Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Mois

juillet 2010

Qu’est-ce qu’on graille ?

craquez-moelleux-salesmoelleux sucrés
Copyright photos : Editions Mango

C’est pas tout ça, mais faut bien qu’on se nourrisse alors autant le faire en cuisinant de bonnes choses. C’est vrai que c’est déjà la deuxième fois ce mois-ci qu’on vous parle ripaille, mais qu’est-ce qu’il y a de plus important dans la vie, à part la bouffe, la bonne, la vraie, hein, on vous le demande ? Les éditions Mango dont le fond de commerce surfe sur la tendance, à savoir le livre de cuisine, ont créé une charmante collection intitulée « Craquez pour ».

Chez nous à la médiathèque, nous avons « Craquez pour les moelleux sucrés », « Craquez pour les moelleux salés » (tant qu’à faire), « Craquez pour le croque-monsieur » (‘tain y’a même un croque-monsieur au nutella, dément), « Craquez pour les petites mousses ! » (en verrine, c’est fun aussi la verrine), « Craquez pour les oeufs cocotte ! » (un peu sans intérêt celui-là, des oeufs cocottes dans une tranche de pain, faut pas se foutre du monde) etc. On ne va pas tous les énumérer, il y en a mille et on les a presque tous car la cuisine c’est un peu notre passion dans la vie.

Donc on a testé « Craquez pour les moelleux sucrés » et le même version salés. 64 pages pour les deux bouquins, un petit format bien mignon qui se glisse comme rien dans le sac à main, vous allez nous dire quel intérêt ? On ne sait jamais, ça peut toujours servir. Isabelle Brancq-Lepage est l’auteur des deux livres et d’autres « Craquez pour… » encore, ça doit être une tueuse en cuisine elle. Au total 30 recettes au coeur coulant sont toutes bien expliquées avec une jolie photo appétissante comme illustration. Le sommaire est drôlement bien fait car ils ont pensé à nous donner l’eau à la bouche d’entrée de jeu en mettant une photo à côté de l’intitulé des recettes, c’est fort ! Dans la préface, Isabelle l’auteur nous explique ce qu’est un « moelleux », qu’on peut même le cuire à la vapeur si on n’a pas de four (nous on ne connaît personne qui n’a pas de four apparemment ça doit quand même exister, mettons un étudiant) ou qu’on peut le congeler pour en avoir toujours d’avance au cas où des invités viendraient à chez nous comme ça à l’improviste un dimanche soir. Bref, on se sent tout de suite en confiance avec Isabelle.

On vous conseille le moelleux ultra-coulant chocolat noir et beurre salé, hyper fastoche à faire, cuit en 8 minutes pour un coeur ultra-coulant et en 10 pour un coeur fondant, vous le saupoudrez dès sa sortie du four de sucre glace et vous vous envoyez les 6 moelleux (c’est 6 moelleux pas un de plus) en 15 minutes montre en main tellement qu’ils sont délicieux. L’autre jour, on les a servi avec une boule de glace vanille, c’est bien aussi. Sinon, ne faites pas, non pitié, pas le moelleux à la mangue, c’est sans intérêt, gras, pas bon. Samedi après-midi comme on sera en week-end, on testera le moelleux caramel-beurre salé, on se revoit la semaine prochaine, on vous dira.

Pour les salés, Isabelle qui en a ras-le-bol des cakes fadasses au jambon-olives, nous conseille vivement de passer aux moelleux salés pour l’apéro (et elle a bien raison), elle dit aussi de nous laisser aller à la créativité et tout et tout, il y a tellement de recettes possibles ! Nous, on s’est contentés de suivre quelques recettes à la lettre. Le moelleux au pistou coeur mozzarella est très bon, la prochaine fois, on se permettra une petite liberté en y ajoutant une ou deux tomates séchées. Oh la oui, le moelleux poire-roquefort nous a rendu tout « chose », c’est fou, le fromage s’accorde vraiment bien avec la poire, le moelleux carotte-curry, pas mal non plus mais attention à la cuisson, pas trop longtemps au four sinon « étouffe-chrétien ».

Tout cela pour vous dire qu’on s’est bien amusés à faire la cuisine. Allez partez maintenant, à demain.

