Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Mois

novembre 2007

2 h 37

2h37
2 h 37 * – Film australien de Murali K. Thalluri avec Teresa Palmer, Joel Mackensie & Clementine Mellor – 123 min – 2006 ; Sélection Un certain regard au Festival de Cannes en 2006

Le corps d’un adolescent sans vie est retrouvé à 2 h 37 dans les toilettes du lycée. En opérant un retour sur les heures qui précèdent ce suicide, la caméra suit six élèves qui tantôt évoluent au sein du lycée, tantôt livrent leur mal-être et leur vision de la vie. L’adolescence, période de doute qui serait également l’âge des interrogations telles que le choix de vivre ou mourir…

Murali K. Thalluri,  du haut de ses 22 ans, a signé un film savamment ficelé et percutant. Grâce à sa caméra, il vogue du travelling aux plans fixes avec une habileté déconcertante.
2 h 37 est un huis clos réunissant des adolescents impulsifs pour la plupart, certains cachant des secrets inavouables, à l’orée de leur vie d’adultes. Un suspense extraordinaire tient le spectacteur en haleine durant tout le film, Murali a fait le choix de suivre un protagoniste évoluant au milieu d’un groupe au sein du lycée en insérant des interviews pendant lesquels les adolescents se livrent réellement.
Ce documentaire-fiction subtilement mis en musique par Mark Tschanz nous projette dans un univers proche de Gus Van Sant et son excellent Elephant *. Ici, pas de guest stars mais des adolescents recrutés pour la plupart dans les rues australiennes qui affichent un grand naturel et nous propose un très beau jeu d’acteurs.
Ce film brut et émouvant ne vous laissera assurément pas indifférent.

Je vous invite également à découvrir le bonus du DVD qui est très intéressant et vous apprendra diverses choses sur la construction du film, son financement, le choix des acteurs etc.

Caroline Facchin

* Film disponible à la médiathèque

Publicités

Présentation de l’équipe de la médiathèque

Je vous présente enfin (pour celles ou ceux qui ne nous connaissent pas) l’équipe de la médiathèque…

Equipe médiathèque

De bas en haut : Jasmine TSCHAEN (Directrice de la Médiathèque), Caroline FACCHIN (Responsable de la Section Adultes), Paula DE OLIVEIRA (Section Adultes), Jean-Raymond GIRARD (Section Adultes), Bruno NEVEUX (Responsable de la Section Musique), Anne CHOLLEY (Responsable de la Section Jeunesse) & Martine GONTARD (Section Jeunesse).

Photo : Bernard ERHARDT

Maintenant, vous savez tout !

Caroline Facchin

A propos de notre flyckr

Pour conserver un souvenir visuel de nos différentes animations, nous immortalisions les événements en prenant des photos. Or, jusqu’à présent, celles-ci n’étaient pas visibles par le public. Aujourd’hui, les choses ont évolué car nous venons de créer notre album photo.

Pour consulter cet album, c’est par ici que cela se passe…

Caroline Facchin

Atelier Décorations de Noël

rene3401 C’est la cinquième fois que nous organisons un atelier décos de Noël pour adultes. Cet atelier est animé par l’artiste plasticien René Weber et aura pour thème cette année l’étoile…

Il aura lieu samedi 15 décembre à partir de 14 heures à la médiathèque


Nous fournissons le matériel pour la fabrication des décorations donc aucune participation financière n’est demandée. Toutefois, le nombre de places étant limité à 15, il est absolument impératif de réserver rapidement par téléphone au 03 89 74 84 82 ou par mail carolinefacchin.mediagueb@wanadoo.fr

Photo : Bernard Fruhinsholz

Le roman libanais

khalil-gibran-1L’écrivain Khalil Gibran évoque sa révolte dans « Les ailes brisées » en écrivant sur la condition humaine : le pouvoir politique et le pouvoir religieux, évoquant ainsi la souffrance du peuple libanais. Il couche sa révolte personnelle sur le papier.

Les libanais écrivant le plus souvent en arabe ou en français abordent des thèmes différents selon la langue dans laquelle ils écrivent. En effet, l’imaginaire est différent selon la langue d’écriture, les écrivains arabophones retranscrivent la vie libanaise alors que les francophones abordent plus des thèmes universels.

