Recherche

Blog de la Médiathèque Municipale de Secteur de Guebwiller

Les babillages de Frida et Paco

Chanson douce

chanson-douce                              leila-slimani

Crédit photo : Gallimard

Salut la jeunesse, vous savez quoi ? Pour cette rentrée, comme on n’a pas grand chose à dire (oh ça va hein !) on fait parler les autres. Lors de notre dernière after littéraire (que c’était la fête chez Ginette avec Carlos Patato Valdès), Mireille, une de nos fidèles participantes a rédigé une critique du dernier roman de Leïla Slimani « Chanson douce » que ça s’appelle.

Le roman s’ouvre sur la mort d’Adam et de Mila, les deux enfants dont Louise a la charge.

Comment une gardienne parfaite peut-elle devenir un monstre ? La nounou avait pris le pouvoir sur la famille mais sans réussir à y trouver sa place.

Saura-t-on ce qui a poussé Louise à commettre ce crime ignoble ? La solitude poisseuse dans laquelle elle s’englue, la détresse psychologique, les ennuis d’argent, sans doute vont jouer un rôle. Mais aussi les sentiments ambigus de Myriam, sa patronne, avalée par son quotidien d’avocate qui se repose sur la compétence sans faille de Louise à maintenir la maison bien nette.

Belle description aussi, d’un personnage secondaire, un « salaud ordinaire » qui fait de l’argent en louant des meublés à de pauvres gens.

Ce roman qui nous plonge dans un univers cruel et remarquablement décrit, nous tient en haleine du début à la fin, et n’est pas sans nous rappeler une certaine ambiance « chabrolienne » de La Cérémonie.

Ben dites-donc encore une rentrée littéraire sur le thème de la déconnade ! Dans le même genre on a « Laëtitia ou la fin des hommes » de Ivan Jablonka également dans la première sélection du Goncourt 2016 ou si on préfère les belles histoires d’amour au dénouement inoubliable (c’est marqué sur le site de Marc Levy), on peut lire « L’horizon à l’envers » de Marc Levy donc, au moins on sait que ça se terminera bien cette affaire ! Sur ce, comme disait Valery « au revoir ». Des becs.
Frida & Paco

des vinyles à la médiathèque!!

francis-hunglercop. Francis Hungler

Bonjour à toutes et tous,

OK, la rentrée est juste derrière nous, et on voulait vous parler de nouvelles choses proposées à la médiathèque depuis cet été.

Voici donc que des disques vinyles viennent de faire leur apparition à l’espace musique.Les 33 et autres 45 tours connaissent un certain succès d’estime. Une nostalgie très « années 80 » combinée à la mode rétro (ou vintage) les ont ressortis des caves et greniers pour les catapulter sur la devanture de boutiques ou les publicités du petit écran.

Pour nous, il s’agissait avant tout de proposer des artistes « locaux », voire « régionaux » à tout le monde, en plus des habituels CDs. Avouons-le aussi, les pochettes sont plus impressionnantes avec ce grand format, l’album devient un objet à lui tout seul! En tous cas, on les tous écoutés, il ne s’agit que d’artistes de « musiques actuelles », pop, rock, folk, électro, d’ailleurs tout est précisé sur les disques, pas de panique.

Voici donc au total 9 galettes vinyles,  toutes publiées par l’éditeur Médiapop qui se trouve à Mulhouse, peuvent désormais être empruntés chez nous. On vous laisse jeter un coup sur les mulhousiens de l’étape :

 

Si ça vous dit, vous pouvez les emprunter pour 3 semaines, comme pour les autres disques.

D’autres vinyles viendront s’ajouter à la liste, il va sans dire…

Quoi de neuf chez les locaux , sinon ?

Un rappeur de Guebwiller nous propose son premier disque, il s’appelle Slim Dada. « Voilà ma putain de route » se trouve dans nos bacs, tout comme celui de Claudio Capéo, bien sûr!!

On vous laisse jeter un coup d’oeil là-dessous sur la dernière fournée en matière de disques vinyles, il y a un groupe rock nancéen, quelques strasbourgeois plutôt folk, un parisien et même un américain qui à l’époque avait produit « Où veux-tu qu’je r’garde? », le  premier disque d’un groupe nommé… Noir Désir.

 

A bientôt!

