trois femmes puissantes

Parce-que admettez que « The winner is », ça sonne quand même mieux que « Le gagnant est », non ? Et puis je ne sais pas, ça créé une ou deux secondes de suspense… Il est maintenant temps de vous livrer le vrai sujet de ce post (pfff c’est encore de l’anglais « post », JCVD, sors de ce corps !), à savoir la littérature.

Il n’est pas fréquent que nous vous parlions de prix littéraire ici mais cette année, le Goncourt ayant été décerné à un écrivain que nous aimons beaucoup, j’ai eu envie de vous en dire un peu plus sur son fabuleux roman.

Marie N’Diaye s’est vue donc décerner le Prix Goncourt 2009 pour son ouvrage « Trois femmes puissantes ». Bien sûr, son talent de « raconteuse d’histoire » avait déjà été salué par la critique en 2001 lorsqu’elle a reçu le Prix Fémina pour « Rosie Carpe » et une de ses pièces de théâtre figure au répertoire de la Comédie Française, ce qui n’est pas banal puisqu’elle est la seule femme écrivain vivante à avoir cet honneur. Moi je dis que ça inspire le respect tout cela.

« Trois femmes puissantes » est basé sur trois récits décrivant des femmes, Nora, Fanta et Khadi Demba dont le point commun est leur origine africaine certes, mais surtout leur formidable ténacité. Malgré les humiliations qu’elles subissent, elles sont toutes trois animées par la même rage de vivre. Je n’ai pas très envie de vousen dévoiler plus sur l’histoire.
Marie N’Diaye décrit magnifiquement bien la solitude pesante de ces personnages parce-qu’elles sont bien seules ces femmes face à la violence du monde et des hommes. La nuée de métaphores que j’ai envie de vous livrer seraient bien médiocres à côté du style si brillant et proustien (c’est pas moi qui le dit mais il est vrai que j’ai retrouvé un peu de « A la recherche du temps perdu » dans « Trois femmes puissantes ») de Marie N’Diyae, donc je vais m’abstenir et vous inviter à (re)découvrir une prose si fine.

Je pense que vous l’aurez compris, vous pourrez vous procurer le roman de Marie N’Diyae à la médiathèque de Guebwiller.

Et puis je vous fais encore un cadeau en vous mettant une vidéo d’une interview…

Demain, Bruno terminera son inventaire de nouveautés… Bonne soirée mes oiseaux.

J’oubliais, si ce soir, l’envie vous prenait de passer un moment convival, venez donc nous rendre une petite visite, nous avons convié un groupe de jazz « Swingtet » à 20h30 qui vous fera voyager à la Nouvelle-Orléans au son du jazz noir-américain (plus de détails ici).

Caroline.

Publicités