andree chedid Andrée Chedid est d’origine libanaise, elle naît au Caire en 1920 et vit en France depuis 1946. Elle est la mère de Louis Chedid et la grand-mère de Mathieu dit « M ». Elle n’a vécu que deux ans au Liban de 1944 à 1946 car elle y a accompagné son mari qui étudiait. L’interrogation est au centre de la pensée de cet écrivain, interrogation souvent ravivée par la guerre, les retombées de la guerre sur la société. Dans « La maison sans racines », Andrée Chedid raconte l’histoire de Kalya, libanaise émigrée en France qui donne rendez-vous au Liban à sa petite fille Sybill (qui vit aux Etats-Unis) pour lui faire découvrir le pays de son enfance. Sa petite fille sera abattue par un franc-tireur, une mort insensée… Le tragique de ce roman démontre l’absurdité de laguerre civile du Liban (1975-1990). Voir la bibliographie d’Andrée Chedid ici

venus Vénus Khoury-Ghata est née à Beyrouth en 1937. Poétesse-romancière, elle vit à Paris depuis 25 ans. Dans son roman« La maestra » paru en 1996, on retrouve la souffrance de la condition humaine qui la hante. Ce roman n’est pas autobiographique comme « Une maison au bord des larmes » et ne se situe pas en pleine guerre, c’est simplement un roman sur la vie qui côtoie la mort. Une institutrice au Mexique entretient un dialogue avec un petit orphelin (ressemblance de certaines descriptions avec Le Petit prince de Saint-Exupéry). La maestra vit proche des mexicains car ils représentent le peuple qui a besoin d’être aidé, consolé… Elle parvient à oublier la mort qui coule dans ses veines ; elle donne et reçoit plus qu’elle ne donne. Les descriptions dans ce texte sont empreintes de poésie. « … Ne sois pas triste s’il faut mourir et si tu reviens dans la vie, le pueblo t’attend… ».
Vénus Khoury-Ghata cherche à mettre en lumière ce qu’elle vit profondément, tragiquement…
Voir bibliographie ici

Hokusai Katsushika

Henri Focillon, « Hokusai », Ed. Fage.

800px-Kajikazawa_in_Kai_province

Henri Focillon est un spécialiste de l’art en extrême orient. Il ne propose pas là à proprement parler un livre d’art à propos de Hokusai, ne serait-ce que par son format réduit, mais une analyse exhaustive de l’oeuvre de ce dessinateur, graveur et coloriste génial, probablement le plus grand que Tokyo ait jamais engendré.

800px-The_Great_Wave_off_Kanagawa

« Mon oeuvre exécutée avant l’âge de 70 ans ne compte pas. A mes 90 ans je pénétrerai le secret des choses, à 100 ans je serai un vrai peintre et à 110 ans, j’atteindrai la perfection. »

Hokusai

Ses dernières paroles furent : « Encore cinq ans et je serais devenu un grand artiste. »

Les deux estampes que je vous propose ici sont tirées de l’oeuvre la plus connue de Hokusai : les « 100 vues du mont Fuji ».

Pour voir plus de reproductions, vous pouvez aller sur le blog : Quand les pinceau racontent la vie.

Blackbird.

PLEINE LUNE

PLEINE LUNE, aux Editions de la Martinière.

Luna-uomo

PLEINE LUNE est un livre grand format et surtout sans paroles. Il n’en est d’ailleurs pas besoin devant la somptuosité des photos remontant à la conquête de la lune. Vous vous souvenez certainement d’avoir vu des reportages et des photos de Apollo 11, et de Neil Armstrong (un petit pas pour l’homme, un bon de géant pour l’humanité). Ce sont les photos du programme Apollo et de toutes les missions habitées vers la lune qui sont présentées ici. En grand format et d’une qualité d’impression splendide.

jeep

Un livre qui se passe effectivement de tout commentaire tant il suffit de regarder une image pour se replonger dans ses rêves de gosse.

Disponible à la médiathèque.

Suzanne Vega : Beauty & crime

vega

http://www.blog.fr/srv/media/dewplayer.swf?son=http://data3.blog.de/media/007/2162007_ed9e7f154a_a.mp3

Dans son dernier opus en date, « Beauty & Crime« , Suzanne Vega nous revient plus Suzanne Vega que jamais, fidèle à cette espèce de pop mâtinée de folk. Toujours ses délicieuses balades douces-amères, avec, cette fois, l’apparition de cordes – très jolis arrangements, soit dit au passage, quelques morceaux plus typés pop, comme le « Zephy & i » que je vous propose d’écouter là.

La voix ne change pas, toujours la même décontraction, la même façon de la poser. Un frisson vous parcours l’échine. La qualité sonore est impeccable et au long de cet album, une question vous tarabuste : pourquoi n’est-ce pas un double album pour prolonger le plaisir ?

Blackbird.

Rencontre avec un écrivain libanais…

En raison des grèves SNCF, l’écrivain Vénus Khoury-Ghata ne pourra malheureusement pas être présente jeudi 22 novembre à la médiathèque.
Cathy Bernecker 007
Toutefois, nous avons décidé de maintenir la soirée consacrée à la littérature libanaise et accueillerons la comédienne Cathy Bernecker qui lira des extraits d’ouvrages d’écrivains libanais.

Nous pourrons également engager une discussion autour du Liban et profiterons d’un moment de convivialité pour déguster des pâtisseries orientales accompagnées de thé à la menthe…

L’entrée est libre mais nous vous conseillons de réserver par téléphone au 03 89 74 84 82 ou par mail carolinefacchin.mediagueb@wanadoo.fr

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