Frida & Paco

Francis Hungler à l’Abri mémoire

entrerenmatiere

Coucou les aoûtiens,

Pendant la langueur estivale, si vous souhaitez flâner dans le coin, on vous a repéré une exposition toute proche, gratuite, et qui se tient dans un lieu chargé d’histoire, à Uffholtz : l’Abri mémoire

abri-memoire

 

Il y a cent ans, durant la première guerre mondiale, cet abri, aujourd’hui géré par la communauté de communes de Thann-Cernay,  était un hôtel, mais aussi un café et un bureau de tabac. Au cours de la guerre de 14, le bâtiment est utilisé par les allemands en tant qu’abri sanitaire pour évacuer les blessés du front, qui se trouvait tout proche, au Hatmansvillerkopf.

Une guerre plus tard, entre décembre 1944 et février 1945, c’est la population française (eh oui) qui viendra s’y réfugier durant les bombardements.

La double culture franco-allemande du lieu l’a transformé aujourd’hui en espace d’exposition, un mini musée en somme, qui parle de la Première Guerre Mondiale, mais aussi de paix et de citoyenneté.  L’Abri mémoire est à la fois un centre de ressources, un site culturel et un centre de création artistique autour du champ de bataille qu’a été le Hartmansvillerkopf, mais également autour du patrimoine de mémoire en Alsace et dans les Vosges.

abri-memoire-l-art-contemporain-au-dispensaire-1468341818

 

C’est dans ce cadre chargé d’histoire que l’artiste-plasticien guebwillerois Francis Hungler expose ses gravures jusqu’au 25 septembre prochain sous le titre « Entrer en matière » , avec la traduction allemande cela donne « Ins Fach oder in den Stoff eintreten« . La montagne du Vieil Armand y est bien sûr évoquée, c’est une manière de faire résonner les combats de la première guerre mondiale à travers les oeuvres d’un artiste contemporain, dans un pays qui, on peut le dire, est « en guerre ».

Si on vous parle de l’exposition aujourd’hui, c’est aussi parce que demain, jeudi 11 août, Francis Hungler sera présent à l’Abri mémoire entre 14h et 16h pour une visite commentée et guidée, et en plus pour une démonstration de gravure!

Dernière petite chose : ce vendredi 12 août, à 20 heures, un court-métrage intitulé « Le Béret » sera projeté à l’Abri. Réalisé par Lily Gendrix, jeune lycéenne, il est interprété par de jeunes comédiens, et tournée en partie à l’Abri.

Leur page Facebook est ici

A bientôt, et bonnes vacances pour les veinards

Frida & Paco

 

 

 

 

 

 

 

En chemin

En chemin  02

Crédit photo : Philippe Lutz

Salut les p’tits clous, comme chaque année en juillet-août, nous partons en voyage grâce aux expositions photos que nous organisons, tantôt en Afrique, tantôt en Asie. Mardi dernier, c’est Philippe Lutz, photographe, voyageur, écrivain qui s’est invité chez nous durant tout l’été et même le début de l’automne puisque les 22 photos qu’il a choisi d’exposer seront visibles jusqu’au 1er octobre prochain.

Il nous invite à la suivre au coeur de la France profonde sur l’ancien chemin de Saint-Guilhem-le-Désert (situé dans la vallée de l’Herault). Etape après étape, il nous raconte en images son périple à travers des paysages de matin du monde, sur cette foie ancestrale qui est tout à la fois un itinéraire de pèlerinage, un chemin de transhumance et une route d’échange entre la Méditerranée et le Massif Central.

Chaque photo est agrémentée d’un texte « Mais que deviendra cette maison si admirable ? une ruine ? du patrimoine sauvé par une association qui la transformera en écomusée du causse ? une résidence secondaire hollandaise ? A défaut de pouvoir faire quelque chose, je la photographie, dans l’idée que mes images au moins en gardent la mémoire, comme celle d’un être aimé dont on sait qu’il va nous quitter ».

L’exposition est mise en regard du livre de Philippe Lutz « En chemin vers Saint-Guilhem » publié en 2014  aux éditions Médiapop et disponible à la médiathèque.

Philippe Lutz prend également chaque jour une photo depuis le 2 septembre 1999, qu’il publie sur son site internet www.la-photo-du-jour.com, des milliers de photos qui sont présentées de façon anonyme avec pour seules mentions la date et le lieu.

Cette expo est donc visible aux horaires d’ouverture de la médiathèque (attention horaires d’été jusqu’au 31 août prochain, voir ici).

Et si vous ne vivez pas à proximité de Guebwiller et que vous suivez régulièrement notre actu, vous pouvez visiter l’expo virtuelle en cliquant sur l’image ci-dessous.

9782918932291

Crédit image : Editions Médiapop

Sur ce, tschüss et des becs.