Caroline & Bruno et Paula un peu parce-qu’elle aime bien la cuisine et qu’elle a testé des recettes aussi

Publicités

L’amour en héritage : comment faire péter les stats de la médiathèque#2

daniele steel Photo © Danielle Steel

Dans la série « auteur à succès », je demande Danielle Steel, écrivain américain. La petite Danielle naît à New-York en 1947 dans une famille aisée (on peut dire qu’extérieurement, elle ne fait pas son âge), après avoir travaillé dans la publicité, elle se met à écrire pour la jeunesse d’abord pour se lancer ensuite dans le roman d’amour. Aujourd’hui écrivaine à best-sellers, Danielle c’est quand même 560 millions d’exemplaires de romans vendus dans 47 pays et traduits en 28 langues ! Elle est même citée dans le Guiness, parce-qu’un de ses romans est resté sur la liste des best-sellers pendant 590 semaines consécutives, rendez-vous compte, c’est quand même quelque chose.

Danielle Steel c’est « Secrets », « Un rayon de lumière », « Rue de l’espoir », « Mariage » et bien d’autres titres encore très évocateurs, qui transpirent de bons sentiments. En général, Danielle aime mettre à l’honneur la femme, la femme pas pauvre hein, la femme qui est avocate ou rentière. Mais cette femme, il lui manque quelque chose pour parfaire son bonheur, l’amour. Parfois elle a peu morflé dans la vie, prenons Tana dans « La ronde des souvenirs », elle qui a vécu un événement tragique durant son adolescence (on ne sait plus trop quoi), parviendra grâce à sa ténacité et à son courage à vaincre ses peurs et à atteindre le nirvana. Ou alors nous avons Maxine brillante psychiatre mère de trois enfants, qui en a marre de son fantasque mari, Blake dont elle décide de divorcer. On se dit « mince, sale affaire, pauvre Maxine qui va se retrouver seule à élever ses enfants », eh bien, elle va en avoir de la chance la psychiatre, parce-qu’elle va bientôt rencontrer l’homme qui va faire chavirer son petit coeur (qui ne demande que ça). Parfois Danielle Steel aime provoquer un peu le lecteur (enfin plutôt la lectrice) en racontant des histoires d’amours impossibles, une femme et un homme que tout sépare (elle avocate et lui peintre bohème, un clivage énorme moi je vous le dit), au diable les bonnes manières, ils vont se retrouver à batifoler les deux-là dès le deuxième chapitre.

Rassurez-vous chez Danielle Steel, point de vulgarité, de descriptions crues de scènes de sexe, non tout est subtilement suggéré. Extrait : « … Elle le fixa longuement, droit dans les yeux, puis, comme si quelqu’un agissait à sa place, contre sa propre volonté, elle fit oui de la tête, avant de fermer les yeux. Il la souleva et la porta vers sa chambre, où il l’allongea sur le lit qu’ils avaient partagé l’été précédent. Elle le regarda se déshabiller, songeant à la folie qu’ils étaient en train de faire, sans pouvoir lui opposer une once de résistance ». A y est, j’ai les poils qui se dressent. On peut dire que cette chère Danielle maîtrise avec brio la métaphore, Rimbaud à côté fait figure d’élève de Première L.

Trève d’épanchements, Danielle Steel publie environ un roman par an, je vous laisse imaginer la place que ça prend sur les étagères de la médiathèque (évidemment qu’on les a). Elle trône juste avant Steinbeck et Stendhal, classement alphabétique auteur oblige… Elle possède son propre site internet avec résumé des romans, actualités, biographie et j’en passe, c’est par ici et un blog qui vaut le coup d’oeil, par

Caroline

I’m a fool to want you

rigmor gustafsson

Purée on a quand même le droit d’aimer Billie Holiday et d’en profiter pour utiliser le titre d’une de ses chansons comme titre non ? Beau préambule pour dire qu’on va se pencher sur le jazz et le blues en ce jour du 29 juillet, fête des Marthe.

