ipad-32 Crédit photo : Apple

On pourrait peut-être vous parler un peu de l’objet technologique qui fait beaucoup de bruit du côté de Guebwiller. L’iPad, nous avons nommé. La tablette tactile récemment acquise par la médiathèque et mise à disposition gratuitement pour son public tant aimé, rencontre un bien beau succès, ça on le sait déjà. Mais voyons voir un peu ce qu’on peut faire à l’aide de cet objet marrant.

En préambule, sachez que nous avons opté pour la version 32 Go (Giga-octets, ‘tain arrêtez de prendre votre air affolé quand on parle un peu technique) wifi.

Alors que peux-t’on faire à l’aide d’un iPad ? On peut se connecter à internet, écouter de la musique grâce à l’application « Ipod », enregistrer sa messagerie électronique et recevoir des alertes dès réception d’un mail, créer son album photo, avoir un accès direct à youtube et à iTunes, accéder à l’apple store pour acheter des applications, gérer son calendrier…

Nous avons choisi de télécharger un certain nombre d’applications gratuites permettant la lecture de la presse (24 heures, Télérama, Courrier International, Les Inrockuptibles) ainsi que des romans et essais littéraires.

Les plus (ça veut dire ce qui est bien sur l’iPad) : L’iPad répond rapidement aux commandes et est ludique. L’écran tactile est sensible et facile à utiliser, rappelons que l’utilisation d’un stylet est parfaitement inutile, les doigts, rien que les doigts, le stylet, ça ne marche pas. L’iPad est un bel objet hein, soyons honnête. On peut exécuter plusieurs applications en même temps. On peut également agrandir l’écran avec ses doigts (trop fendard) si on est un peu bigleux. Le sens d’orientation peut basculer du portrait au paysage (ça évite bien des torticolis cette affaire), en haut ou en bas, l’iPad s’en fout, il a compris que t’avais envie de faire la roue. L’iPad est léger comme une plume. 

Les moins (car y’en a, faut être honnête avec le public) : L‘iPad se salit très vite, et pour cause, les doigts gras qui tapotent l’écran tactile, donc faut le nettoyer quinze fois par jour à l’aide d’une chiffonnette en peau de chamois sinon l’écran se raye, ça craint. Les applications gratuites sont très verrouillées, à part celle de « L’Express » qui est aussi bien faite que celle de « Le monde » pour iPhone (Informations régulièrement mises à jour), en gros, si on veut de la super application, faut banquer. Evidemment, les meilleures applications sont aussi les plus chères. Impossible d’installer quelque programme qui ne provienne d’Apple Store. Pas de port USB non plus, c’est bien dommage. Beaucoup trop d’applications disponibles sur l’Apple Store (environ 150 000), on s’y perd.

Conclusion (parce-qu’il faut toujours une bonne conclusion dans une dissert’) : Bien, bien. Venez donc le tester un peu chez nous.

Partez maintenant.

Caro & Bruno

Publicités