Frida & Paco

Renc’Arts de rue

13557753_1224178564289229_6244587772588835139_n

Crédit photo : Yannick Valentin & Ville de Guebwiller

Salut jeune kid dynamique, sache que les Renc’Arts de rue, nouvelle manifestation organisée par la ville de Guebwiller en collaboration avec les Habitats de Haute-Alsace débuteront lundi 11 juillet prochain.

Le principe est de te proposer des activités artistiques et sportives dans ton quartier, au bas de ton immeuble, tout cela gratuitement. Autant te dire que tu risques d’être fort occupé jusqu’au 29 juillet. Cette année, les arts de la rue sont à l’honneur avec trois invités de marque.

bertrand

Crédit photo : Bertrand Kohser

C’est Bertrand, artiste-plasticien qui assurera l’activité « Graffiti » (nan pas sur les murs de ta ville !), tu pourras tester la manipulation de la bombe de peinture (attention, toujours avec le masque de protection pour éviter les inhalations), tu tagueras sur des supports tels que du carton ou du cellophane, tes oeuvres seront photographiées et reproduites à l’issue de Renc’Arts de rue sur des immenses bâches apposées pendant quelques temps sur la façade de la mairie, c’est pas la classe ça ? Ramène un tablier ou de vieux vêtements car tu le sais, la peinture ça tache.

meda

Crédit photo : Ahmed Minyaoui

Meda, excellent danseur de hip-hop professionnel t’initiera à la danse, locking, popping ou break n’auront plus de secret pour toi. N’oublie pas tes baskets, c’est plus pratique pour danser !

Christian, président du roller club de Bergheim te proposera de tester ce sport. Si tu possèdes des rollers, n’hésite pas à les ramener, si ça n’est pas le cas, pas de problème, Christian ramènera ce qu’il faut.

banière roller

Crédit photo : Roller club Bergheim

Renc’Arts de rue c’est des rendez-vous dans 5 quartiers différents, l’hôtel de ville, la Breilmatt, le Léo Lagrange, le domaine de la Lauch et l’Ermite tous les jours (du lundi au vendredi, excepté le 14 juillet, fête nationale oblige) jusqu’au 29 juillet.

Le programme complet est visible ci-dessous :

//e.issuu.com/embed.html#2586860/37051837

Un dernier Renc’Art sera organisé vendredi 29 juillet à partir de 17 heures place de l’hôtel de ville. L’exposition des graffitis sera installée sur la façade de la mairie, tu pourras montrer à tes parents et au public présent ce que tu as appris pendant ces trois semaines d’activités, soit en hip-hop, soit en roller ou les deux, c’est toi qui décidera.

lola noe

Crédit photo : Estelle Lorentz

Noé et Lola, deux jeunes danseurs de hip-hop de 12 et 16 ans très doués seront invités sur scène pour un battle avec Meda, le danseur professionnel, ça va bouger ! Toi-même pourras si tu le souhaites te mesurer à eux.

Bertrand proposera la création d’une oeuvre en « live », ouais ouais, ça risque d’en impressionner plus d’un.

Et bien entendu, un goûter et le verre de l’amitié seront servis.

Recommandation pratique, c’est l’été, le soleil brille, pense à mettre de la crème solaire avant de venir à l’activité, ramène une casquette et une gourde ou une petite bouteille d’eau. Voilà on a tout dit, on se voit lundi matin à 10 heures place de l’hôtel de ville pour l’initiation au graffiti.

Des becs.

Frida & Paco

Respirations 1.16

flyer-recto-03-1

Crédit image : Yannick Valentin & ville de Guebwiller

Bonjour vous. Les estivales 2016 de Guebwiller auront lieu dans un lieu magique du Florival, la chapelle du Saering, qui rouvrira ses portes après quelques décennies de fermeture. Trois concerts authentiques y seront donnés dans la pureté musicale. Un piano à queue Erard de concert des Ateliers Renoux a été installé dans la chapelle et nous y accueillerons des musiciens d’exception, Guillaume Bidar, Isabelle Ast, Manuel Poultier, Gesa Lücker et Sheila Arnold.

Trois respirations, trois dates :

Mardi 5 juillet à 20 heures pour un concert de musique de chambre avec un trio clarinette, basson et piano, ce sont Mendelssohn, Schumann et Glinka qui seront mis à l’honneur.

Mardi 12 juillet à 20 heures avec au programme un récital de piano. Gesa Lücker fera résonner Liszt et Schumann.

Mardi 19 juillet à 20 heures, des impromptus et une sonate de Schubert seront interprétés par la pianiste Sheila Arnold.

