première étoile

Ma première étoile réalisé par Lucien Jean-Baptiste, avec Anne Consigny, Firmine Richard, Bernadette Lafont, Michel Jonasz, Jimmy Woha-Woha, Ludovic François, Loreyna Colombo, Gilles Benizio (Dino de Shirley et Dino) et Astrid Berges-Frisbey – Sortie nationale le 25 mars 2009 – Disponible en DVD à la médiathèque de Guebwiller

Un film sur une famille d’antillais qui part en vacances de neige, on aurait pu sombrer dans la caricature assez grossière genre imitation des Bronzés version « black ». Et pourtant, il y bien longtemps qu’un réalisateur français ne nous avait pas proposé une comédie aussi réussie. Il y a le père Jean-Gabriel, d’origine antillaise, qui vit de petits boulots en attendant de faire de la radio, turfiste chevronné (mais qui ne gagne jamais) qui passe la plupart de son temps au PMU du coin ; il y a la mère Suzy qui se tue au travail pour essayer de nourrir péniblement sa famille et puis il y a les trois enfants. Cette petite famille vit dans une cité populaire en banlieue parisienne. Evidemment, le comportement immature du père engendre une ambiance un peu tendue à la maison. Puis Jean-Gabriel (c’est le père hein pour ceux qui suivent !), un soir à table, fait une promesse, celle d’emmener sa famille en vacances au ski. Sauf que Suzy, fatiguée des promesses non tenues de son mari lui pose un ultimatum, s’il ne la tient pas cette fois-ci, elle le quitte. Jean-Baptiste va devoir faire preuve d’imagination pour trouver l’argent et organiser des vacances réussies. C’est là qu’interviendra « bonne-maman » jouée par l’excellente Firmine Richard (Firmine Richard c’est Romuald et Juliette de Coline Serreau ou plus récemment Huit femmes de François Ozon)… Et ensuite à l’arrivée dans le chalet en montagne, Bernadette Lafont et Michel Jonasz… Je ne vous en dit pas plus, c’est assez truculent !
La première étoile n’est pas un film sur « l’intégration », la famille de rmistes noirs de banlieue, à la découverte d’un monde de bobos blancs privilégiés, mais un film vivifiant et sincère sur la difficulté d’être père, la difficulté qu’a ce père (qui n’a lui-même pas eu de père) d’être un adulte responsable assumant son rôle de « chef de famille » (pfiou, c’est complexe). En amont, la relation délicate basée sur des « non-dits » qu’entretient Jean-Gabriel avec son fils aîné adolescent. On ajoute à cela une série de gags très rigolos (Bonne-maman qui s’essaie au ski), des petits instants touchants et on arrive à une comédie intelligente « entre Rasta Rockett et Little Miss Sunshine » (il faudra que je vous en parle à l’occasion), comme dirait l’autre. Et C’est Lucien Jean-Baptiste qui l’a réalisée. Comme quoi, c’est pas si compliqué que cela !

Et hopla (on est en Alsace oui ou non ?!!), un extrait

Caroline

Et demain mes oiseaux, Bruno nous présentera ses nouveautés pour le mois de décembre. Croyez-moi il est très en forme l’animal !

Publicités