancien

SEAL « VI : Commitment » – Pop

Agnès OBEL « Philharmonics » – Danoise, berlinoise. Entre pop et musique classique

ANTONY & JOHNSONS « Swanlights » – Pop intimiste, voix unique.

SLOWS « Le coffret idéal » – Le parfait coffret pour emballer le samedi soir (Tu danses bébé ?).

LAB° « Volume » – Rock, électro, dub français (à découvrir vraiment hein)


A y est, c’est fini. Demain, on continue avec le jazz, le blues et le rap, un point c’est tout !

C & B

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