la_maison Malo, père de trois enfants en instance de divorce, découvre avec un ami, une maison qui doit être vendue aux enchères. Il y trouve la lettre d’une petite fille qui écrit à son papa. C’est l’histoire de cette maison qui a été saisie pour être vendue et qui est la maison d’enfance de deux soeurs…

Manuel Poirier, dont on se souvient du magnifique « Western » réalisé en 1997, nous convie encore ici dans une histoire liée à des personnages à la recherche d’apaisement, de paix intérieure. Sergi Lopez, découvert dans « Harry, un ami qui vous veut du bien » de Dominik Moll est épatant de simplicité et Bruno Salomone, plus connu comme humoriste, parvient à nous étonner grâce à son naturel. Quant à Barbara Schulz et Bérénice Bejo, on ne peut que regretter de les voir si peu au cinéma car elles sont éclatantes et leur présence à l’écran est impressionnante. Elles n’ont rien à envier à Audrey, Marion et les autres…
On ressent chez Manuel Poirier une attention particulière aux êtres et un attachement aux souvenirs (d’où la difficulté qu’ont les deux soeurs à accepter la vente de leur maison d’enfance), son cinéma est très proche de celui de Jean Renoir ou André Téchiné. La justesse des émotions font de « la maison » un film beau et rempli d’humanité sur fond de musique hispanique (Lhasa) qui fait beaucoup de bien.

Caroline Facchin

Publicités