histoire d'un mariage

Depuis la semaine dernière, je vous parle des Belles Etrangères (pour celles ou ceux qui n’auraient pas lu les articles de la semaine dernière, vous pouvez cliquer sur le lien « belles étrangères ») et des Etats-Unis. Pour s’imprégner de la culture américaine, quoi de mieux que découvrir la littérature du pays ? Sachant que nous accueillerons prochainement l’écrivain Andrew Sean Greer, j’ai eu bien envie de me plonger dans la lecture de « L’histoire d’un mariage ».

Je vous résume l’histoire (sans trop dévoiler l’intrigue bien entendu), alors il s’agit d’un couple, Pearlie et Holland qui vivent à San Francisco dans une maison située au bord de l’océan, avec leur fils atteint de la polio et leur chien muet. Tout se passe en 1953 sur fond de ségrégation raciale, d’homophobie, de Maccarthysme, de guerre de Corée et d’affaire Rosenberg. A priori, une petite vie tranquille que rien ne pourrait venir troubler.
Mais un jour, Charles « Buzz », un ami que Holland a connu pendant la Seconde Guerre Mondiale surgit dans la vie du couple et va proposer un étrange marché à Pearlie.

Ce qui est intéressant dans ce roman c’est la manière dont l’auteur dévoile au fil des chapitres les éléments de l’intrigue. Et justement, à la fin de la première partie, le ton est donné car Andrew Sean Greer annonce assez brutalement le premier rebondissement.
A partir d’un sujet somme toute assez banal et surtout beaucoup traité en littérature, Andrew Sean Greer parvient à nous entraîner habilement dans une histoire bondée de suspens. J’ai beaucoup aimé me plonger dans l’Amérique des années 50 et ai été très touchée par la personnalité de Pearlie, narrateur du roman, qui, au départ est une épouse modèle emprisonnée dans les rouages de sa vie de femme au foyer et se retrouve subitement face à un véritable ouragan, obligée de prendre une décision qui bouleversera irrémédiablement le cours de son existence.

Surtout n’oubliez pas de venir à la médiathèque de Guebwiller Jeudi 18 novembre à 20h30 pour rencontrer Andrew Sean Greer. Si l’envie vous prenait de lire un de ses romans, sachez que sont disponibles à la médiathèque « L’histoire d’un mariage » ainsi que « Les confessions de Max Tivoli » édités tous deux aux Editions de l’Olivier, et qu’il ne tient qu’à vous de venir les emprunter mes oiseaux…

Je vous souhaite de passer une bien agréable soirée. A demain !

Caroline.

Publicités