JAZZ

Rigmor GUSTAFSSON « Calling you » – Jazz vocal avec quatuor à cordes

Adrien MOIGNARD « All the way » – Jazz manouche (spéciale dédicace à qui vous savez)

Les DOIGTS DE L’HOMME « 1910 » – Hommage à Django Reinhardt par un groupe actuel

Bireli LAGRENE « Move » – Jazz manouche (Bireli c’est un peu notre fierté, il est bas-rhinois et il joue comme un dieu)

Virginie TEYCHENE « I feel so good » – Jazz vocal « so » 2010

Keith JARRETT – Charlie HADEN « Jasmine » – Jazz planant 2010 également « so »

DOLLAR BRAND « Autobiography » – S’appelle également Abdullah Ibrahim – Piano, Afrique du Sud

Pierre de BETHMANN « Cubique » – Nouvelle scène jazz française (claviers, funky !)

Scott LAFARO « Pieces of jade » – Jazz des années 60 (rythmé)

FOOD « Quiet inlet » – Electro-jazz

Joe PASS « Virtuoso » – Grand nom de la guitare jazz (disque des années 70)

Eddy LOUISS « Bohemia after dark » – Groove, orgue Hammond (années 70)

BLUES

C’est vite vu, il n’y en a qu’un seul mais du bon, de la référence dans le blues des années 70

Luther ALLISON « Standing at the crossroad »

Demain on fera les canailles… Bonne journée les p’tits clous.

Bruno & Caroline

A vos violons

On continue dans la sélection de nouveautés dans le genre « classique ». Vivaldi est pas mal à l’honneur cette fois-ci.

Jean-Sébastien BACH « Sonates et partitas » – Isabelle FAUST, violon (baroque, violon)

Jordi SAVALL « El nuevo mundo » – Hespèrion XXI – Tembembe Ensamble Continuo La Capella Reial de Cataluna (classique et musique mexicaine)

Pascal DUSAPIN « 7 solos pour orchestre » – Orchestre Philharmonique Liège Wallonie Bruxelles – Pascal Rophé chef d’orchestre (musique contemporaine)

Antonio VIVALDI « Armida » – Concerto Italiano – Rinaldo Alessandrini chef d’orchestre (opéra baroque italien)

Antonio VIVALDI « Vêpres à la Vierge » – La Grande Ecurie & La Chambre du Roy – Jean-Claude Malgoire (baroque, musique sacrée)

Antonio VIVALDI « Magnificat et Gloria » – Teresa Berganza, Valentini Terrani, New Philharmonia Chorus, Norbert Balatsch chef de choeur (baroque, musique sacrée)

Serge RACHMANINOV « Vêpres » – Alexander Svechnikov chef de choeur (romantisme, musique sacrée)

Pas de vidéo, introuvable…

Patricia PETIBON « Rosso : Italian baroque arias » – Soprano actuelle

Aaron COPLAND « Fanfare for the common man » – Orchestre Philharmonique Mexico City – Enrique Batz chef d’orchestre (XXème siècle)

Jose VAN DAM « 30 ans à la Monnaie » – Ténor XXème siècle

Carl Philipp Emmanuel BACH « Symphonies et concertos » – Ensemble Café Zimmermann (musique baroque)

Claude DEBUSSY « Préludes : Livres I, images » – Arturo Benedetti Michelangeli piano (piano, XXème siècle)


Demain, jazz les oiseaux, jazz manouche, planant…

Caroline & Bruno

Chefs-d’oeuvre ?

chaises pompidoupompidou cube

Photo © Médiathèque de Guebwiller (on est raide dingue des chaises)

Alors la foule, comment qu’c’est aujourd’hui ? (comment qu’c’est : expression employée couramment en Lorraine, vous allez comprendre pourquoi…). Depuis l’année dernière, on vous rabâche les oreilles avec le Centre Pompidou-Metz (grande fierté pour nous lorrains expatriés), mais si voyons, souvenez-vous ici et ici. Vous admettrez que l’événement était suffisamment important pour qu’on s’y attarde un peu non ?

Ce week-end, nous étions donc à Metz, charmante ville en Lorraine et c’est avec beaucoup d’émotion que nous nous sommes rendus au centre Pompidou situé 1 parvis des Droits de l’Homme près de la gare (à Metz donc). Nous y avons vu une formidable exposition intitulée « Chefs-d’oeuvre » qui interroge la notion de chef-d’oeuvre, son histoire et son actualité. 800 oeuvres (dont plus de 700 issues de la collection du Centre Pompidou Paris) sont présentées dans quatre espaces (Grande Neuf, galerie 1, galerie 2 et galerie 3).

