Voici les différents styles de la techno :


Comme la house, la techno contient de nombreux sous-genres :

– le Hardcore naît en Allemagne, à Francfort vers 1989. C’est une musique exclusivement urbaine, underground, au rythme très rapide (plus de 160 BPM). L’ambiance y est toujours sombre. Le hardcore utilise des basses au son grave poussé à l’extrême (infrabasses) et des sonorités industrielles. On retiendra pour ce style Alec Empire et son groupe Atari Teenage Riot.

– le Gabber trouve son origine à Rotterdam, en Hollande. Il va jusqu’à atteindre les 250 BPM, cette musique est encore plus dure que le hardcore. Les compilations « Thunderdome » peuvent en témoigner.

thunderdome

Thunderdome XVI (Arcade 1997)


En Angleterre, on parle de Happy Hardcore, où voix féminines et breakbeats s’entremêlent sur un rythme toujours très soutenu.

En France, le style hardcore est représenté entre par Manu le Malin, Micropoint et Laurent Hô.

MANU LE MALIN « Fighting spirit » (Bloc 46, 2002)
MICROPOINT « Remontées » (Uwe, 2005)


– genre le plus populaire de la techno, la Trance est moins rapide que la hardcore (140 BPM), et utilise de longues nappes répétitives de synthétiseurs. C’est une sorte de rencontre entre l’acid house et la techno à proprement parler. La trance a été créée en Allemagne, portée par Sven Väth (anciennement connu sous le nom de Off, avec un tube classé au Top 50 dans les années 80 « Electrica salsa »).

– sous-genre de la trance, la Trance Goa est londonienne. Plus psychédélique, on l’appelle aussi « progressive trance ». Elle contient des sonorités ethniques.
Voilà une occasion de rappeller que la techno repose sur des rythmes tribaux, que l’on retrouve dans tous les coins du globe : gnaouas marocains, musiques de Bali, pygmées de Centrafrique, indiens de l’Amazonie.
La trance goa part de Londres. Son DJ le plus connu est Hallucinogen.

La trance a connu un grand succès commercial vers 1996. En France, le duo BBE « Seven days and one week » fait partie du même mouvement.

BBE « Games » (Triangle, 1998)
« Distance to Goa vol. 5 » (Distance, 1997)


En France, la scène techno est bel et bien vivante et originale, avec des artistes de qualité comme Agoria, Vitalic, Miss Kittin, The Hacker, Tekel…

agoriavitalicmiss kittinthe hackertekelpara one

AGORIA « Blossom » (PIAS, 2003)
VITALIC « OK Cowboy » (PIAS, 2005)
MISS KITTIN « Radio Caroline, vol. 1 » (Labels, 2002)
The HACKER « Rêves mécaniques » (PIAS, 2004)
TEKEL « Tékël » (Initial Cuts, 2006)
PARA ONE « Epiphanie » (Institubes, 2006)


entre house et techno :

laurent garnier 30laurent garnier laboratoire mix

Rappelons une nouvelle le rôle de précurseur joué par Laurent GARNIER, musicien sans étiquette, quelque part entre house, techno, jazz et musiques expérimentales.

La techno n’est donc pas du hardcore, et la trance n’est pas du gabber. Tous ces styles se différencient donc par leur tempo, et les instruments utilisés (le synthétiseur, pour la trance).

Souvent, on distingue tekno et techno. La première est plutôt en marge, loin des boîtes de nuit. Un mouvement la caractérise, celui des WORLD TRAVELLERS. Motivé par un but humanitaire, constitué de musiciens techno itinérants, il consiste à voyager sur d’autres con
tinents en emportant toute la logistique nécessaire afin d’organiser des rave parties en Afrique de l’Ouest, en Mongolie ou en Inde. On les appelle également les nomades techno. 1 DVD retraçant les divers voyages des musiciens est associé au disque « World traveller adventures ».

Bruno Neveux

Publicités