Le déménagement de la section musique arrivant à son terme, on s’est dit qu’il était grand temps que l’on vous conseille quelques lectures « détente » pour cette fin d’été. Bah oui, plus que trois semaines de vacances pour les enseignants, non vraiment c’est moche. Notez que nous serons absents à partir de la semaine prochaine jusqu’au 30 août, il y aura peut-être du billet si toutefois on arrive à choper une connexion wifi sur notre lieu de vacances ou pas, vous verrez bien.

LeCrepusculeDuneIdole Le crépuscule d’une idole de Michel Onfray, Editions Grasset, 2010

Zyva que le Michel Onfray, philosophe aux cheveux longs dans la nuque, nous déglingue Freud et la psychanalyse. Paraît-il que Sigmund n’aurait jamais aimé la philosophie et encore moins les philosophes, que c’était un sacré drogué et qu’il n’aurait jamais soigné personne. En gros tenez-vous bien, l’interprétation des rêves ne seraient qu’une vaste supercherie, vous croyez ça vous ? Nous on était dégoûtés. Le livre fait plus de 600 pages, il y a quelques conseils de lecture indispensable selon Michel Onfray, sinon t’es rien qu’un pauvre inculte et plus jamais, non plus jamais, vous n’appréhenderez la psychanalyse de la même manière.

trois femmes puissantes Trois femmes puissantes de Marie N’Diaye, Edition Gallimard, 2009

Nous vous avions déjà dit tout le bien que nous pensions de ce roman ici. Trois femmes puissantes ayant eu le succès que nous connaissons, peut-être n’avez-vous pas encore eu l’occasion de le lire, profitez-en maintenant. Bon Marie N’Diaye c’est un peu la Marcel Proust du XXIème siècle, pas facile à lire mais superbe écriture, ça fait du bien.

nabokov Nouvelles complètes de Nabokov, Editions Gallimard (Quarto), 2010

Tout le monde connait « Lolita » de Nabokov, roman culte, adaptation par Kubrick, culte également, écrivain culte, génie. Les 64 nouvelles publiées par Gallimard ont d’abord été écrites en russes puis en anglais entre 1921 et 1958. 865 pages de nouvelles sur le thème de l’exil, le sujet de prédilection de Nabokov, en effet, celui-ci savait de quoi il parlait, il a dû fuir à plusieurs reprises dans sa vie, la Russie, l’Allemagne Nazie et la France. On vous le dit, un pur régal que ces nouvelles.

les déferlantes Les déferlantes de Claudie Gallay, Editions Rouergue, 2008

Enorme succès de librairie ces Déferlantes. Tout se passe sur les rivages du Cotentin, donc il y a la mer, agitée. La narratrice y exerce un métier en rapport avec les oiseaux et rencontre Lambert, un homme très mystérieux, secret… Un roman d’ambiance sur la solitude avec en fond l’océan. On va dire qu’on ne l’a pas lu mais les retours de nos lecteurs étant si enjoués, on ne pouvait que vous le conseiller. Semblerait-il que Claudie Gallay, ce soit Anna Galvalda mais sans les fleurs bleues (on l’a lu quelque part mais on ne sait plus où). Claudie Gallay aime la mer, c’est drôle car elle est publiée chez « Rouergue » tout comme Olivier Adam, l’autre écrivain de la mer. Elle sait s’y prendre pour retranscrire ces ambiances de ressac qu’on aime tant. 600 pages également.

Si vous parvenez à vous enfiler tout cela en trois semaines, on vous tire notre chapeau. Bien entendu, ces livres sont tous disponibles à la médiathèque, il ne tient qu’à vous de venir les emprunter. En attendant, on se donne rendez-vous demain pour un article sur la nouvelle section musique qui est belle comme un camion.

Caroline & Bruno

Publicités