Pompidou-Metz, c’est quand même 5000 m2 de surface, ça ferait un bien confortable loft… Nous vous avions déjà dit que le bâtiment a été conçu par Shigeru Ban et Jean de Gastines, ‘tain ça en jette en vrai, à l’intérieur, le volume est très impressionnant.

pompidou yves kleinjules et jim pompidou

Oeuvres : Grande anthropophagie bleue, hommage à Tennesse Williams – Yves Klein
Jules et Jim – Jean-Luc Godard

On entre un peu dans les détails des parcours chronologies de l’exposition.

Dans la grande nef : Chefs-d’oeuvre dans l’histoire
Parcours chronologique retraçant l’évolution de la notion de chef-d’oeuvre au fil des siècles (du Moyen-Age au XXème siècle). Miro était présent avec ses trois « blue ».

Dans la galerie 1 : Histoires de Chefs-d’oeuvre
Succession de salles dédiées aux avant-gardes, les « -ismes » (fauvisme, cubisme etc.), mettant en valeur des figures et des mouvements moins connus du XXème siècle. Là on a vu « Precious Liquids » de Louise Bourgeois.

Dans la galerie 2 : Rêves de Chefs-d’oeuvre
Proposition de « musée rêvé » mettant en parallèle contenants et contenus (musées et oeuvres). Parade de chefs-d’oeuvres et maquettes d’architectures de musées.

Dans la galerie 3 : Chefs-d’oeuvre à l’infini
Chefs-d’oeuvre à l’infini interroge la persistance de la notion de chef-d’oeuvre au fil du XXème siècle, à l’ère de la reproductibilité des images.
C’est dans cette galerie qu’est mise en valeur une vue sur la cathédrale de Metz, chef-d’oeuvre d’achitecture (ça y est, on était émus).

Sachez que le tarif de l’entrée est tout à fait raisonnable car il vous en coûtera la modique somme de 7 €, c’est gratuit pour les moins de 26 ans, les artistes inscrits à la maison des artistes etc (voir le site internet pour consulter les autres gratuités).

Vous pouvez également faire l’acquisition du pass du Centre Pompidou-Metz. Pour 30 €, vous aurez accès aux expositions gratuitement pendant un an avec la personne de votre choix.

Les horaires d’ouverture :
Lundi & mercredi : 11 heures-18 heures
Mardi : fermé
Jeudi & Vendredi : 11 heures-20 heures
Samedi : 10 heures-20 heures
Dimanche : 10 heures-18 heures

Le Centre Pompidou-Metz venant d’être inauguré, vous vous doutez bien qu’il y a foule actuellement, il faut compter environ 30 minutes d’attente avant d’accéder à l’intérieur.

Et cet été, le Centre Pompidou-Metz présente 4 chefs-d’oeuvre du cinéma à découvrir ou redécouvrir en plein air. Plus d’infos ici

On vous a ramené des livrets détaillant l’exposition « Chefs-d’oeuvre », ils sont disponibles à la médiathèque.

L’exposition est visible jusqu’au 25 octobre prochain.

On a fait le boulot pour vous, l’itinéraire en partant de Guebwiller jusqu’à Metz est visible par ici

On se retrouve demain pour une discographie dédiée à la musique classique.

Caroline & Bruno

www.centrepompidou-metz.fr

Cinéma le Florival : programme du 28 juillet au 3 août 2010

PROGRAMME DU 28 JUILLET AU 3 AOUT 2010

dernier maitre de lair LE DERNIER MAITRE DE L’AIR (Sortie nationale) – Numérique 3D – Etats-Unis – Aventure
Réalisé par M. Night Shyamalan, avec Noah Ringer, Dev Patel, Nicola Peltz

Air, Eau, Terre, Feu : l’équilibre du monde bascule par une guerre sauvage engagée depuis un siècle déjà par la Nation du Feu contre les trois autres nations. Mettant au défi son courage et son aptitude au combat, Aang découvre qu’il est le nouvel Avatar, seul être capable de maîtriser les quatre éléments. Il s’allie à Katara, un Maître de l’Eau, et à son frère aîné Sokka, afin de stopper la Nation du Feu avant qu’il ne soit trop tard…

