Catherine Herr-Laporte, 15 ans a imaginé une histoire passionnante truffée de trolls et autres légendes…


Nous cherchons le livre idéal, c’est-à-dire celui qui arrivera enfin à calmer notre faim légendaire, parmi ceux qui se trouvent sur cette étagère. Je me présente, je suis le chef d’une armée de trolls, mais attention, nous ne sommes pas belliqueux comme certains pourraient le croire, non, nous aimons juste jouer des tours mesquins aux autres. Mais nous avons un problème : un jour, un sorcier nous a jeté un sort, parce que nous avions noyé son chat, nous aurons toujours faim et il en serait ainsi jusqu’à ce que nous ayons trouvé le livre magique, celui que nous dévorerons et qui calmera notre faim.

Jusqu’à présent, ma chère armée a été courageuse, nous avons bravé mille et mille dangers mais nous sommes arrivés à la première étape vers la fin de notre faim : la médiathèque de Guebwiller, le sorcier nous a dit de commencer les recherches ici dans les romans. Mon armée est composée d’une quinzaine de trolls. Jusqu’à présent, chacun goûte le bas des pages des romans. C’est parfois agréable car certains ont bon goût, malheureusement la plupart sont infects. Et chaque lettre différente de chaque livre différent a un goût différent. Nous agissons la nuit, car le jour il y a un tas d’humains auxquels nous jouons des tours discrètement pour nous occuper car nous dormons très peu.

En bref, nous mènerions une vie plutôt joyeuse s’il n’y avait pas cette maudite faim qui nous tenaille à longueur de journée ! Heureusement tous les numéros 9 des pages calment notre faim pour quelques minutes, cet honneur m’est évidemment réservé !
A l’instant où je vous parle, je suis assis sur une étagère et regarde mes petits trolls agir en bronzant. D’ailleurs, il va falloir que j’intervienne car il y en a qui ne font rien, tel que mini-troll qui est entrain de rêvasser alors qu’il devrait goûter les romans d’horreur, mais il prétend qu’après il fait des cauchemars… N’importe quoi ! Ah, que c’est fatiguant de regarder les autres travailler, je crois que je vais aller prendre un petit bain de lettres.

Le travail a tout de même bien avancé, il ne nous en reste plus qu’environ un millier. Voilà que j’entends le signal ! Comment ça, le signal ? Mais réfléchissez voyons, le signal qui indique qu’un de mes chers petits a trouvé LE livre ! Vite, j’y cours et j’y goûte ! Mais non, déception ! Cet imbécile de minus-troll a simplement mangé un livre neuf !

Voilà maintenant des mois que nous trimons (enfin, qu’ils triment) et toujours rien. Il ne reste plus qu’un livre, et il me revient évidemment le droit de le goûter ! Je fais durer l’instant merveilleux, le grave dans ma mémoire, plus que quelques millimètres, ça y est, j’ai mordu dedans, mais comment se fait-il que j’ai toujours cette sensation désagréable dans l’estomac…
Je ne comprends pas, je dévore donc ce livre jusqu’à la dernière lettre, mais il ne se passe rien !

Au moment où j’entre dans une colère noire, qui aurait pu me pousser à un acte affreux tel que tuer froidement chaque troll de mon entourage, ce sorcier de malheur apparaît…
Je crois que je vais commencer par le tuer tiens ! Mais pas froidement, non, je vais le faire souffrir autant qu’il me fait souffrir ! Je vais mettre ma pensée à exécution, mais il me paralyse d’un geste et commence d’une voix posée un long monologue. Dans celui-ci, il nous explique qu’il n’y a jamais eu de livre magique, qu’il voulait juste nous faire souffrir comme nous l’avons fait souffrir (je rêve où il pique mes répliques ?), et puis il nous fait la morale. Ah si seulement je n’étais pas paralysé, je l’écorcherai vif ! Ouf, le crois qu’il a fini, et miracle, je retrouve la mobilité de mes membres.

Apparemment, mon armée a subit le même sort. Je me retourne vers mes fidèles amis pour leur donner l’ordre de l’attaquer, mais ceux-ci, ayant deviné ma pensée, me devancent et m’expliquent qu’ils en ont marre d’avoir faim, or le sorcier n’annulera son sort que lorsque nous aurons promis de ne plus faire de mal aux animaux. Je décide donc de me ranger du bon côté puisqu’on peut continuer à faire du mal aux humains.

Le sorcier annule donc le sort, et depuis, nous continuons à hanter les étagères de la médiathèque. Alors maintenant, ne vous demandez plus pourquoi le livre que vous vouliez à tout prix est « empreinté » ou pourquoi votre ordinateur rame, vous saurez que c’est grâce à nous !

Publicités