L’entrée est libre, les places étant limitées à 150, il conviendrait de réserver au préalable en envoyant un mail à resaculture@ville-guebwiller.fr ou en téléphonant au 03 89 76 80 61 (service culturel, Gisèle Weigel ou Natacha Pepin).

Ce soir pour le concert de musique de chambre et le trio de clarinette, basson et piano, voici le programme complet :

Félix Mendelssohn : deux Konzertstücke opus 113 et 114 pour trio

Robert Schumann : adagio et allegro opus 70 pour basson et piano puis romances opus 74 pour clarinette et piano

Mikhail Glinka : trio pathétique en ré mineur

Petite mise en bouche…

Alors qu’est-ce qu’on en dit ? Nous on dit qu’on réserve immédiatement et on vient.

Des becs.

Frida & Paco

PS : La chapelle Notre-Dame du Saering est situé route de Colmar à Guebwiller, ci-dessous le google map (comment qu’on vous mâche le travail ?!)

Fêtons la musique en 2016!

fetedelamusique2016

Eh oui, nous y voilà, le 21 juin approche à grands pas, cette année c’est un mardi que la ville de Guebwiller vous invite à déambuler dans les rues à partir de 19 heures.

Non, l’équipe de France ne joue pas ce jour-là, et aucun match n’est prévu sur le grand écran, vous n’aurez donc pas d’excuses…enfin, si le temps est de la partie bien évidemment.

Pour résumer, 18 scènes seront installées au hasard des places, des rues et des « haut-lieux » de Guebwiller. Il sera surtout question de musiques actuelles : de la pop, du rock, des DJs, mais tout de même, la traditionnelle « Gugga » de Rouffach sera présente.

Si  tout en « haut » de la ville le California Café sera en mode Saint Tropez, eh bien en bas ce sera l’ambiance bucolique et parfumée du parc de la Marseillaise qui s’installera dans la verdure. Entre ces deux points , vous aurez le choix entre 16 autres endroits,  les parvis des deux églises seront animés, mais aussi le fidèle Graethof, derrière le cinéma, et également la Maison Ritter avec l’association Sucre d’Orge, ou les Dominicains, bien sûr. Les mandolines de Guebwiller seront sous la galerie de la coupole. Il y en aura donc pour tous les goûts.

highrockers

 

Mais parlons plutôt de notre partenariat avec le service culturel et l’Amicale du personnel.  Dès 19 heures, et pour ouvrir les festivités , c’est un collectif suisse de Genève, les High Rockers qui, avec son mur de son (ou soundsystem), diffusera du reggae et du dub.

Côté apéro, 19h, c’est aussi le moment où l’Amicale du Personnel de la Ville de Guebwiller ouvrira son bar : boissons et petite restauration seront donc au rendez-vous.

redeyesband

S’ensuivra un concert très attendu, car figurez-vous que les guebwillerois du Red Eyes Band, qui ont déjà écumé pas mal de scènes ici et ailleurs, seront de la partie. Leur dernier disque, « Effervescence Acide », est sorti il y a peu, et c’est donc l’occasion de découvrir, pour les fans et tous les autres, la musique de cette bande de copains venus du cru! Et on dit merci qui ? Merci patron !

Le groupe jouera de 20h30 à 22 heures, et sera relayé jusqu’à minuit par nos troubadours suisses et leurs beats hypnotiques.

Et comme la fête de la musique, c’est aussi de la spontanéité et de l’imprévu, d’autres musiciens se produiront dans les rues de Guebwiller. Laissez-vous surprendre donc, et jetez un coup d’oeil sur les 18 endroits où la fête de la musique sera présente en ville, c’est ici :la fête de la musiqueà Guebwiller, tous les lieux!

Allez c’est pas tout , mais on aurait bien voulu faire venir « On a r’trouvé les clefs » (c’est une blague entre nous), tout vient à point pour qui sait attendre paraît-il…

Des bises, et à bientôt au Parc!

Frida & Paco

 

 

 

Origines

affiche

Crédit photo : ville de Guebwiller

Salut les gars, saviez-vous que 2016 était l’année de la Corée en France ? Que feriez-nous sans nous, on vous le demande ?

Origines : regards croisés sur la céramique coréenne contemporaine est le titre de la prochaine exposition du Musée Théodore Deck & des Pays du Florival à Guebwiller, elle est organisée par la ville en collaboration avec l’Institut Européen des Arts Céramiques, elle aura lieu du 11 juin au 4 septembre (2016, pas 2022, pour ceux qui suivent).