Mercredi 28 juillet à 11 heures & à 20h30
Jeudi 29 juillet à 16 heures & à 18 heures
Vendredi 30 juillet à 18 heures & à 22h30
Samedi 31 juillet à 11 heures & à 20h30
Dimanche 1er août à 14 heures & à 18 heures
Lundi 2 août à 16 heures & à 20h30
Mardi 3 août à 18 heures & à 22h30

night and dayNIGHT AND DAY (Sortie nationale) – Etats-Unis – Comédie
Réalisé par James Mangold, avec Tom Cruise, Cameron Diaz, Peter Sarsgaard

Lorsque June rencontre Roy, elle croit que le destin lui sourit enfin et qu’elle a trouvé l’homme de ses rêves. Pourtant, très vite, elle le suspecte d’être un espion et le cauchemar commence.
Elle se retrouve traquée avec lui dans une coursepoursuite à travers la planète qui ne leur laisse aucun répit. Leur vie ne tient qu’à un fil et le danger est partout. Pour avoir une chance de s’en sortir, June et Roy doivent se faire confiance au point de se confier leurs vies. Mais est-ce bien raisonnable ?

Mercredi 28 juillet à 16 heures & à 18 heures
Jeudi 29 juillet à 14 heures & à 20h30
Vendredi 30 juillet à 14 heures & à 20h30
Samedi 31 juillet à 16 heures & à 18 heures
Dimanche 1er août à 16 heures & à 20h30
Lundi 2 août à 11 heures & à 18 heures
Mardi 3 août à 11 heures & à 20h30

toy story 3 TOY STORY 3 (Numérique 3D) – Etats-Unis – Animation
Réalisé par Lee Unkrich, avec Tom Hanks, Tim Allen, Michael Keaton

Les créateurs des très populaires films Toy Story ouvrent à nouveau le coffre à jouets et invitent les spectateurs à retrouver le monde délicieusement magique de Woody et Buzz au moment où Andy s’apprête à partir pour l’université. Délaissée, la plus célèbre bande de jouets se retrouve… à la crèche ! Les bambins déchaînés et leurs petits doigts capables de tout arracher sont une vraie menace pour nos amis ! Il devient urgent d’échafauder un plan pour leur échapper au plus vite. Quelques nouveaux venus vont se joindre à la Grande évasion, dont l’éternel séducteur et célibataire Ken, compagnon de Barbie, un hérisson comédien nommé Larosse, et un ours rose parfumé à la fraise appelé Lotso.

Mercredi 28 juillet à 14 heures
Vendredi 30 juillet à 16 heures
Samedi 31 juillet à 14 heures
Dimanche 1er août à 11 heures
Lundi 2 août à 14 heures

petits ruisseaux LES PETITS RUISSEAUX (Ciné-Senior) – France – Drame
Réalisé par Pascal Rabaté, avec Daniel Prévost, Philippe Nahon, Bulle Ogier

Emile, septuagénaire et veuf, connaît une retraite sans heurts, faite de rituels et de loisirs paisibles. L’instant n’existe pas vraiment, la vie coule comme la Loire où il pèche régulièrement avec un autre retraité, Edmond.
Mais un jour, Edmond, après lui avoir révélé qu’il avait une vie amoureuse et sexuelle cachée, meurt.
Emile, pour ne pas sombrer, tente de se secouer pour retrouver goût aux choses.
Lui viennent des envies oubliées d’adolescent, des envies d’étreintes, des envies d’aimer, mais aussi des envies d’en finir…

Mardi 3 août à 15 heures

Tarif plein : 6,50 €
Tarifs réduits : 5,50 € lundi et mercredi tarif réduit pour tous
4,50 € le matin et en deuxième partie de soirée
4 € sur présentation de la carte Vita culture

Abonnements :
10 places non nominatives (valable 1 an) : 50 €
5 places nominatives (valable 3 mois) : 20 €

Un supplément de 1 € vous sera demandé pour les films en 3D

Cinéma le Florival – 68500 Guebwiller
http://www.cinema-florival.com

Musicalta : 3 semaines de musique

Musicalta

Bonjour tout l’monde,

c’est parti pour la 15ème édition du festival Musicalta qui se tient à Rouffach, juste à côté, jusqu’au 10 août.

Le festival se décline en 2 parties. La première, intitulée « Rouffach au coeur », se déroule en soirée à l’Eglise Notre Dame jusqu’au mardi 27 juillet. Parmi les invités, le duo constitué par la violoncelliste Anne Gastinel et la pianiste Claire Désert, ou encore les violonistes Gilles Apap et Renaud Capuçon (Môssieur Laurence Ferrari). Du lourd, on vous dit. Et du subtil.

Voici un extrait avec Anne Gastinel et Claire Désert (qui n’est pas parente avec Jean-Patrick Capdevielle) :

Durant ces mêmes jours, des concerts gratuits intitulés « Génération Spedidam » auront lieu dans l’après-midi dans le centre de Rouffach.

Je vous laisse découvrir le programme ici

La 2ème série de concerts, « Ballade dans le pays », est en partie délocalisée à Gueberschwihr, Pfaffenheim et Hattstatt.
Guebwiller n’est pas en reste. Mercredi prochain 28 juillet, les Dominicains accueilleront Gilles Apap et l’Orchestre des étudiants de l’Académie Musicalta.
Tout est

L’une des particularités de Musicalta est d’accueillir pas moins de 180 musiciens du monde entier (Europe, Extrême-Orient, Amériques) venant assister à des master classes. L’ambiance est donc plutôt conviviale.

Le classique se démocratise, et c’est tant mieux!

www.musicalta.com

Bon week-end,
Bruno & Caro

Les arts décos de Strasbourg à Guebwiller!

resonance

Bonjour,

La chose est rare : depuis ce mois-ci et jusqu’au 5 septembre, l’exposition « Résonances : des étudiants, une collection » accueille au Musée Théodore Deck les oeuvres d’une vingtaine de créateurs en option « Objets » de l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg (en abrégé, l’ESADS).

Leur projet apparaît au sein même de la collection du musée. Lors de votre balade aux différents étages, vous trouverez donc par-ci par-là, parfaitement fondus dans le décor (une étiquette les distingue quand-même), des visuels, des sculptures et autres « propositions plastiques » faisant écho (d’où les « résonances ») à des oeuvres présentes au musée. Il s’agit là d’un véritable travail de fond, les artistes étant venus dès ce début d’année pour s’imprégner du lieu et proposer ce dialogue artistique.

Cette exposition constitue le premier volet d’un partenariat noué avec l’ESADS. La suite arrivera en septembre, nous vous en parlerons à ce moment-là…

Les horaires du musée : du lundi au vendredi 14h – 18h
samedi, dimanche et jours fériés : 10h – 12h / 14h – 18h

Plus d’informations sur le site de la ville par ici

Bonne visite!
Bruno & Caro

What’s happened

Mazette, voilà que ça nous reprend l’utilisation abusive du titre en anglais, faut dire qu’on surfe un peu sur la vague, le titre en anglais c’est hype parait-il. Et puis on ne trouvait pas d’inspiration ce matin, on a subitement pensé à nos cours d’anglais de 6ème et hop ni vu, ni connu, je t’embrouille…

Sinon, on avait dit qu’on se faisait de l’électro aujourd’hui. On en profite pour vous rappeler que sur MusicMe, (le site qui déchire) vous pouvez vous adonner au streaming (écoute en ligne) à volonté après vous être inscrit (le lien est actif, cliquez sur MusicMe), vous aurez accès dans la rubrique « Radios » et « Radios calice 68 », à des playlists vachement sympas, « mix électro – Guebwiller » par exemple, c’est 6 heures de musique en fondu-enchaîné !

Alors voici nos 4 nouveautés électro du mois.

LCD SOUNDSYSTEM « This is happening » – Pop, new wave, dance

Ce gars là les oiseaux, s’il est en concert près de chez, faut y aller.

EFDEMIN « Chicago » – Techno minimale – Allemagne (à découvrir, vraiment)

Juan MACLEAN « DJ Kicks » – House, dance

GOTAN PROJECT « Tango 3.0 » – Electro + tango

Ce week-end, pas d’articles. On se retrouve mardi avec Bach, Rachmaninov et les autres. Salut la foule.

Caroline & Bruno

PS : Pour ce week-end, on vous conseille de voir ou revoir le film du très raffiné Bernard Rapp « Une affaire de goût » avec feu Bernard Giraudeau, c’est un petit bijou.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