Sangwoo Kim et Yun-Jung Song (vous avez vu, elle a la même coiffure que Claire Underwood dans House of Card ?), deux artistes d’origine sud coréenne sont invités à présenter quelques unes de leurs oeuvres liées à leur expérience du déracinement et traversées tant par la mémoire personnelle que collective au musée Théodore Deck.

Yun-Jung Song questionne l’être dans son rapport à l’animal, au vide, à l’absence et aux croyances. Sangwoo Kim est un « faiseur de pierres ». Inspiré par la nature, son travail, à la fois esthétique et sensuel, est le reflet d’une géologie imaginaire qui offre d’infinies formes et couleurs.

Sangwoo Kim est invité à réaliser un workshop de quatre jours au sein de l’IEAC sur le « Onggi », technique coréenne de façonnage de grands pots à la plaque et une démonstration de cette technique sera proposée en public dimanche 12 juin à 14 heures dans les jardins du musée. C’est entrée libre et il y aura une buvette (on vous connaît hein ?!).

Et de notre côté, on vous prépare la traditionnelle bibliographie, même qu’on est en retard rapport au fait qu’on prépare la grosse chounga de la musique, autant vous dire qu’on est super à la bourre !

Faites-le bien et à dimanche dans les jardins du musée.

Frida & Paco

Rendez-vous aux jardins

Rendez-vous-aux-jardins-ete

Crédit image : Ministère de la culture

Salut c’est nous, voyez donc ces couleurs flamboyantes sur cette affiche, ça en jette n’est-ce pas ? Tout cela pour annoncer la 14ème édition des rendez-vous aux jardins, manifestation nationale initiée par le Ministère de la Culture et qui invite le public à visiter près de 2300 jardins privés et publics. Le thème choisi cette année est « les couleurs du jardin », d’où la très jolie gamme de couleurs qui illustre les différents documents de communication.

L’ensemble des animations ont lieu du 3 au 5 juin prochains et dans la région de Guebwiller, le Pays d’Art et d’Histoire proposera des impressions itinérantes aux jardins dimanche 5 juin de 14h30 à 17h30, lumière et couleurs au Parc de la Marseillaise, dans le parc de la Neuenburg à Guebwiller et dans celui du Château du Hartmannswiller. Ce circuit sera organisé gratuitement en transport en bus, pour cela, il suffit de réserver au préalable une place en téléphonant au 03 89 62 13 51 ou en envoyant un mail à l’adresse suivante infos@cc-guebwiller.fr

Des visites, lectures, ateliers de création artistique et d’autres surprises vous attendent. Les animations sont accessibles aux Impressionnistes (15 à 100 ans), aux Impressionnistes en herbe (6 à 12 ans) et aux Jeunes pousses (2 à 5 ans).

Le programme de l’après-midi est disponible ici rdv aux jardins.

Tout cela est organisé en collaboration avec la Médiathèque de Guebwiller et l’association « Mille Jeux ».

david jeannerot

Crédit photo : David Jeannerot

A force de traîner à longueur de journées sur l’internet, on est jour tombés sur l’interview d’un jeune homme, David Jeannerot le plantiste rock. Après avoir travaillé quelques années dans le milieu de la mode (tu m’étonnes !), David originaire de Vesoul mais parisien depuis quelques années déjà, amoureux de jardinage et de nature, imagine un concept de magasin très original de plantes et de jardins inspirés de ses groupes de rock favoris, sa philosophie est simple, il veut remettre la nature en ville. En amont, il créé des jardins et balcons urbains, il a d’ailleurs aménagé son propre jardin sur la terrasse de son appartement avec une vue imprenable sur le Sacré Coeur, ça vaut le coup d’oeil et ça se visite ici.

jardin david montmartre

Quelque part sur un toit de Paris… C’est beau non ?

Il existe deux boutiques « Les mauvaises graines » à Paris (des fois que vous y seriez de passage un de ces quatre), l’une dans le 18ème, l’autre dans le 7ème. Sinon, visitez le site internet http://www.lesmauvaisesgraines.paris/

Crédit image : Les mauvaises graines

Et on ne peut que vous inciter à vous abonner à la chaîne youtube du plantiste qui nous propose chaque semaine des petites vidéos de 3-4 minutes de conseils de jardinage, découvertes de lieux insolites naturels en plein Paris ou encore rencontre avec des citadins, experts en jardins.

En voici le premier épisode

Le livre de David Jeannerot publié en 2014 aux éditions Hachette sera prochainement disponible à la médiathèque.

Sur ce à dimanche et au revoir. Des becs.

Frida & Paco

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